Contenu principal

L’USP demande une mise en œuvre adaptée à la pratique

Point de vue de l’Union suisse des paysans du 5 juillet 2021

Les jeux sont faits : l’utilisation des pendillards sera obligatoire à partir de 2022. Le Conseil fédéral a intégré cette obligation dans l’ordonnance sur la protection de l’air. À l’inverse du Conseil des États, la majorité du Conseil national a ignoré des arguments de taille, manquant ainsi l’occasion d’empêcher l’application d’une telle obligation. L’Union suisse des paysans (USP) regrette cette décision : elle a fait tout son possible pour maintenir le système d’incitation volontaire, qui avait fait ses preuves.

L’USP ne s’oppose pas aux pendillards en tant que tels. En effet, leur utilisation peut se révéler judicieuse et contribuer à réduire les émissions d’ammoniac, mais ce n’est pas toujours le cas, suivant l’endroit et le moment.

L’exécution de l’obligation d’utiliser des pendillards est mal conçue. En principe, toutes les exploitations dont la surface fertilisable est supérieure à 3 ha et la pente inférieure à 18 % sont tenues de la respecter. Plus facile à dire qu’à faire. Certaines zones peuvent s’en voir exemptées, comme les vergers et les petites surfaces de moins de 25 ares. L’exemption des arbres haute tige des surfaces Q II mais pas de ceux des surfaces Q I est incompréhensible. Il n’est donc pas si facile de déterminer dans quels cas une surface doit être effectivement fertilisée avec des pendillards. Souvent, les chefs d’exploitation peuvent obtenir des informations en se référant aux cartes SIG avec les courbes de dénivellation. Cependant, dans de nombreux cas particuliers, ils doivent se renseigner auprès de l’office de l’agriculture de leur canton, lequel est compétent en matière d’exécution. Or, bon nombre de ces offices ne sont pas encore prêts et donc d’aucun secours, l’aide à l’exécution venant d’être publiée. La question se pose de savoir si les cantons seront en mesure de délimiter, dans les six mois à venir, les zones soumises à l’obligation d’utiliser des pendillards.

Les délais de livraison des pendillards, déjà supérieurs à un an lorsque aucune épidémie ne vient s’en mêler, constituent un autre défi. C’est pourquoi il convient de mettre en place des périodes transitoires pour permettre aux agriculteurs d’acquérir les outils appropriés à leur activité dans un délai raisonnable, ou de se regrouper et de trouver une solution, qu’il s’agisse d’achat ou de location.

La mise en œuvre de l’obligation doit être ajustée et clarifiée, et ce d’un point de vue pratique. En cas de doute, les interlocuteurs doivent être à même d’indiquer sur place aux chefs d’exploitation les zones où elle s’applique désormais et s’ils sont eux-mêmes concernés. À noter que l’Office fédéral de l’agriculture et l’Office fédéral de l’environnement sont aussi tenus de fournir aux cantons le soutien nécessaire et de ne pas se défiler au moyen d’une aide à l’exécution peu aboutie. Un tel comportement ne conduirait qu’à d’importantes divergences d’interprétation de la part des cantons et à des inégalités de traitement indésirables. Les agriculteurs en feraient alors à nouveau les frais. Il est donc essentiel de vite clarifier ces points. 

Auteur

Hannah von Ballmoos

Union Suisse des Paysans
Département Production, marché et écologie
Responsable Division Energie et environnement

Téléphone     056 462 50 06 
EMail             hannah.vonballmoos@sbv-usp.ch 

Sur le même sujet

En direct de l'USP
En direct de l‘USP n° 20

23.05.22 | La pression sur les animaux de rente augmente à cause de l’accroissement de la population de loups en Suisse. C’est pourquoi le Parlement a voté un crédit complémentaire de 5.7 mio de francs pour financer des mesures d’urgence de protection contre le loup pour la saison d’estivage 2022. Si ces mesures sont à saluer, elles ne résolvent en rien le problème. Seule une régulation préventive des grands prédateurs permettra de maintenir les activités agricoles, en particulier dans les zones de montagne. C’est pourquoi la loi sur la chasse doit impérativement être adaptée.

