Contenu principal

Dans le champ professionnel de l'agriculture un tiers des apprentis est en deuxième formation

Communiqué de presse de l’OrTra AgriAliForm du 25 octobre 2023

Le nombre d'apprentis pour l'année scolaire 2023/24 dans le champ professionnel de l'agriculture reste stable par rapport à l'année précédente. Un tiers des apprentis suivent une deuxième formation et la représentation féminine est de 22%.

Les métiers de l'agriculture sont attrayants. 3891 apprentis sont actuellement en formation. C'est pratiquement le même nombre que l'année précédente (3917). 86% d'entre eux suivent une formation d'agriculteur ou d'agricultrice, près de 6% ont opté pour l'un des deux métiers en rapport avec le vin, les autres se répartissent entre les métiers dans les secteurs de l'arboriculture, du maraîchage et de l’aviculture. Dans pratiquement tous les métiers, environ un tiers des apprentis font leur formation en tant que deuxième formation. Ils ont donc déjà terminé un autre CFC.

Pour tous les métiers et pour les agriculteurs/trices CFC, le pourcentage de femmes est de 22%. Chez les maraîchers/ères, on compte même 36% de femmes en formation, alors que chez les cavistes, elles ne sont que 16%.

Alors que chez les agriculteurs/trices, un peu plus de 9% des apprentis suivent une formation avec la domaine spécifique biologique, ils sont plus d'un tiers dans le métier du maraîcher/ère. Dans l'ensemble du champ professionnel, le pourcentage d'apprentis avec la domaine spécifique bio est légèrement inférieur à 10%. Il faut tenir compte que cette spécialisation n'existe pas chez les cavistes CFC.

Après avoir diminué ces deux dernières années, le nombre d'apprentis a augmenté de plus de 20% cette année dans la formation d'agropraticien/ne AFP de deux ans. Cette voie de formation permet aux personnes ayant des difficultés scolaires d'obtenir un diplôme qualifié. Les diplômés AFP ont la possibilité d'entrer en deuxième année de formation CFC.

Polyvalent, varié, autonome et orienté vers le futur

Le champ professionnel de l'agriculture offre des formations passionnantes et variées, très avancées en termes de numérisation et d'automatisation. Le climat, la protection des animaux et de l'environnement représentent constamment de nouveaux défis. L'OrTra AgriAliForm prépare actuellement une révision totale de la formation initiale qui débutera avec l’année scolaire 2026/27.

Une situation motivante

Les apprentis travaillent dans la nature et avec celle-ci, avec les plantes et les animaux, mais aussi avec une technologie moderne. Le contact avec les animaux et les machines signifie que l'on prend très tôt beaucoup de responsabilités dans l’exploitation formatrice. Les perspectives sont également très bonnes et les possibilités de formation continue sont nombreuses. Même pour les jeunes non issus d’une famille agricole, il existe de belles perspectives professionnelles comme chef de culture ou de secteur voire comme exploitant d’un domaine agricole.

Apprentissage tout au long de la vie

L’apprentissage représente la base des professions agricoles. Ensuite, les possibilités sont nombreuses. Une formation continue menant à un brevet ou à une maîtrise, ou des études en école supérieure pour acquérir un titre d’Agrocommerçant(e), Agrotechnicien(ne) ou Technicien(ne) vitivinicole complètent le savoir-faire acquis pendant la formation de base par des connaissances entrepreneuriales et économiques.

Renseignements

Loïc Bardet

directeur d'AGORA

Tél : 021 614 04 73
Mobile 079 718 01 88

Petra Sieghart

Responsable agriprof
Union Suisse des Paysans

Tél: 056 462 54 31
Mobile : 079 669 02 01

Sur le même sujet

Prises de position Änderung der Tierseuchenverordnung

17.05.24 | Stellungnahme des Schweizer Bauernverbands zur Änderung der Tierseuchenverordnung.

Lire la suite
En direct de l'USP
En direct de l’USP n°19 -2024

13.05.24 | Placées sous l’égide de l’USP, les négociations sur les prix auprès des organisations de producteurs sont en bonne voie. Des hausses ont déjà été obtenues pour les pommes de terre. En juin, ce sera le tour des céréales.

Lire la suite
Points de vue
L’initiative d’allègement des primes, ou la menace d’une nouvelle facture de plusieurs milliards

10.05.24 | Déposée par le PS, l’initiative d’allègement des primes demande que les personnes assurées ne doivent pas consacrer plus de 10 % de leur revenu disponible aux primes d’assurance-maladie. Il ne fait aucun doute que ces primes pèsent de plus en plus lourd dans le budget de nombreux ménages. En effet, les coûts de la santé ont fortement augmenté au cours des dernières décennies. C’est pourquoi environ un quart de la population suisse, soit 2,3 millions de personnes, bénéficie d’une réduction de primes à l’heure actuelle.

Lire la suite
Communiqués de presse
Renvoi des propositions d’économies du Conseil fédéral

07.05.24 | Le Conseil fédéral se prononcera bientôt sur le crédit-cadre agricole 2026-2029. Non seulement l’Union suisse des paysans, mais aussi de nombreuses autres organisations ainsi que presque tous les cantons et partis se sont clairement opposés aux mesures d’économies prévues de 2,5 %. Le Conseil fédéral est dans l’obligation de tenir compte du résultat sans équivoque de la consultation s’il ne veut pas que les processus démocratiques tournent à la mascarade.

Lire la suite
En direct de l'USP
En direct de l’USP n°18 -2024

06.05.24 | L’USP s’oppose à l’obligation de réserver 3,5% des terres ouvertes à la promotion de la biodiversité. Elle a défendu sa position devant la CER-CE, dont la majorité s’est laissé convaincre.

Lire la suite
Communiqués de presse
Valoriser les efforts climatiques de l’agriculture suisse

06.05.24 | L’Union suisse des paysans rejoint AgroImpact pour mieux valoriser les efforts climatiques de l’agriculture suisse. Il s’agit d’accompagner la transition climatique de l’agriculture en développant l’assise nationale d’une initiative pionnière.

Lire la suite
Points de vue
Pour garantir notre approvisionnement énergétique : OUI à la nouvelle loi sur l'approvisionnement en électricité

03.05.24 | Que ce soit dans l'agriculture ou dans le secteur de l'énergie, il vaut mieux produire en Suisse et ne pas dépendre d'importations douteuses. De plus, une pénurie d'électricité entraînerait des conséquences dramatiques pour les exploitations agricoles. C'est là qu’intervient la loi sur l'approvisionnement en électricité, sur laquelle nous voterons en juin. Elle vise à renforcer la sécurité de l’approvisionnement énergétique en développant les énergies renouvelables indigènes.

Lire la suite
Prises de position Procédure de consultation sur le train d'ordonnances agricoles 2024/PA22+

01.05.24 | Prise de position de l'Union suisse des paysans sur le train d'ordonnances agricoles 2024/PA22+.

Lire la suite