Contenu principal

L’initiative pour une eau potable propre manque son objectif

Communiqué de presse de l'Union Suisse des Paysans du 7 mai 2019

En cas d’acceptation de l’initiative pour une eau potable propre, en particulier les exploitations viticoles et arboricoles, certaines cultures des champs ainsi que la production avicole et porcine se verraient contraintes soit de renoncer aux paiements directs et de ne plus produire selon le cahier des charges des prestations écologiques requises, soit d’abandonner la production. Il s’agit de la principale conclusion qui ressort d’une étude de cas réalisée par la Haute école des sciences agronomiques, forestières et alimentaires sur la base de onze exploitations agricoles réelles. Les deux options ne produisent aucun effet positif sur l’environnement. 

L’initiative populaire « pour une eau potable propre et une alimentation saine » a été déposée en 2018. Elle demande que les exploitations qui utilisent des produits phytosanitaires ou qui achètent du fourrage pour nourrir leurs animaux ne reçoivent plus de paiements directs. L’Union suisse des paysans (USP) a commandé une étude à la Haute école des sciences agronomiques, forestières et alimentaires (HAFL) pour analyser les conséquences économiques d’une acceptation de l’initiative sur onze exploitations concrètes, ainsi que les possibilités d’action dont disposent celles-ci. Les modélisations mathématiques montrent que l’initiative pour une eau potable propre aurait des conséquences négatives sur le chiffre d’affaires et le revenu de toutes les exploitations étudiées. Au vu des résultats, cinq des onze exploitations choisiraient de s’adapter aux exigences de l’initiative pour continuer de recevoir des paiements directs. Il s’agit en particulier d’exploitations laitières et d’exploitations de grandes cultures. Ces dernières devraient toutefois modifier leur assolement et abandonner certaines cultures, comme les pommes de terre, les betteraves sucrières et le colza.

Renoncer aux paiements directs

D’après l’étude, six exploitations préféreraient renoncer à des paiements directs pour ne pas devoir remplir les exigences. Ce groupe comprend des exploitations spécialisées avec des cultures spéciales comme des vergers et des vignes. Pour celles-ci, le renoncement total aux produits phytosanitaires entraînerait des pertes de rendement considérables et des risques de production intolérables. Les éleveurs de porcs et de volailles renonceraient eux aussi à des paiements directs afin de maintenir la production. Pour la plupart d’entre eux, il est utopique de nourrir les animaux de rente uniquement avec le fourrage produit dans l’exploitation. L’analyse confirme que l’acceptation de l’initiative pour une eau potable propre ferait sortir une partie considérable des exploitations agricoles du système des paiements directs. D’où cette question essentielle : quelles seraient les conséquences de l’initiative pour une eau potable propre sur l’utilisation de produits phytosanitaires si les gros consommateurs ne s’y soumettaient pas et ne produisaient plus selon le cahier des charges des prestations écologiques requises ?

Aborder les défis sous un angle différent

Pour l’USP, l’étude montre que l’initiative pour une eau potable propre pose des revendications trop extrêmes et ne mène pas au résultat voulu. Les répercussions de l’initiative sur l’environnement se révéleraient négatives dans l’ensemble. L’agriculture prend très au sérieux les thèmes soulevés par l’initiative et reconnaît la nécessité de prendre des mesures. Contrairement à ce que suggère l’initiative, ce n’est pas au niveau de l’eau potable ou de l’alimentation que des mesures s’imposent. Il s’agit avant tout de réduire les résidus présents dans les petits et moyens cours d’eau dans les zones d’agriculture intensive du Plateau. Les réponses et les mesures face à ces défis existent déjà, avec les plans d’action en matière de produits phytosanitaires et de biodiversité, la stratégie contre l’antibiorésistance, ainsi que la solution sectorielle prête à l’emploi pour renforcer la production de fourrages indigènes. Il s’agit de les appliquer et de les imposer à la lettre. Pour ces raisons, l’USP estime – tout comme le Conseil fédéral – qu’un contre-projet n’est pas nécessaire. Il freinerait la mobilisation actuelle et provoquerait une dispersion inutile des forces.

L’étude intégrale est disponible aussi sur www.initiative-eau-potable-non.ch.

Renseignements

Markus Ritter

Markus Ritter

Union Suisse des Paysans
Président
Conseiller national

Téléphone 079 300 56 93
EMail markus.ritter@parl.ch

Jacques Bourgeois

Jacques Bourgeois

Union Suisse des Paysans
Directeur
Conseiller national

Téléphone 079 219 32 33
E-Mail jacques.bourgeois@sbv-usp.ch

Martin Pidoux

Directeur de l’étude HAFL

Tél. 031 910 29 84 

Urs Bürgi

Cultivateur dans le canton de Berne

Tél. 079 452 28 56

Annelies Thürler

Avicultrice dans le canton de Fribourg

Tél. 079 630 97 42

Boris Keller

Viticulteur dans le canton de Neuchâtel

Tél. 079 449 57 44

Sur le même sujet

Communiqués de presse
L’initiative pour une eau potable propre manque son objectif

07.05.19 | En cas d’acceptation de l’initiative pour une eau potable propre, en particulier les exploitations viticoles et arboricoles, certaines cultures des champs ainsi que la production avicole et porcine se verraient contraintes soit de renoncer aux paiements directs et de ne plus produire selon le cahier des charges des prestations écologiques requises, soit d’abandonner la production. Il s’agit de la principale conclusion qui ressort d’une étude de cas réalisée par la Haute école des sciences agronomiques, forestières et alimentaires sur la base de onze exploitations agricoles réelles. Les deux options ne produisent aucun effet positif sur l’environnement.

