Contenu principal

L’USP demande une mise en œuvre adaptée à la pratique

Point de vue de l’Union suisse des paysans du 5 juillet 2021

Les jeux sont faits : l’utilisation des pendillards sera obligatoire à partir de 2022. Le Conseil fédéral a intégré cette obligation dans l’ordonnance sur la protection de l’air. À l’inverse du Conseil des États, la majorité du Conseil national a ignoré des arguments de taille, manquant ainsi l’occasion d’empêcher l’application d’une telle obligation. L’Union suisse des paysans (USP) regrette cette décision : elle a fait tout son possible pour maintenir le système d’incitation volontaire, qui avait fait ses preuves.

L’USP ne s’oppose pas aux pendillards en tant que tels. En effet, leur utilisation peut se révéler judicieuse et contribuer à réduire les émissions d’ammoniac, mais ce n’est pas toujours le cas, suivant l’endroit et le moment.

L’exécution de l’obligation d’utiliser des pendillards est mal conçue. En principe, toutes les exploitations dont la surface fertilisable est supérieure à 3 ha et la pente inférieure à 18 % sont tenues de la respecter. Plus facile à dire qu’à faire. Certaines zones peuvent s’en voir exemptées, comme les vergers et les petites surfaces de moins de 25 ares. L’exemption des arbres haute tige des surfaces Q II mais pas de ceux des surfaces Q I est incompréhensible. Il n’est donc pas si facile de déterminer dans quels cas une surface doit être effectivement fertilisée avec des pendillards. Souvent, les chefs d’exploitation peuvent obtenir des informations en se référant aux cartes SIG avec les courbes de dénivellation. Cependant, dans de nombreux cas particuliers, ils doivent se renseigner auprès de l’office de l’agriculture de leur canton, lequel est compétent en matière d’exécution. Or, bon nombre de ces offices ne sont pas encore prêts et donc d’aucun secours, l’aide à l’exécution venant d’être publiée. La question se pose de savoir si les cantons seront en mesure de délimiter, dans les six mois à venir, les zones soumises à l’obligation d’utiliser des pendillards.

Les délais de livraison des pendillards, déjà supérieurs à un an lorsque aucune épidémie ne vient s’en mêler, constituent un autre défi. C’est pourquoi il convient de mettre en place des périodes transitoires pour permettre aux agriculteurs d’acquérir les outils appropriés à leur activité dans un délai raisonnable, ou de se regrouper et de trouver une solution, qu’il s’agisse d’achat ou de location.

La mise en œuvre de l’obligation doit être ajustée et clarifiée, et ce d’un point de vue pratique. En cas de doute, les interlocuteurs doivent être à même d’indiquer sur place aux chefs d’exploitation les zones où elle s’applique désormais et s’ils sont eux-mêmes concernés. À noter que l’Office fédéral de l’agriculture et l’Office fédéral de l’environnement sont aussi tenus de fournir aux cantons le soutien nécessaire et de ne pas se défiler au moyen d’une aide à l’exécution peu aboutie. Un tel comportement ne conduirait qu’à d’importantes divergences d’interprétation de la part des cantons et à des inégalités de traitement indésirables. Les agriculteurs en feraient alors à nouveau les frais. Il est donc essentiel de vite clarifier ces points. 

Auteur

Hannah von Ballmoos

Union Suisse des Paysans
Département Production, marché et écologie
Responsable Division Energie et environnement

Téléphone     056 462 50 06 
EMail             hannah.vonballmoos@sbv-usp.ch 

Sur le même sujet

Communiqués de presse
Réguler le loup sans faire dans la demi-mesure

29.09.22 | L’augmentation des populations de loups a accentué la problématique liée au canidé de manière exponentielle. La situation actuelle menace l’agriculture et en particulier l’économie alpestre dans leur existence.

Lire la suite
En direct de l'USP
En direct de l‘USP n°38

27.09.22 | L’agriculture ressent elle aussi la menace d’une pénurie d’électricité qui inquiète toute la Suisse en ce moment. Rendez-vous sur notre nouvelle page thématique pour tout savoir sur la question.

