Contenu principal

L’initiative pour une eau potable propre manque son objectif

Communiqué de presse de l'Union Suisse des Paysans du 7 mai 2019

En cas d’acceptation de l’initiative pour une eau potable propre, en particulier les exploitations viticoles et arboricoles, certaines cultures des champs ainsi que la production avicole et porcine se verraient contraintes soit de renoncer aux paiements directs et de ne plus produire selon le cahier des charges des prestations écologiques requises, soit d’abandonner la production. Il s’agit de la principale conclusion qui ressort d’une étude de cas réalisée par la Haute école des sciences agronomiques, forestières et alimentaires sur la base de onze exploitations agricoles réelles. Les deux options ne produisent aucun effet positif sur l’environnement. 

L’initiative populaire « pour une eau potable propre et une alimentation saine » a été déposée en 2018. Elle demande que les exploitations qui utilisent des produits phytosanitaires ou qui achètent du fourrage pour nourrir leurs animaux ne reçoivent plus de paiements directs. L’Union suisse des paysans (USP) a commandé une étude à la Haute école des sciences agronomiques, forestières et alimentaires (HAFL) pour analyser les conséquences économiques d’une acceptation de l’initiative sur onze exploitations concrètes, ainsi que les possibilités d’action dont disposent celles-ci. Les modélisations mathématiques montrent que l’initiative pour une eau potable propre aurait des conséquences négatives sur le chiffre d’affaires et le revenu de toutes les exploitations étudiées. Au vu des résultats, cinq des onze exploitations choisiraient de s’adapter aux exigences de l’initiative pour continuer de recevoir des paiements directs. Il s’agit en particulier d’exploitations laitières et d’exploitations de grandes cultures. Ces dernières devraient toutefois modifier leur assolement et abandonner certaines cultures, comme les pommes de terre, les betteraves sucrières et le colza.

Renoncer aux paiements directs

D’après l’étude, six exploitations préféreraient renoncer à des paiements directs pour ne pas devoir remplir les exigences. Ce groupe comprend des exploitations spécialisées avec des cultures spéciales comme des vergers et des vignes. Pour celles-ci, le renoncement total aux produits phytosanitaires entraînerait des pertes de rendement considérables et des risques de production intolérables. Les éleveurs de porcs et de volailles renonceraient eux aussi à des paiements directs afin de maintenir la production. Pour la plupart d’entre eux, il est utopique de nourrir les animaux de rente uniquement avec le fourrage produit dans l’exploitation. L’analyse confirme que l’acceptation de l’initiative pour une eau potable propre ferait sortir une partie considérable des exploitations agricoles du système des paiements directs. D’où cette question essentielle : quelles seraient les conséquences de l’initiative pour une eau potable propre sur l’utilisation de produits phytosanitaires si les gros consommateurs ne s’y soumettaient pas et ne produisaient plus selon le cahier des charges des prestations écologiques requises ?

Aborder les défis sous un angle différent

Pour l’USP, l’étude montre que l’initiative pour une eau potable propre pose des revendications trop extrêmes et ne mène pas au résultat voulu. Les répercussions de l’initiative sur l’environnement se révéleraient négatives dans l’ensemble. L’agriculture prend très au sérieux les thèmes soulevés par l’initiative et reconnaît la nécessité de prendre des mesures. Contrairement à ce que suggère l’initiative, ce n’est pas au niveau de l’eau potable ou de l’alimentation que des mesures s’imposent. Il s’agit avant tout de réduire les résidus présents dans les petits et moyens cours d’eau dans les zones d’agriculture intensive du Plateau. Les réponses et les mesures face à ces défis existent déjà, avec les plans d’action en matière de produits phytosanitaires et de biodiversité, la stratégie contre l’antibiorésistance, ainsi que la solution sectorielle prête à l’emploi pour renforcer la production de fourrages indigènes. Il s’agit de les appliquer et de les imposer à la lettre. Pour ces raisons, l’USP estime – tout comme le Conseil fédéral – qu’un contre-projet n’est pas nécessaire. Il freinerait la mobilisation actuelle et provoquerait une dispersion inutile des forces.

L’étude intégrale est disponible aussi sur www.initiative-eau-potable-non.ch.