Lire la suite
En direct de l'USP
En direct de l‘USP n° 19

16.05.22 | La pression sur les animaux de rente augmente avec la croissance de la population des loups en Suisse. C’est pourquoi le parlement a alloué 5.7 millions de francs pour des « mesures d’urgences » pour la saison d’estivage 2022. L’USP a défini avec l’OFEV des mesures concrètes qui seront financées à l’aide de ce crédit. A ces mesures appartiennent davantage de personnel dans les alpages, des containers d’habitation mobiles, du matériel d’effarouchement et d’imagerie thermique. La liste des mesures sera prochainement publiée.

Lire la suite
AGRISTAT Actuel
Agristat « Actuel » 04-22 : Bilan fourrager 2020

11.05.22 | En 2020, les aliments fourragers disponibles ont diminué de 0,6 % par rapport à l’année précédente pour s’établir à 7'752'000 tonnes de matière sèche. Les 1'792'000 tonnes d’aliments concentrés disponibles lors de l’année sous revue représentent la majeure partie des fourrages commercialisables. Les produits non commercialisables sont surtout constitués de fourrages de base, dont la quasi-totalité est destinée à l’alimentation du bétail consommant du fourrage grossier. En 2020, pas moins de 5'960'000 tonnes d’aliments pour animaux, soit 76,9 % de la consommation totale, appartenaient à cette catégorie de fourrages. Cette même année, la part de la production intérieure du fourrage disponible total a affiché une légère hausse et atteint 86,4 %. L’approvisionnement en céréales fourragères indigènes et en sous-produits issus de la fabrication d’huile et de la minoterie a été plus élevé que l’année précédente. En outre, les fourrages grossiers et le maïs d’ensilage ont également donné de bonnes récoltes.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - avril 2022

11.05.22 | Le premier tiers du mois d’avril a connu des chutes de neige jusqu’en plaine, accompagnées de gelées tardives en raison des températures basses. Ces phénomènes de gelées tardives se sont encore produits à la fin du deuxième tiers du mois. Les dégâts sans doute ainsi causés dans les cultures fruitières précoces (fruits à noyau et fruits à pépins) restent difficiles à évaluer à l’heure actuelle. Malgré les épisodes de froid, la plupart des régions ont affiché une température moyenne située dans les limites de la norme pluriannuelle. Pour le reste, le temps changeant typique d’avril a souvent prévalu. À la fin du mois, le sud du pays s’est vu arrosé des premières fortes précipitations de l’année.

Lire la suite
En direct de l'USP
En direct de l‘USP n° 18

10.05.22 | Au travers du programme AQ-Viande suisse et de sa très large couverture (>95% des exploitations), la production animale prend ses responsabilités en bannissant l’hormone PMSG dont le prélèvement sur des juments est très controversé. Cette hormone était, dans de rares cas, utilisée pour solutionner des problèmes de fertilité chez les truies. En revanche, l’utilisation d’hormones pour améliorer les performances n’a jamais été autorisée en Suisse, contrairement à ce qui se pratique encore dans plusieurs pays. Avec toutes les dispositions en vigueur, l’élevage suisse se démarque ainsi clairement de l’étranger.

Lire la suite
En direct de l'USP
En direct de l‘USP n° 17

03.05.22 | Actuellement, des négociations sont en cours pour répercuter la forte hausse des coûts de production. L'USP suit la situation de l'évolution des coûts via les enquêtes d'Agristat. Entre mars 21 et mars 22, les coûts supplémentaires pour l'agriculture suisse s'élèvent au total à plus de 700 millions de francs. En moyenne, une augmentation des prix à la production de 6,9 % est nécessaire pour les absorber.

Lire la suite
Collaborateur/trice spécialisé/e Production végétale 50 %

29.04.22 | Désirez-vous mettre vos compétences au service d’un secteur agricole fort et de la production végétale, et ainsi participer au développement de l’agriculture suisse de demain ? Alors rejoignez-nous ! En tant qu’association faîtière de l’agriculture suisse, l’Union suisse des paysans défend les intérêts des agriculteurs et agricultrices. Pour une entrée en fonction immédiate ou à une date à convenir, le département Production, marché et écologie recherche un/e : Collaborateur/trice spécialisé/e Production végétale 50 %

Lire la suite
Prises de position Modification de la loi sur l’énergie du 30 septembre 2016

28.04.22 | Prise de position de l'Union suisse des paysans sur la modification de la loi sur l’énergie du 30 septembre 2016.

Lire la suite