Contenu principal

L’idéal… et la réalité

Communiqué de presse de l’Union suisse des paysans du 6 janvier 2021

Les familles paysannes sont tiraillées entre les critiques incessantes des médias d’une part, et la réalité du marché et du commerce d’autre part. Deux initiatives anti-agricoles extrêmes viennent compliquer la situation. Or, ces initiatives sont trompeuses. Des études montrent que celle sur l’eau potable aurait un effet global négatif sur l’environnement.

À l’heure actuelle, l’agriculture suisse fait l’objet d’une grande attention et de nombreuses critiques de la part du public. Les produits phytosanitaires, les aliments pour animaux, les engrais de ferme, l’élevage dans son ensemble : il semblerait que les solutions ne manquent pas. Si seulement les familles paysannes se remuaient !

Quoi que laissent transparaître les médias et, par conséquent, quoi qu’en pense le public, l’agriculture suisse ne cesse de se réinventer et de s’améliorer. Depuis 2010, le recours aux pesticides de synthèse a diminué de 37 %. Aujourd’hui, la moitié des produits phytosanitaires employés sont d’origine naturelle et homologués pour une utilisation dans l’agriculture biologique. Mais dans l’impossibilité d’assurer la protection dont les cultures ont besoin face aux champignons et aux ravageurs, l’agriculture ne pourrait plus livrer la quantité d’aliments désirée en qualité souhaitée sur le marché. Bien sûr, ces aliments resteraient consommés malgré tout, mais les denrées importées deviendraient tout simplement plus populaires. Aujourd’hui déjà, 75 % de notre impact environnemental lié à la consommation est généré à l’étranger. Plus nous importons, plus l’ensemble de l’environnement en souffre. Désormais, nos exploitations agricoles allouent 16 % de leurs terres pour promouvoir la biodiversité et assurer la survie des insectes. La condition pour pouvoir prétendre à des paiements directs serait de 7 % par exploitation.

En moyenne, les familles paysannes gagnent quatre francs sur cinq grâce à la vente de leurs produits. En d’autres termes, la demande de leurs produits et le prix qu’elles obtiennent pour ceux-ci sont à la base même de leur réussite économique et, partant, de leurs actions. C’est pourquoi le comportement d’achat dans les magasins et les habitudes de consommation déterminent en général la direction dans laquelle se développe l’agriculture. La demande de produits encore plus respectueux envers l’environnement et les animaux, ou même de produits d’origine végétale plutôt qu’animale, constitue en définitive l’offre à commander aux producteurs. Les familles paysannes l’ont vite compris. Elles sont prêtes à faire encore davantage. Toutefois, elles dépendent d’une demande stable à long terme pour pouvoir réaliser les investissements nécessaires et produire à un niveau rentable.

Les familles paysannes finissent par se lasser des critiques incessantes dont fait l’objet leur travail à l’heure actuelle. L’agriculture suisse continue à servir de modèle au niveau international, il ne faudrait pas l’oublier. En outre, une votation sur deux initiatives extrêmes est prévue le 13 juin prochain. Or, ces initiatives sont trompeuses. Deux études montrent que l’initiative sur l’eau potable aurait un effet global négatif sur l’environnement. L’initiative pour une Suisse libre de pesticides de synthèse ferait quant à elle grimper les prix des denrées alimentaires et constituerait une violation des engagements pris dans le cadre de l’OMC. 

Il existe un dossier de presse supplémentaire complétant ce communiqué.​​​​​​​

 

Renseignements

Martin Rufer

Martin Rufer

Directeur de l'Union Suisse des Paysans

Téléphone 078 803 45 54
E-Mail martin.rufer@sbv-usp.ch

Francis Egger

Vice-directeur Union Suisse des Paysans
Département économie, formation et
relations internationales

Mobile 079 280 69 66
Email francis.egger@sbv-usp.ch

Sur le même sujet

Communiqués de presse
Dons de l’USP et des familles paysannes en faveur de la population ukrainienne

09.03.22 | Le monde est en état de choc depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie il y a de cela deux semaines. En plus d’être un État indépendant et démocratique, l’Ukraine est le grenier de l’Europe. Les terres fertiles du pays produisent beaucoup de nourriture destinée non seulement à la population indigène, mais aussi à l’exportation.

Lire la suite
Communiqués de presse
L’agriculture suisse restera exempte d’OGM

08.03.22 | Le Conseil des États a cédé lors de l’élimination des divergences concernant la loi sur le génie génétique et s’est aligné sur la décision du Conseil national : la Chambre haute s’est elle aussi prononcée en faveur d’une agriculture exempte d’OGM sans exception pour les quatre prochaines années. Elle soutient également le mandat visant à élaborer une réglementation future des nouvelles techniques de sélection. L’Union suisse des paysans salue cette décision.

Lire la suite
Communiqués de presse
Décision avisée sur le génie génétique en Suisse

02.03.22 | Le Conseil national rejette l’exception au moratoire sur le génie génétique prévue par le Conseil des États pour les nouvelles techniques de sélection. Il préfère miser à juste titre sur une agriculture suisse exempte d’OGM. Parallèlement, le Conseil national charge le Conseil fédéral de présenter d’ici à 2024 des propositions pour réglementer ces techniques. L’Union suisse des paysans salue cette décision.

Lire la suite
Communiqués de presse
Seule l’initiative sur l’élevage intensif sera soumise au peuple

02.03.22 | Avec la décision qu’a prise aujourd’hui le Conseil des États, le contre-projet qu’opposait le Conseil fédéral à l’initiative sur l’élevage intensif n’est plus d’actualité. Seule l’initiative sera soumise au peuple cette année encore. Le Conseil fédéral et le Parlement la rejettent. L’agriculture elle-même la considère comme inutile, car le niveau de bien-être animal en Suisse est déjà très élevé et que l’offre exigée par l’initiative est déjà plus que suffisante.

Lire la suite
Communiqués de presse
L’USP exige une hausse des prix à la production

23.02.22 | À l’instar de tous les secteurs de l’économie, les familles paysannes connaissent un renchérissement des agents de production. Aussi la Chambre suisse d’agriculture exige-t-elle sans plus attendre une augmentation des prix à la production d’au moins 5 %. À partir de 2023, la production animale et la production végétale devront toucher un revenu supplémentaire de respectivement 5 % et 10 % au minimum, de sorte à amortir la hausse des coûts et les risques liés à la mise en œuvre de nouvelles exigences environnementales.

Lire la suite
Communiqués de presse
Moratoire sur le génie génétique : consensus en vue

28.01.22 | Après que le Conseil des États s’est précipité pour créer des exceptions au moratoire sur le génie génétique, la commission chargée de l’examen préalable du Conseil national décide de miser sur une réglementation propre de la question. L’Union suisse des paysans soutient cette décision.

Lire la suite
Communiqués de presse
Loi sur la chasse : une révision urgente s’impose

18.01.22 | Dans les régions de montagne et d’alpage, les problèmes liés au loup se sont amplifiés ces dernières années. Une révision rapide de la loi sur la chasse est donc nécessaire. La Commission de l’environnement, de l’aménagement du territoire et de l’énergie du Conseil national l’a elle aussi reconnu à notre grand plaisir.

Lire la suite
Communiqués de presse
Adoption de hausses importantes dans le budget

01.12.21 | Le Parlement a ajusté le budget 2022 en faveur de l’agriculture. Cette excellente décision profitera en particulier aux producteurs de lait et de betteraves sucrières, dont les filières doivent lutter pour rester rentables.

Lire la suite