Renseignements

Markus Ritter

Markus Ritter

Union Suisse des Paysans
Président
Conseiller national

Téléphone 079 300 56 93
EMail markus.ritter@parl.ch

Jacques Bourgeois

Jacques Bourgeois

Union Suisse des Paysans
Directeur
Conseiller national

Téléphone 079 219 32 33
E-Mail jacques.bourgeois@sbv-usp.ch

Martin Pidoux

Directeur de l’étude HAFL

Tél. 031 910 29 84 

Urs Bürgi

Cultivateur dans le canton de Berne

Tél. 079 452 28 56

Annelies Thürler

Avicultrice dans le canton de Fribourg

Tél. 079 630 97 42

Boris Keller

Viticulteur dans le canton de Neuchâtel

Tél. 079 449 57 44

Sur le même sujet

Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - septembre 2021

11.10.21 | La fraîcheur du mois d’août a fait place à un ensoleillement supérieur à la moyenne durant un mois de septembre particulièrement doux. Des températures élevées ont été enregistrées, en particulier pendant la première partie du mois. Tout comme au mois d’août, les précipitations sont restées inférieures à la moyenne. Par endroits, la quantité de pluie n’a même pas atteint un tiers des valeurs normalement observées en septembre. 6927 cas de sinistres engendrés par la grêle ont été signalés au mois de juin et 3577 au mois de juillet (tableaux 1.4 et 1.5). Le nombre de sinistres déclarés pour l’année en cours (août compris) s’est élevé à 11'212. L’assurance Suisse Grêle estime les dommages assurés à 110 millions de francs et parle de la pire année de grêle depuis sa fondation. L’agriculture a aussi été fortement affectée par des dommages causés par des forces naturelles cette année, car la grêle s’est souvent accompagnée de fortes pluies et d’inondations.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - août 2021

13.09.21 | Le mois de juillet 2021 a été marqué par de nombreuses précipitations. Néanmoins, grâce à un printemps sec, le bilan hydrique cumulé jusqu’au mois de juillet n’a pas atteint le niveau de l’année 2016 (tableau 1.2). Le mois d’août a été frais. Dans la plupart des régions, les températures sont restées sous la norme 1981-2010. Au début du mois, le temps a été marqué par une basse pression. En particulier au sud des Alpes, des orages parfois violents ont éclaté, avec des précipitations quotidiennes supérieures à 100 mm. Entre le 10 et le 14 août, l’ensoleillement a été fort dans toutes les régions, avec des températures supérieures à 30 °C. Le 16 août, un front froid a suivi avec, selon les régions, de fortes précipitations. Le 18 août, un anticyclone a entre autres provoqué des nuages comparables à du brouillard élevé. La pluie est à nouveau tombée sur la Suisse orientale le 26 août. En Suisse romande, en Valais et au Tessin, le temps est resté assez sec et ensoleillé. Globalement, les précipitations en août ont été plus faibles que la norme 1981-2010.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - juillet 2021

10.08.21 | Juillet 2021 se classe parmi les cinq mois les plus pluvieux depuis le début des mesures. En fait, les sols étaient déjà largement saturés d’eau à la fin du mois de juin. Les grandes quantités de précipitations sont tombées principalement pendant la première moitié du mois, à partir du 5 juillet. Elles ont provoqué des inondations, des glissements de terrain et des laves torrentielles. Les crues ont aussi mené à la suspension temporaire de la navigation sur le Rhin. Plusieurs orages accompagnés de grêle ont causé des dégâts importants les 7 et 8 juillet ainsi que les 12 et 13 juillet. Par endroits, les cultures agricoles telles que les légumes et les vignes ont subi des pertes totales. Une phase de temps un peu plus ensoleillé a suivi du 17 au 23 juillet, avant qu’une situation dépressionnaire ne s’installe à nouveau. La grêle s’est encore abattue sur le pays le 24 et le 28 juillet, avec des grêlons atteignant une taille qui n’est attendue que tous les 20 à 50 ans. Au total, huit jours de grêle ont été enregistrés dans toute la Suisse en juillet. En juin déjà, les dommages causés par la grêle étaient déjà bien supérieurs à la moyenne, avec 6927 sinistres déclarés (tableau 1.5). En juillet, la température moyenne était de 0,3 degré inférieure à la norme 1981-2010, tandis que la température sur le versant sud des Alpes était dans la norme.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 31/2021

06.08.21 | En production végétale, l’année 2021 menace d’amener des résultats encore pire que ceux de l’année 2016. En 2016, les pluies persistantes ont surtout créé une situation difficile pour les grandes cultures. Cette année, les effets des gelées tardives au printemps s’y ajoutent ainsi que ceux des fortes chutes de grêles. Par conséquent, les cultures spéciales sont fortement touchées, contrairement à la situation dans l’année 2016.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - juin 2021

