Contenu principal

Une étude fédérale le confirme : l’initiative pour une eau potable est contre-productive

Communiqué de presse de l’Union suisse des paysans du 13 juin 2019

L’Union suisse des paysans n’est pas surprise par les résultats de l’étude sur les répercussions de l’initiative pour une eau potable, publiée aujourd’hui par Agroscope. Les scénarios calculés confirment que l’effet souhaité ne serait pas atteint, bien au contraire. 

Dans l’étude qu’il a publiée aujourd’hui, l’Institut fédéral de recherche Agroscope s’est penché sur les conséquences en termes d’économie et de structure agricole de l’initiative pour une eau potable. Pour prendre en compte toutes les éventualités, les auteurs ont calculé 18 scénarios différents. Les modèles de calculs attestent du fait qu’avec l’initiative pour une eau potable un grand nombre d’établissements abandonnerait les prestations écologiques requises (PER) comme exigence de base pour recevoir les paiements directs. En particulier, des exploitations à culture déjà plutôt intensive s’en détourneraient et continueraient d’intensifier leur production. Les établissements de production plutôt extensive resteraient toutefois fidèles aux PER. Ils réduiraient encore leur production en raison des nouvelles exigences strictes. Dans tous les scénarios, la production brute de calories de la culture végétale chuterait massivement, dans le cas le plus extrême de 38 % et en moyenne de 25 %. Le taux d’auto-approvisionnement afficherait également un recul allant jusqu’à 22 %. Ainsi, la production de denrées alimentaires serait encore plus délocalisée vers l’étranger.

Et la diversité biologique en pâtirait aussi : dans tous les scénarios, le nombre de surfaces de promotion de la biodiversité diminuerait, à savoir entre -10 000 ha (-6 %) et -23 000 ha (-15 %). En effet, les exploitations pratiquant l’élevage, qui se plient aux exigences, ont besoin de davantage de surface pour la production fourragère. Quant aux établissements qui renoncent aux paiements directs et se détournent des PER, ils ne doivent plus prouver qu’ils disposent d’une surface minimale pour promouvoir la biodiversité. L’Union suisse des paysans (USP) n’est pas surprise par ces résultats. Son étude portant sur 11 établissements agricoles concrets, réalisée par la Haute école spécialisée bernoise, était parvenue à la même conclusion. L’association faîtière des exploitations agricoles suisses est clairement d’avis que l’initiative pour une eau potable ne se contente pas de manquer son objectif, elle serait même contre-productive.

Pour six des 18 scénarios, Agroscope s'appuie sur les prix bio actuels pour les denrées alimentaires suisses. L’USP considère ces suppositions comme une utopie : la vaste majorité des consommateurs ne serait pas prête à dépenser nettement plus pour des denrées du pays.

 Le monde agricole prend les thématiques abordées dans les initiatives au sérieux et reconnaît qu’il est nécessaire d’agir. Les réponses à ces défis et les mesures qui en découlent existent : plans d’action sur la protection des végétaux et la biodiversité, stratégie Antibiorésistance et stratégie sectorielle en cours d’exécution pour un approvisionnement durable en matières fourragères suisses. La politique agricole 22+ en cours d’élaboration traite également de ces thématiques. L’USP est convaincue qu’une mise en œuvre et une application conséquentes de tous les instruments seront plus que suffisantes pour atteindre les objectifs d’une agriculture durable et faire face aux défis actuels. Partant, aucune contre-proposition n’est nécessaire, ceci freinerait l’engagement existant et disperserait inutilement les forces.

Renseignements

Jacques Bourgeois

Jacques Bourgeois

Union Suisse des Paysans
Directeur
Conseiller national

Téléphone 079 219 32 33
E-Mail jacques.bourgeois@sbv-usp.ch

Markus Ritter

Markus Ritter

Union Suisse des Paysans
Président
Conseiller national

Téléphone 079 300 56 93
EMail markus.ritter@parl.ch

Martin Rufer

Martin Rufer

Directeur de l'Union Suisse des Paysans
Chef du groupe de travail ad hoc sur le coronavirus et responsable departement production, marché & écologie

Téléphone 078 803 45 54
EMail martin.rufer@sbv-usp.ch

Sur le même sujet

Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - septembre 2020

13.10.20 | Septembre 2020 a été doux. La température moyenne est montée de 1,6 degré au-dessus de la norme de 1981-2010 (voir graphique 1.3). Du 14 au 16 septembre, plusieurs endroits ont même connu des journées caniculaires, le mercure dépassant alors les 30 degrés. Jusqu’au 23 septembre, les précipitations ont été très faibles. La plupart ont atteint tout au plus 15 % de la norme. Ce n’est qu’à la fin du mois qu’un front froid en provenance de l’Atlantique Nord a apporté de la fraîcheur et de fortes précipitations, ainsi que de la neige à partir de 1000 mètres. Les données phénologiques indiquent que la végétation de septembre avait environ une semaine d’avance par rapport à la période 1981-2010. Entre le 1er janvier et le 31 août, les dommages causés par la grêle et les autres éléments naturels ont plutôt épargné la Suisse (tableaux 1.4 et 1.6) en comparaison annuelle.

