Contenu principal

L’an 2020 sera une année décisive pour les familles paysannes

Communiqué de presse de l'Union Suisse des Paysans du 3 janvier 2020

À l’occasion de sa conférence de presse annuelle, qui s’est tenue en ce jour sur l’exploitation d’élevage porcin de Samuel Schwab, l’Union suisse des paysans a demandé une stratégie cohérente pour l’agriculture suisse en vue des initiatives populaires, de l’accord de libre-échange avec le Mercosur et de la Politique agricole 22+. Le secteur agricole est fier de faire figure d’exemple en matière de protection de l’environnement et de bien-être animal. Aussi n’a-t-il cesse de travailler pour s’améliorer encore. En 2020, il fera tout son possible pour empêcher que les deux initiatives encourageant les importations ne chamboulent la production indigène.

L’an 2020 place les familles paysannes face à des sujets déterminants. Il y a tout d’abord le message sur la politique agricole à partir de 2022 (PA 22+), puis l’accord de libre-échange avec le Mercosur, et enfin la votation sur les deux initiatives « Pour une eau potable propre » et « Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse ». À l’occasion de sa conférence de presse annuelle, qui s’est tenue en ce jour sur l’exploitation d’élevage porcin de Samuel Schwab à Worb (BE), l’Union suisse des paysans (USP) a exposé les liens qui unissent ces trois thèmes et les défis qu’ils représentent pour l’avenir de l’agriculture suisse.

Des initiatives trop extrêmes

Les exigences des deux initiatives, dont l’acceptation mettrait à mal le secteur agroalimentaire suisse dans son ensemble, constitue un premier défi. À l’heure actuelle, l’agriculture produit ce qu’achète la population. Cette dernière serait donc déjà en mesure de déterminer la production : elle pourrait par exemple privilégier la production biologique, voir même faire de la Suisse un pays 100 % bio. Si ces deux initiatives viennent à passer, croire que tout le monde ne voudra aussitôt consommer plus que des produits bio et sera prêt à payer davantage relève de la chimère pour l’USP. En réalité, la production indigène chutera, et les produits conventionnels vendus à l’heure actuelle se verront importés. Dans le cadre de l’initiative sur l’eau propre, qui ne vise que les paiements directs et qui ne contient aucune interdiction, l’USP redoute que les exploitations ne se rabattent sur d’autres stratégies, toutes contreproductives. Les familles paysannes qui s’en sortent avec peu de paiements directs pourront y renoncer totalement. Les exploitations disposant de cultures où la protection des végétaux revêt une grande importance, comme les cultures arboricoles, maraîchères ou viticoles, ainsi que celles spécialisées dans l’élevage porcin ou avicole, pourraient voir là une solution moins contraignante. Qui plus est, cette stratégie ferait tomber d’autres restrictions et conditions.

Des contradictions et des équations impossibles à résoudre

L’accord de libre-échange avec le Mercosur constitue un deuxième défi. Il se présente en quelque sorte comme l’antithèse des deux initiatives. Dans ce cadre, la Suisse « officielle » fait peu état de la durabilité et de la protection des animaux. Pour les aliments produits en Amérique du Sud, les moyens utilisés et la manière dont les animaux ont été gardés et nourris semblent n’être d’aucune importance. Là, la Suisse est même prête à faire des concessions qui affaiblissent de manière considérable notre système de production, lequel connaît des conditions tout autres.

La PA 22+ représente un troisième défi. Cette politique devra résoudre la quadrature du cercle en tenant compte de toutes les exigences contradictoires posées à l’agriculture. La PA 22+ devra rendre l’agriculture encore beaucoup plus durable, renforcer le bien-être animal, mais aussi miser davantage sur la compétitivité et le marché. Nul besoin d’être devin pour savoir qu’elle ne réussira pas ce tour de force. Aussi l’USP demande-t-elle au Conseil fédéral de définir, en sa fonction d’instance suprême, une stratégie claire et de la suivre de manière conséquente.

Continuer de montrer l’exemple

L’agriculture suisse est une pionnière en matière de production respectueuse de l’environnement et des animaux, et elle compte bien le rester. C’est pourquoi elle travaille sans relâche pour s’améliorer encore, surtout en ce qui concerne le recours aux produits phytosanitaires. Par conséquent, l’USP soutient aussi l’initiative parlementaire proposée par la CER-E et approuvée par la CER-N visant à instaurer une trajectoire contraignante de réduction pour les risques découlant de l’utilisation de pesticides. En cette nouvelle année, la faîtière agricole compte par ailleurs informer la population et l’inviter au dialogue. Elle veut montrer ce que font les familles paysannes, pourquoi elles le font et comment elles assument leur responsabilité pour protéger l’environnement et garantir la santé des animaux de rente. Enfin, dans le cadre de la campagne de votation, le secteur agricole veut convaincre les citoyens à glisser un double non dans les urnes, car les deux initiatives n’apportent pas ce qu’elles promettent au premier abord. En effet, elles vont mettre à mal la production indigène et durable, tout en favorisant les importations et le tourisme d’achat.

