Contenu principal

À fond contre l’initiative sur l’élevage intensif

Point de vue du 19 août 2022

« L’initiative est vouée à l’échec, alors à quoi bon se donner tant de mal ? », se demande un opposant ; une importante revue spécialisée n’hésite pas à souligner que l’initiative sur l’élevage intensif n’a aucune chance : en ce moment, de telles déclarations ne sont pas rares. Pourtant, selon le premier sondage du groupe Tamedia, l’initiative « Non à l’élevage intensif en Suisse » rassemble une petite majorité. Son titre, intelligemment choisi, n’y est pas pour rien. En effet, qui voudrait d’un élevage intensif ? Personne, ni même nous les paysans ! Ceux qui ne se penchent pas sur les revendications de l’initiative et leurs conséquences, et qui n’ont aucune idée de ce à quoi ressemble l’élevage en Suisse, auront donc tendance à voter oui. Les premiers résultats de tout sondage sont à interpréter avec prudence. Il n’en demeure pas moins étonnant que nous soyons au même taux d’acceptation que lors du premier sondage sur les initiatives « Pour une eau potable propre » et « Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse » de l’année dernière. À l’époque, l’agriculture a tout donné : au terme d’un énorme engagement commun, les deux initiatives ont été rejetées par 60 % des votants. L’initiative sur l’élevage intensif semble à son tour séduire une petite majorité de la population. Le rejet n’est donc pas encore garanti.

Pour faire pencher la balance de notre côté, il nous faut réitérer l’engagement et la mobilisation dont nous avons fait preuve dans le cadre des initiatives phytos extrêmes. Nous ne voulons pas que le peuple dise non du bout des lèvres. Au contraire, notre objectif est plutôt d’obtenir un rejet sans équivoque, et donc un net soutien en faveur de l’élevage indigène et de l’agriculture dans son ensemble. À cet effet, nous avons besoin de solidarité. Si certaines exploitations sont moins concernées cette fois-ci, elles pourraient se retrouver mises à mal une prochaine fois. Elles seraient alors bien contentes que les autres exploitations les défendent. Luttons donc ensemble pour obtenir le meilleur résultat possible, aujourd’hui comme demain.

Montrons à la population que nous assurons son alimentation quotidienne de manière responsable et respectueuse des animaux. Montrons-lui qu’elle peut faire confiance aux exploitations agricoles de Suisse. Le positionnement non seulement des exploitations détenant des animaux, mais aussi de celles qui n’en ont pas est particulièrement efficace dans cette optique. L’année dernière, les grandes cultures, la culture maraîchère, l’arboriculture, la culture des petits fruits et la vitiviniculture ont d’ailleurs bénéficié d’une grande solidarité au sein du secteur agricole. Les exploitations d’élevage s’accordent à dire que l’engagement est une évidence. De fait, personne dans le secteur agricole et l’industrie alimentaire n’a intérêt à ce que notre élevage respectueux des animaux soit supplanté par de nouvelles importations. Par ailleurs, il est temps que les entreprises en amont et en aval prennent position. Le « non » devrait être affiché par chaque boucherie, chaque fromagerie et même par le commerce de gros et de détail. Après tout, il en va de leurs emplois.

J’espère donc de tout cœur assister à un nouvel élan ces prochains jours et retrouver les sujets de notre campagne non seulement dans les espaces payants des villes, mais aussi partout dans les zones rurales. Dans moins de deux semaines, les citoyens recevront le matériel de vote. Le titre séduisant les poussera à se prononcer. Mettons dons ensemble la main à la pâte ! Chères familles paysannes, n’attendez plus pour accrocher drapeaux, panneaux et bâches, apposer les autocollants sur vos véhicules, intervenir dans les discussions sur les réseaux sociaux, écrire des courriers des lecteurs, participer à des actions sur stand, informer et convaincre votre entourage. Il reste beaucoup à faire. Nous sommes reconnaissants de pouvoir compter sur vous.