Lire la suite
Communiqués de presse
Même pied d’égalité pour le sucre suisse!

17.09.20 | Cette année, les betteraves sucrières sont fortement touchées par la jaunisse virale causant des pertes massives de rendement. Suite à l’interdiction des néonicotinoïdes en 2019, les plantes ne sont plus protégées de manière systémique pendant plusieurs semaines contre les ravageurs de surface, et la jaunisse virale transmise par les pucerons se propage largement. De ce fait, de nombreux Etats membres de l’UE ont délivré des autorisations d’urgence pour des produits phytosanitaires à base de néonicotinoïdes. Les betteraviers suisses exigent une égalité de traitement. Soit en mettant fin à l'importation de sucre produit à l'aide de produits phytosanitaires n’étant plus autorisés en Suisse, soit avec une autorisation temporaire pour l’enrobage aux néonicotinoïdes. Cette période doit être utilisée pour trouver des variétés résistantes et des stratégies de lutte biologique.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - août 2020

10.09.20 | Avec une température moyenne de 15,2 degrés en Suisse, août 2020 a été l’un des mois d’août les plus chauds depuis le début des mesures en 1864. Seul août 2003 a été encore beaucoup plus chaud. Une canicule de six à sept jours, avec des températures parfois bien supérieures à 30 degrés, s’est installée entre le 6 et le 7 août. Du 13 au 18 août, un afflux d’air humide de secteur sud-ouest a provoqué des orages avec de fortes précipitations, de la grêle et de violentes rafales de vent. Si les précipitations sont restées inférieures à la moyenne jusqu’à peu de temps avant la fin du mois, des pluies diluviennes se sont abattues à partir du 28 août, d’abord sur le Tessin et les Grisons, s’étendant ensuite à la quasi-totalité de la Suisse. Seule la partie francophone de l’Arc jurassien a enregistré une pluviométrie inférieure à la moyenne pour un mois d’août. En juillet, il y a eu 824 annonces de sinistres causés par la grêle. Ainsi, jusqu’à la fin juillet, 2020 s’inscrivait toujours parmi les années où la grêle n’a fait que peu de dégâts (tableau 1.4).

Lire la suite
Communiqués de presse
Pourquoi le bien-être animal devrait-il s’arrêter à la frontière ?

12.08.20 | Le contre-projet avec lequel répond le Conseil fédéral à l’initiative sur l’élevage intensif renchérit sans contrepartie la production indigène, passe outre les importations et affaiblit les labels garantissant le bien-être animal.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - juillet 2020

11.08.20 | La météo changeante du mois de juillet n’a donné lieu qu’à peu de jours de canicule. Malgré tout, les températures ont dépassé de 1,3 degré en moyenne la norme 1981-2010. En dépit du nombre de fronts froids ayant passé sur la Suisse, les précipitations se sont révélées particulièrement faibles dans de nombreuses régions. Seules celles tombées au nord des Alpes et des Préalpes, de même que dans la région de Payerne, étaient dans la norme 1981-2010. Le temps est resté très sec le long de l’Arc jurassien et dans le Sud de la Suisse. À Bâle, les précipitations n’ont été que de 6 % par rapport à la normale. La grêle n’est tombée que quinze jours, et 761 dommages ont été annoncés en juin, soit assez peu par rapport aux années précédentes (tableau 1.5).

Lire la suite
Communiqués de presse
AMS Agro-Marketing Suisse propose un logo sans OGM pour les denrées alimentaires d’origine animale

16.07.20 | Depuis le 1er juillet 2020, en Suisse, il est possible d’apposer le logo sans OGM sur les denrées alimentaires d’origine animale si les animaux n’ont pas été nourris avec des plantes fourragères génétiquement modifiées ou des produits dérivés de ses dernières

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - juin 2020

10.07.20 | Sur le plan des températures, juin 2020 s’inscrit dans la moyenne pluriannuelle. Les deux premières décades ont été plus fraîches et beaucoup plus humides que la dernière. Cependant, il y a eu des différences importantes : le Valais, l’Engadine et le sud du Tessin ont reçu jusqu’à 160 % des précipitations normales, alors que la pluviométrie est restée inférieure à la moyenne dans la région du lac de Constance et dans le sud de la Suisse occidentale. Après plusieurs mois secs, la situation de l’approvisionnement en eau s’est ainsi détendue dans la plupart des régions. Selon l’évolution phénologique, la végétation présentait encore environ dix jours d’avance à la fin juin. Jusqu’à fin mai, les annonces et les dégâts de grêle se sont révélés nettement inférieurs à la moyenne (tableaux 1.5 et 1.6). Seuls 60 sinistres ont été annoncés en mai.

Lire la suite
Communiqués de presse Optimisation ciblée de la protection des végétaux

03.07.20 | L’Union suisse des paysans salue la décision qu’a prise la Commission de l’économie et des redevances du Conseil des États de rejeter les deux initiatives visant les produits phytosanitaires. À la place, la commission plébiscite la réduction des risques découlant de ces produits au moyen d’une mise en œuvre rapide et intelligente de son initiative parlementaire.

Lire la suite