Lire la suite
Communiqués de presse
L’agriculture n’est pas à l’abri d’une pénurie d’électricité

23.09.22 | L’hiver prochain, en raison d’une pénurie d’électricité en Europe, les interruptions intermittentes de courant ne seront pas exclues. Les exploitations agricoles doivent se préparer sans céder à la panique.

Lire la suite
Prises de position Auswirkung von Gasmangel auf die Ernährungssicherheit

23.09.22 | Das Thema Strom- und Gasmangellage ist allgegenwärtig und führt zu Fragen und Verunsicherungen, so auch in der Landwirtschaft. Wir möchten Sie im Zusammenhang der Konsultation zur Gasmangellage auf ein paar wichtige Punkte im Interesse der Lebensmittelversorgung und der Versorgungssicherheit hinweisen. Wir unterstützen grundsätzlich das Vorgehen des Bundesrats, um die Schäden einer Mangellage möglichst tief zu halten. Dennoch fehlen bei einer rein auf möglichst tiefe Wirtschaftsverluste ausgelegte Planung Aspekte, die insbesondere bei der Lebensmittelproduktion entscheidend sind.

Lire la suite
En direct de l'USP
En direct de l‘USP n°37

19.09.22 | L’USP s’est entretenue avec les représentants du World Food System Center et de l’Institut des sciences agronomiques de l’EPFZ. L’échange a porté sur les projets en cours et les défis actuels.

Lire la suite
Points de vue
Juin 2021 et septembre 2022 : même combat

16.09.22 | Le 25 septembre et la décision sur l’initiative « Non à l’élevage intensif » approchent à grands pas. Ces dernières semaines, de nombreuses exploitations agricoles ont participé à la diffusion des mesures et des arguments en faveur du NON auprès des citoyens. Nous les remercions de tout cœur de leur engagement. Les discussions récentes ont montré une fois de plus à quel point le sujet de l’élevage est émotionnel. C’est la raison pour laquelle les résultats des sondages sont beaucoup moins nets que les bons arguments contre l’initiative ne le laisseraient supposer. Le camp qui saura le mieux mobiliser ses partisans fera tourner l’issue de la votation à son avantage. Est-ce que ce sera la gauche, plutôt urbaine, qui veut couler l’AVS et l’impôt anticipé, ou la bourgeoisie, plutôt rurale, qui ne veut pas mettre en péril l’agriculture suisse et les retraites ?

Lire la suite
AGRISTAT Actuel
Agristat « Actuel » 08-22 : Estimation des terres assolées en Suisse pour 2022

12.09.22 | Les terres ouvertes augmentent très peu en 2022 (+ 0,3 %). La surface de prairies artificielles augmente de 1164 hectares, soit 1,0 %. En chiffres absolus, les augmentations de surface les plus importantes concernent le maïs d'ensilage, l'épeautre, l'avoine, le soja et le tournesol. Le maïs-grain, le blé d’automne, les pois protéagineux, les betteraves sucrières et le blé fourrager enregistrent la plus forte baisse en matière de surface. Après que les surfaces de maïs d’ensilage et de prairies artificielles ont fortement été réduites en 2021, une légère correction en faveur des cultures fourragères a eu lieu en 2022.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - août 2022

12.09.22 | La température moyenne de 1,9 degré supérieure à la norme 1991-2020 a permis à août 2022 de se hisser à la deuxième place des mois d’août les plus chauds depuis 1864, derrière celui de 2003, où la température moyenne avait été de 3,5 degrés supérieure à la norme. À partir du 15 août, la pluie s’est enfin abattue sur plusieurs régions de Suisse. À de nombreux endroits, il s’agissait des premières précipitations significatives depuis début juillet. La seconde quinzaine d’août a été marquée par des averses parfois importantes et des cumuls journaliers élevés au niveau régional. Dans certaines régions, ce sont surtout les cultures d’herbe et de maïs qui ont le plus souffert de la sécheresse. Dans certains cas, la récolte du maïs d’ensilage a déjà débuté en août. Si le nombre de déclarations de sinistres était de 4374 en juin, il a chuté à 1790 en juillet (tableau 1.5). La situation des sinistres en juillet 2022 a donc été dans l’ensemble moyenne par rapport aux années précédentes. Le même constat peut être fait pour les dommages causés par les éléments naturels : le nombre de déclarations a été de 327 (tableau 1.6).

Lire la suite