Urs Schneider, directeur adjoint de l’USP et responsable de la campagne contre l’initiative sur l’élevage intensif 

Auteur

Sur le même sujet

Communiqués de presse
Réformer ce qui doit l’être, renoncer aux expérimentations

25.05.22 | Le 25 septembre, les citoyens se prononceront sur trois éléments centraux de la stabilité en ces temps d’incertitudes : une AVS et des rentes sûres, le rapatriement de recettes fiscales en Suisse et la sécurité de l'approvisionnement en denrées alimentaires. Concrètement, il s'agit de la réforme AVS21, de la réforme de l'impôt anticipé et de l'initiative populaire contre l'élevage industriel. Une large alliance de l'économie s'engage en faveur des réformes de l'AVS et de l'impôt anticipé et s'oppose à de nouvelles prescriptions pour l'agriculture qui, au final, ne font qu'accroître la dépendance vis-à-vis de l'étranger.

Lire la suite
Communiqués de presse
Train d’ordonnances agricoles 2022 : quelques bons éléments

26.04.22 | Aujourd’hui, les membres de la Chambre suisse d’agriculture ont adopté la prise de position de l’Union suisse des paysans sur le train d’ordonnances agricoles 2022. Ils demandent que les modifications prévues n’affaiblissent pas la production davantage. Par ailleurs, ils ont adopté un document de synthèse sur les nouvelles techniques de sélection.

Lire la suite
Communiqués de presse
Décisions incompréhensibles du Conseil fédéral

13.04.22 | En total décalage avec son temps, le Conseil fédéral a adopté aujourd’hui des ordonnances qui ne permettent en rien de mettre en œuvre l’Iv. pa. 19.475. Au lieu de remplir sa mission première qui est de réduire les risques liés à la protection des végétaux, le gouvernement impose des mesures disproportionnées qui viennent affaiblir la production alimentaire indigène et donc l'approvisionnement de la population. L’Union suisse des paysans ne parvient pas à comprendre ces décisions.

Lire la suite
Communiqués de presse
La campagne contre l’initiative sur l’élevage intensif prête au départ

18.03.22 | Les drapeaux de la campagne contre l’initiative inutile sur l’élevage intensif sont dès à présent disponibles. Les personnes intéressées peuvent s’adresser à la chambre d’agriculture de leur canton pour s’en procurer.

Lire la suite
Communiqués de presse
Dons de l’USP et des familles paysannes en faveur de la population ukrainienne

09.03.22 | Le monde est en état de choc depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie il y a de cela deux semaines. En plus d’être un État indépendant et démocratique, l’Ukraine est le grenier de l’Europe. Les terres fertiles du pays produisent beaucoup de nourriture destinée non seulement à la population indigène, mais aussi à l’exportation.

Lire la suite
Communiqués de presse
L’agriculture suisse restera exempte d’OGM

08.03.22 | Le Conseil des États a cédé lors de l’élimination des divergences concernant la loi sur le génie génétique et s’est aligné sur la décision du Conseil national : la Chambre haute s’est elle aussi prononcée en faveur d’une agriculture exempte d’OGM sans exception pour les quatre prochaines années. Elle soutient également le mandat visant à élaborer une réglementation future des nouvelles techniques de sélection. L’Union suisse des paysans salue cette décision.

Lire la suite
Communiqués de presse
Décision avisée sur le génie génétique en Suisse

02.03.22 | Le Conseil national rejette l’exception au moratoire sur le génie génétique prévue par le Conseil des États pour les nouvelles techniques de sélection. Il préfère miser à juste titre sur une agriculture suisse exempte d’OGM. Parallèlement, le Conseil national charge le Conseil fédéral de présenter d’ici à 2024 des propositions pour réglementer ces techniques. L’Union suisse des paysans salue cette décision.

Lire la suite
Communiqués de presse
Seule l’initiative sur l’élevage intensif sera soumise au peuple

02.03.22 | Avec la décision qu’a prise aujourd’hui le Conseil des États, le contre-projet qu’opposait le Conseil fédéral à l’initiative sur l’élevage intensif n’est plus d’actualité. Seule l’initiative sera soumise au peuple cette année encore. Le Conseil fédéral et le Parlement la rejettent. L’agriculture elle-même la considère comme inutile, car le niveau de bien-être animal en Suisse est déjà très élevé et que l’offre exigée par l’initiative est déjà plus que suffisante.

Lire la suite