Contenu principal

Agriculture de montagne

À l’heure actuelle, 14 300 exploitations agricoles de Suisse, soit 27 % de l’ensemble d’entre elles, se trouvent dans les régions de montagne. Elles cultivent 283 170 hectares de terres agricoles dans les régions de montagne II, III et IV. Comme la topographie ne se prête pas aux grandes cultures ou aux cultures spéciales, la plupart des exploitations de montagne ont axé leur activité sur la détention d’animaux. Dans l’agriculture de montagne, l’exploitation des herbages est importante pour la production de lait, la garde de vaches allaitantes, ainsi que l’élevage et l’engraissement des bovins et des ruminants. L’économie alpestre est étroitement liée à l’agriculture de montagne. En effet, ce sont les exploitations de montagne qui présentent la plupart des animaux estivés et qui assurent la gestion et l’entretien des exploitations alpines d’estivage.

La plupart du temps, les conditions naturelles dans lesquelles les familles paysannes de montagne gèrent leur exploitation sont difficiles. Les longues périodes à nourrir les animaux avec du fourrage hivernal, les terrains en pente ou en forte pente, les accès difficiles, parfois inexistants, et l’exiguïté des structures, renchérissent la production dans les régions de montagne et demandent beaucoup de travail. Malgré tout le travail acharné qu’elles abattent, la situation économique des exploitations de montagne reste insatisfaisante : en 2017, le revenu moyen d’une unité de main-d’œuvre familiale ne s’élevait qu’à 36 386 francs par année, soit 55 % du salaire comparable non agricole. Ce montant est aussi bien inférieur au revenu moyen dans les exploitations agricoles de plaine.

Depuis l’introduction de la politique agricole 2014-17, les paiements directs reviennent un peu plus à l’agriculture de montagne.  Au total, 32 % des paiements directs, soit 899,6 millions de francs, 80,1 millions de francs provenant des crédits d’investissement et 61,1 millions de francs des contributions pour l’amélioration structurelle doivent permettre d’améliorer la situation des familles paysannes de montagne.

De nombreux consommateurs apprécient les produits des alpages et des montagnes suisses. Les logos « Produit suisse de montagne » ou « Produit suisse d’alpage » certifient leur authenticité et permettent de les repérer facilement.

 

Interlocuteur pour le dossier

Martin Brugger

Martin Brugger

Union Suisse des Paysans
Responsable suppléant du Département Economie,
formation et relations internationales

Téléphone 056 462 53 33
Email martin.brugger@sbv-usp.ch

  

Prises de position Revision des Wasserrechtsgesetzes: Wasserzinsregelung nach 2019

14.09.17 | Eine Senkung des maximalen Wasserzinssatzes auf 80 Fr./kWbr bringt Berggemeinden in finanzielle Probleme und das für die Zeit nach 2022 geplante flexible Modell für die Festlegung des Wasserzinses wird dieselben weiterhin vor Probleme stellen, weil sie keine Planungssicherheit mehr haben. Diese Unsicherheit wird sich auf sehr viele Bereiche auswirken, darunter auch die (Berg-) Landwirtschaft. Der SBV lehnt daher die vorgeschlagene Vorlage momentan ab. In Anbetracht der Änderungen, die im neuen Energiegesetz zur Unterstützung der Wasserkraft vorgesehen sind, sowie auch den weiteren Instrumenten, die für die langfristige Sicherung der Grosswasserkraft in Diskussion sind, ist es aus unserer Sicht vorzuziehen, vorgängig die anderen Instrumente auf ihre Effektivität zu prüfen und in letzter Priorität in Einzelfällen auf eine Flexibilisierung des Wasserzinses zurück zu kommen.

Lire la suite