Contenu principal

Agneaux : la qualité est importante

Commentaire du marché du 03 mai 2019 dans le journal Agri

Après être resté figé à 11 fr. 10 des mois durant, le prix des agneaux bouge enfin sur le marché. Les troupeaux transhumants ont pu profiter du beau temps l’hiver passé. De nombreux animaux présentant un excellent degré de finition sont sortis du troupeau pour l’abattoir à la fin de l’hiver. Malgré des disponibilités plus abondantes, les prix n’ont pas baissé pendant cette période. Les activités des acheteurs sont très appréciées des producteurs. Le recul du nombre d’animaux apportés sur les marchés publics et la demande soutenue ont mené à une hausse de 30 ct. le kilo poids mort à 11 fr. 60 pour les agneaux de classe T3 à partir du 29 avril. Le prix des brebis de réforme n’a pas augmenté en raison de l’accumulation qui s’est produite ces derniers temps. Il faut espérer que ces brebis seront bientôt valorisées et que le prix des ovins plus âgés augmentera. Il apparaît très clairement que les agneaux et les moutons sont très prisés à l’approche des jours fériés musulmans en Suisse. Il faudra écouler des agneaux en permanence pendant les semaines à venir. La qualité demeure essentielle, les carcasses devraient présenter une classe de tissu gras 3. Les consommateurs qui achètent un produit de qualité en magasin font de la publicité pour la viande d’agneau suisse et en rachèteront à coup sûr.

Peppino Beffa

Président de la Fédération suisse d’élevage ovin

Sur le même sujet

Statistique de la semaine
Semaine 19/2021

17.05.21 | En 2020, la surface des terres ouvertes a augmenté de 2368 hectares (+0,9 %) afin d’atteindre un total de 274 424 hectares. Les terres ouvertes biologiques ont progressé de manière plus importante, elles ont avancé de 1855 hectares (+7,8 %). Ainsi, la part bio des terres ouvertes s’établit actuellement à 10,3 %. Toujours en culture biologique, les surfaces de blé panifiable ont augmenté le plus, en chiffres de 615 hectares (+9,9 %), suivies par les surfaces des légumes de plein champs avec une augmentation de 442 hectares (+7,5 %). En termes relatifs, les surfaces de soja ont augmenté le plus, en chiffres de 300 hectares (+67,6 %). L’augmentation des surfaces de soja doit contribuer à mieux couvrir les besoins en aliments protéiques indigènes.

Lire la suite
AGRISTAT Actuel
Agristat « Actuel » 04-21 : Bilan fourrager 2019 (Kopie 1)

10.05.21 | En 2019, les aliments fourragers disponibles ont diminué de 1,7 % par rapport à l’année précédente, se plaçant à 7 784 000 tonnes de matière sèche. Les 1 858 000 tonnes d’aliments concentrés disponibles lors de l’année sous revue représentent la majeure partie des fourrages commercialisables. Les produits non commercialisables sont surtout constitués de fourrages de base, dont la quasi-totalité est destinée à l’alimentation du bétail consommant du fourrage grossier. En 2019, pas moins de 5 927 000 tonnes d’aliments pour animaux, soit 76,1 % de la consommation totale, appartenaient à cette catégorie. Cette même année, la part de la production intérieure a quelque peu augmenté, fournissant 84,3 % du fourrage disponible total. L’approvisionnement en sous-produits issus de la culture des champs s’est révélé plus élevé que l’année d’avant. En outre, les fourrages grossiers et le maïs d’ensilage ont également donné de bonnes récoltes.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - avril 2021

10.05.21 | Le mois d’avril 2021 a été le plus froid depuis 20 ans. Comme en mars déjà, les précipitations sont restées rares. En avril, de longues périodes de gelées basses sévères ont causé des dégâts importants, en particulier sur les fruits à noyau (abricots, cerises et pruneaux), mais aussi sur les fruits à pépins et dans la vigne. Le deuxième graphique du tableau 1.3 montre l’évolution des températures les plus basses dans diverses stations de mesure. À l’évidence, toute la Suisse était touchée. Les dégâts se révèlent très variables selon les régions, les exploitations et les cultures. Suisse Grêle estime que les dégâts peuvent atteindre un montant de cinq millions de francs suisses. Le temps froid du mois d’avril a entraîné un retard dans le développement de la végétation, lequel se situe désormais dans la moyenne pluriannuelle.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 18/2021