Renseignements

Markus Ritter

Markus Ritter

Président de l'Union Suisse des Paysans
Conseiller national

Téléphone 079 300 56 93
EMail markus.ritter@parl.ch

Sur le même sujet

Communiqués de presse
Répartition inéquitable des responsabilités

02.02.23 | Lors d’un sommet national sur l’alimentation, un comité scientifique a remis au Conseil fédéral ses recommandations pour développer notre système alimentaire. Sur le principe, ces recommandations font appel à la responsabilité de toute la chaîne de création de valeur, des producteurs aux consommateurs, chose que l’Union suisse des paysans considère comme positive. Or, la plupart des mesures contraignantes proposées ne s’appliquent qu’à l’agriculture et vont trop loin : un fait inacceptable et une occasion manquée pour la mise en place d’une politique alimentaire globale crédible.

Lire la suite
Communiqués de presse
Les vaches et les courants vagabonds – Que faut-il savoir ?

02.02.23 | Si les vaches sont exposées à des tensions différentielles supérieures à 1 volt, il se peut qu'elles changent de comportement, qu'elles soient stressées ou que la qualité du lait en pâtisse. La nouvelle plateforme d'information gratuite sur les courants vagabonds d'AGRIDEA montre comment ces courants indésirables se produisent, comment les prévenir et y remédier. Elle propose à cet effet des listes de contrôle, des exemples de cas et des possibilités de contact avec des spécialistes. Le projet a été initié par l'Union suisse des paysans (USP) et financé par l'Office fédéral de l'agriculture (OFAG) et l'Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV).

Lire la suite
Communiqués de presse
La CER-N suit le Conseil des États

31.01.23 | La Commission de l’économie et des redevances du Conseil national a terminé d’examiner le mini-paquet de la PA22+ et propose à la Chambre basse de l’adopter lors de la session de printemps. L’Union suisse des paysans se félicite que la commission ait suivi la plupart des décisions du Conseil des États. Comme l’avait proposé le Conseil fédéral, la PA22+ doit rester un projet allégé, qui se concentre sur des aspect économiques et financiers, les aspects environnementaux étant déjà mis en œuvre dans leur intégralité à travers l’Iv. pa. 19.475.

Lire la suite
Communiqués de presse
La CER-N est sur la bonne voie avec la PA22+

10.01.23 | La Commission de l'économie et des redevances du Conseil national (CER-N) a entamé l’examen de la version raccourcie de la PA22+. Elle suit dans une large mesure le Conseil des États, ce que l’Union suisse des paysans (USP) salue.

Lire la suite
Communiqués de presse
L’économie et l’agriculture : garantes de la stabilité et de la prospérité de notre pays

06.01.23 | Sensibiliser le public aux enjeux liés à l’économie et à l’agriculture, tel est l'objectif des associations faîtières de l'économie et de l'agriculture suisses en cette année électorale 2023À l’occasion de l’Épiphanie, ces associations se sont retrouvées sur la place Fédérale à Berne avec des messages concrets pour expliquer comment l’économie et l’agriculture participent à la sécurité et à la stabilité de notre pays.

Lire la suite
Communiqués de presse
L’oxyde d’éthylène n’est pas un produit phytosanitaire

22.12.20 | Ces dernières semaines, plusieurs détaillants suisses ont dû rappeler des denrées alimentaires contenant de l’oxyde d’éthylène. Dans leur communication, ils prétendent parfois qu’il s’agit d’un produit phytosanitaire. C’est complètement absurde !

Lire la suite
Communiqués de presse
Les règles « Swissness » ont fait leurs preuves

18.12.20 | Le Conseil fédéral a décidé de maintenir les critères introduits en 2017 pour l’indication de la provenance suisse. L’Union suisse des paysans salue cette décision.

Lire la suite
Communiqués de presse
La politique du prix du lait est insoutenable

24.06.20 | Trahissant leur promesse, les transformateurs n’augmentent le prix du lait que de manière minime et appliquent des déductions plus importantes. Les nouveaux tarifs font parfois même baisser le prix du lait de centrale que se voient payer les familles paysannes en réalité. Les producteurs de lait se font duper !

Lire la suite