12.07.21 | Les journées caniculaires enregistrées notamment vers le milieu de juin 2021 ont en fait le quatrième mois de juin le plus chaud depuis le début des mesures en 1864. Le tonnerre a grondé surtout dans le premier et le dernier tiers du mois. De violents orages accompagnés de fortes pluies, de grêle et de vents tempétueux ont balayé la Suisse à partir du 18 juin. À certains endroits, de grandes quantités de pluie se sont abattues en un court laps de temps, entraînant des inondations dans plusieurs régions du versant nord des Alpes. La grêle avait déjà causé de nombreux dégâts en mai (tableau 1.5). Agristat ne dispose pas encore de données exactes pour le mois de juin. Cependant, le nombre de jours de grêle s’est montré très élevé. Une averse de grêle d’une ampleur exceptionnelle est survenue en particulier le 28 juin, avec des grêlons atteignant jusqu’à 7 cm de diamètre. De nombreux dommages sont donc à supposer. Après un mois de mai froid et humide, les paysans ont récolté beaucoup de foin en juin. La fenaison a donc commencé assez tard cette année, plus exactement avec six jours de retard par rapport à la date moyenne de la période de référence 1981-2010.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - mai 2021

10.06.21 | Le mois de mai s’est distingué par des températures basses et des précipitations bien supérieures à la moyenne. À basse altitude, dans le nord de la Suisse, la température était de 2 à 3 degrés inférieure à la norme 1981-2010. Au cours de la première quinzaine de mai, des gelées au sol se sont encore produites par endroits (surtout dans le nord de la Suisse), bien que leur ampleur soit restée beaucoup plus faible qu’en 2019. Les précipitations ont atteint 135 % de la pluviométrie normale en moyenne nationale, mais elles se sont révélées encore bien plus abondantes dans certaines régions. Sur une grande partie du pays, la pluie est tombée presque tous les jours jusqu’au 27 mai. Le temps frais d’avril et de mai a fait de ce printemps le plus froid depuis 1987. En raison du temps humide et froid, le développement de la végétation a pris du retard, d’ampleur très variable selon les espèces végétales et les cultures. En 2020, il n’y a eu que peu de déclarations de sinistres causés par la grêle. Les 8,5 millions de francs d’indemnisations versées demeurent bien inférieures à la moyenne. Dans les cas des dommages causés par les naturels, les indemnisations de 7,2 millions de francs sont restées en deçà de celles des cinq années précédentes (tableau 1.4).

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - avril 2021

10.05.21 | Le mois d’avril 2021 a été le plus froid depuis 20 ans. Comme en mars déjà, les précipitations sont restées rares. En avril, de longues périodes de gelées basses sévères ont causé des dégâts importants, en particulier sur les fruits à noyau (abricots, cerises et pruneaux), mais aussi sur les fruits à pépins et dans la vigne. Le deuxième graphique du tableau 1.3 montre l’évolution des températures les plus basses dans diverses stations de mesure. À l’évidence, toute la Suisse était touchée. Les dégâts se révèlent très variables selon les régions, les exploitations et les cultures. Suisse Grêle estime que les dégâts peuvent atteindre un montant de cinq millions de francs suisses. Le temps froid du mois d’avril a entraîné un retard dans le développement de la végétation, lequel se situe désormais dans la moyenne pluriannuelle.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - mars 2021

12.04.21 | Après un début de mois ensoleillé, un temps changeant s’est installé à partir du 4 mars. Du 11 au 13 mars, un temps tempétueux arrivé par l’ouest a occasionné des rafales de 70 à 100 km/h sur le nord du pays. Un air froid polaire a apporté de la neige jusqu’en plaine entre le 14 et le 21 mars. Les Alpes centrales et orientales ont reçu des chutes de neige particulièrement abondantes. Un temps anticyclonique, avec des températures douces, a dominé à partir du 23 mars. Dans l'ensemble, les températures de mars se situent dans la norme 1981-2010. Les précipitations sont restées rares dans la plupart des endroits en mars. Au début du mois de mars, la végétation présentait encore une nette avance. La période de froid du milieu du mois a toutefois ralenti le développement. Le début de la floraison des cerisiers a été observé à Liestal le 25 mars. À la clôture du présent commentaire, début avril, l’hiver a fait son retour avec des températures minimales inférieures à zéro degré et des chutes de neige jusqu’en plaine (7 avril). Des dégâts d’une ampleur encore inconnue sont à prévoir dans les cultures fruitières précoces (cerises, abricots, pruneaux).

Lire la suite