Lire la suite
Communiqués de presse
L'accord institutionnel avec l’UE

24.04.19 | Oui à la réforme fiscale et au financement de l’AVS, non à l’accord institutionnel avec l’UE sous sa forme actuelle : voilà les décisions qu’a prises aujourd’hui la Chambre suisse d’agriculture de l’Union suisse des paysans.

Lire la suite
Prises de position Agrarpolitik ab 2022 (AP22+)

25.02.19 | La consultation sur la Politique agricole 22+ est en cours. Plus tôt dans la journée, la Chambre suisse d’agriculture (CSA) a adopté la position définitive de l’Union suisse des paysans (USP) à cet égard. Elle salue le maintien du crédit-cadre et des mesures de protection douanière, de même que les mesures visant à optimiser le recours aux produits phytosanitaires et, de manière plus générale, à promouvoir la pratique d’une agriculture respectueuse de l’environnement et des animaux. Parmi ces mesures figurent l’introduction de contributions au système de production et l’incorporation des exigences en matière de protection des végétaux dans les prestations écologiques requises. Le Conseil fédéral répond ainsi aux défis actuels et, par là même, à l’initiative pour une eau potable propre. À l’inverse, les membres de la CSA ne voient aucun intérêt à verser une contribution d’exploitation, à régionaliser les contributions à la biodiversité, à fusionner les contributions à la qualité du paysage et celles à la mise en réseau, ni à supprimer les contributions à l’utilisation efficiente des ressources. Ils préfèrent miser sur la poursuite d’un système éprouvé, qui est en vigueur depuis cinq ans seulement. De plus, l’obligation de verser des prestations sociales aux paysannes pour obtenir des paiements directs n’a rencontré aucune majorité. L’USP reconnaît toutefois qu’il y a là de quoi améliorer la situation. C’est pourquoi elle propose d’introduire un conseil obligatoire en assurance pour l’octroi des crédits d’investissement. Pour ce qui est de la limitation des paiements directs, la majorité de la CSA veut aussi conserver les critères en vigueur. Elle estime le plafond proposé de 250 000 francs par exploitation comme étant trop peu efficace. En ce qui concerne les exigences de formation professionnelle, la base de l’USP propose de se fonder en principe sur le certificat fédéral de capacité. Du reste, elle ne voit pas le besoin de modifier le droit foncier rural et le droit du bail à ferme. Un assouplissement des conditions pourrait compromettre l’avenir des exploitations agricoles familiales.

Lire la suite
Communiqués de presse
Développement sensé de la politique agricole

20.02.19 | Les membres de la Chambre suisse d’agriculture ont discuté et adopté la position de l’Union suisse des paysans sur la Politique agricole 22+. Ils ont soutenu les mesures visant à accroître la durabilité de la production suisse et misent sur la stabilité des conditions cadres.

Lire la suite
Points de vue L’initiative contre le mitage est trop extrême

14.01.19 | L’initiative contre le mitage du territoire veut orienter le développement du milieu bâti en gelant la surface actuelle de la zone à bâtir. Sur le principe, l’Union suisse des paysans (USP) est du même avis que les auteurs de l’initiative, selon lesquels il faut mieux protéger les terres cultivables. Elle rejette néanmoins l’initiative, car cette dernière se révèle trop extrême et déconnectée de la réalité.

Lire la suite
Communiqués de presse
L’agriculture suisse vaut plus qu’il n’y paraît à première vue

03.01.19 | Il est beaucoup question des coûts que génère l’agriculture indigène et de son faible taux de participation à la création de richesse. Par contre, son utilité d’intérêt public et sa valeur réelle sont souvent passées sous silence. L’USP entend bien profiter de son nouveau rapport de fond pour inverser la tendance.

Lire la suite
Communiqués de presse
Le projet d’aménagement du territoire est à renvoyer à l’expéditeur

14.12.18 | Le message relatif à la révision de la loi sur l'aménagement du territoire mène à un affaiblissement massif de l’agriculture. Il rend impossibles l’innovation et un développement tourné vers l’avenir des exploitations agricoles. C’est pourquoi le Comité de l’Union suisse des paysans demande au Parlement de ne pas entrer en matière sur le projet.

Lire la suite
Communiqués de presse
L’USP adresse ses félicitations aux nouvelles Conseillères fédérales

05.12.18 | L’Assemblée fédérale a élu Karin Keller-Sutter (PLR) et Viola Amherd (PDC) au Conseil fédéral. Elles succèdent à Johann Schneider-Ammann (PLR) et Doris Leuthard (PDC), qui ont dirigé respectivement le Département fédéral de l’économie, de la formation et de la recherche (DEFR) et le Département fédéral de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication (DETEC), deux ministères d’une importance majeure pour l’agriculture. L’Union suisse des paysans (USP) adresse ses plus vives félicitations aux deux nouvelles Conseillères fédérales pour leur élection.

Lire la suite