07.05.21 | L’importance et la composition du produit des exploitations agricoles font preuve de la grande diversité qui règne dans l’agriculture suisse. Selon le type d’exploitation, c’est plutôt la production végétale ou la production animale qui domine. Les paiements directs livrent un apport très variable. D’autres sources de revenu (produits transfor-més, location de machines, vente directe) ont surtout pour les exploitations avec des cultures spéciales une im-portance élevée. Par type d’exploitation et en moyenne des années 2017 - 2019, la part de la production végétale par rapport au produit de l’exploitation a varié entre 2,3 et 62,7 %, celle de la production animale entre 1,6 et 82,3 % ainsi que celle des paiements directs entre 7,7 et 48,2 %. Le montant total du produit d’exploitation allait de 204 383 CHF à 538 290 CHF par exploitation et par an.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 17/2021

30.04.21 | En 2019, la consommation de fourrages par les animaux de rente a diminué par rapport à l’année précédente de 1,7 % pour atteindre la somme de 7,78 millions de tonnes de matière sèche. Le recul ressort surtout de la con-sommation réduite des herbivores (bovins, ovins, caprins et chevaux). La plus grande part du fourrage (65,3 %) provient des cultures fourragères pluriannuelles. Il s’agit surtout de l’herbe, fraîche ou conservée (foin, ensilage, herbe séchée). Les autres produits principaux (22,1 %) contiennent surtout des céréales. Les importations de sous-produits (5,5 %) ont augmenté au cours des dernières années. Ce sont surtout des produits ressortant de la transformation d’oléagineux. En Suisse, des sous-produits (5,1 %) sont aussi disponibles, ressortant de la trans-formation de matières premières agricoles. Ils proviennent de la transformation de céréales (son), betteraves sucrières (pulpe de betteraves, mélasse) et oléagineux (tourteau). Le bilan fourrager 2019 sera publié le 10 mai 2021.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 16/2021

23.04.21 | Au mois de mars 2021, les exportations de fromage de 7387 tonnes ont augmenté de 14 % par rapport à l’année précédente. Il paraît que la Suisse n’a jamais exporté autant de fromage au mois de mars. Les importations ont augmenté encore plus. Avec une quantité de 8070 tonnes, elles ont dépassé celles de l’année précédente de 23 % et celles du mois de mars 2019 même de 54 %. Ainsi, les importations de fromages ont dépassé les exportations au niveau de la quantité. Selon la valeur, les exportations sont toujours en tête. Au mois de mars, la valeur des exportations s’élevait à 69,8 millions de francs pendant que la valeur des importations s’élevait à 53,3 millions de francs.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 15/2021

16.04.21 | Après une longue période de baisse continue, l’effectif de vaches laitières s’est stabilisé ces derniers mois. A la fin du mois de mars 2021, l’effectif de 544 731 vaches laitières a pour ainsi dire égalisé l’effectif du mois de mars de l’année précédente (544 742 vaches laitières). Il paraît que l’élevage a été intensifié quelque peu ces deux der-nières années et la part de vaches à un âge de jusqu’à trois ans augmente toujours. Il reste à déterminer si l’effectif est tout simplement rajeuni ou s’il va être légèrement agrandi.

Lire la suite
AGRISTAT Actuel
Agristat « Actuel » 03-21 : Production et consommation de lait et de produits laitiers en 2020

12.04.21 | La crise du coronavirus a eu des répercussions bien visibles sur le secteur laitier en 2020. La hausse de la production et de la consommation de lait UHT demi-écrémé et de fromage saute aux yeux. En revanche, la production et la consommation de beurre et de conserves de lait ont diminué. Ces changements peuvent s’expliquer par l’arrêt du tourisme d’achat, la croissance de la population présente, la fermeture intermittente de la restauration, ainsi que des comportements alimentaires et culinaires différents à la maison.

Lire la suite