Contenu principal

Année de la santé des végétaux: parlons de la protection des plantes !

Communiqué de presse AgroCleanTech du 30 janvier 2020

L’ONU a proclamé 2020 Année internationale de la santé des végétaux.  Ce n’est pas un hasard : seules des plantes saines permettent de garantir l’alimentation des 7,6 milliards d’habitants de la planète.En même temps, des maladies des végétaux et des ravageurs entraînent d’importantes pertes de récoltes et de qualité dans le monde entier et en Suisse.  L’Union suisse des paysans veut empêcher l’introduction de nouvelles maladies et de nouveaux ravageurs, et s’engage pour que les plantes cultivées en Suisse restent aussi saines que possible.Si nécessaire, une protection efficace des plantes contre la détérioration doit toutefois demeurer possible pour continuer à approvisionner la population en aliments sains de proximité.

Aujourd’hui, les offices fédéraux de l’agriculture et de l’environnement, ForêtSuisse, JardinSuisse, la Fédération suisse des jardins familiaux et l’Union suisse des paysans (USP) lancent officiellement l’Année internationale de la santé des végétaux. Le principal objectif est de prévenir l’introduction de nouveaux ravageurs, maladies et adventices en Suisse. Ces organismes nuisibles causent de gros problèmes dans l’agriculture : en 2014, la drosophile du cerisier a exercé ses ravages et fait pourrir le raisin, les petits fruits et d’autres fruits. Depuis, il est nécessaire d’intensifier les traitements aux insecticides dans les cultures touchées ou d’installer des filets de protection au prix d’un important travail, afin de réduire l’infestation à un niveau tolérable La flavescence dorée entraîne la mort des vignes. Les services cantonaux ordonnent des traitements obligatoires aux insecticides pour empêcher la propagation de la maladie. En 2019, la punaise diabolique a provoqué des pertes chiffrées en millions de francs. Les poires, déformées par les piqûres de ce ravageur, sont devenues invendables, car leur aspect ne répondait plus aux exigences des acheteurs. La chrysomèle des racines du maïs a aussi atteint la Suisse, mais elle n’a pas (encore) réussi à s’installer grâce à l’assolement et à la rotation des cultures pratiqués depuis toujours dans le pays. D’autres nouveaux ravageurs sont déjà apparus dans les pays voisins : le scarabée japonais est associé à plus de 200 plantes hôtes potentielles, dont le maïs, la tomate, la cerise, la pomme et la vigne, mais aussi l’érable, le tilleul et les roses. La bactérie Xylella Fastidiosa peut infester plus de 300 plantes hôtes, dont la vigne et les fruits à noyau.

La santé des plantes aussi menacée par d’anciens fléaux

C’est pourquoi l’USP et ses partenaires lancent un appel à la population qui part en vacances : il ne faut pas ramener de plantes, de fruits, de légumes, de fleurs coupées ou de semences à la maison. En même temps, l’USP veut aussi utiliser l’Année internationale de la santé des végétaux pour donner des informations générales sur la protection et la santé des végétaux. Il s’agit de faire connaître les nombreuses mesures préventives que les familles paysannes prennent pour protéger leurs cultures des maladies et des ravageurs : labours adaptés, assolements diversifiés, semences saines et variétés si possible résistantes. Or, ces mesures ne suffisent pas toujours à satisfaire les exigences de qualité élevées des commerçants, des transformateurs et des consommateurs. Étant donné que les familles paysannes vivent de la vente de leurs produits et qu’il n’existe pas forcément plusieurs parades à certains dangers, elles n’ont pas d’autre choix que de traiter les cultures infestées avec des produits phytosanitaires. En Suisse, les utilisateurs doivent obéir à toute une série de lois et de prescriptions strictes, et chaque produit fait l’objet d’une procédure d’homologation par la Confédération. Un nombre croissant d'agriculteurs pratiquant l'agriculture conventionnelle utilisent aussi des substances biologiques. Sans produits phytosanitaires, la production indigène diminue en moyenne de 20 à 40 %. Dans des cultures spéciales comme la vigne, la production maraîchère, l’arboriculture, les pommes de terres, les betteraves sucrières ou le colza, les pertes pourraient se révéler encore beaucoup plus importantes lors d’années pluvieuses. Sans produits phytosanitaires, la durée de conservation des aliments diminue, et les pertes durant le stockage augmentent, ce qui conduit à davantage de gaspillage alimentaire. Chaque réduction des rendements et les autres pertes nécessitent davantage d’importations. Il est indispensable de disposer de produits phytosanitaires pour continuer à approvisionner la population en aliments sains et de proximité.

Renseignements

Martin Rufer

Martin Rufer

Directeur de l'Union Suisse des Paysans

Téléphone 078 803 45 54
E-Mail martin.rufer@sbv-usp.ch

Barbara Steiner

Union Suisse des Paysans
Division Production végétale 
Interlocutrice de l’USP pour le dossier Génie génétique

Téléphone   056 462 50 05
E-Mail      barbara.steiner@sbv-usp.ch

Sur le même sujet

Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - avril 2023

10.05.23 | La météo d’avril s’est montrée froide et changeante. Dans les Alpes, la neige est parfois tombée en abondance, et la température moyenne sur l’ensemble du pays a été inférieure de 1,1 degré à la norme 1991-2020. En conséquence, il n’est resté que peu de place au soleil printanier. L’absence de précipitations au sud des Alpes s’est poursuivie au cours des deux premiers tiers du mois, et le temps est resté très sec. L’avance marquée qu’avait prise en mars le développement des plantes de printemps a été freinée par la fraîcheur d’avril. La floraison et le déploiement des feuilles se sont ainsi de nouveau retrouvés dans la moyenne pluriannuelle.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - mars 2023

12.04.23 | En mars, la température était très variable. En moyenne, elle a été supérieure d'environ 1,5 degré à la moyenne pluriannuelle. Après un mois de février majoritairement sec, le nord du pays a vu de plus grandes quantités de précipitations, tandis que le sud est resté trop sec. Les passages répétés de perturbations ont entraîné un nombre d'orages supérieur à la moyenne, des vents parfois forts et même les premières chutes de grêle, surtout à la fin du mois.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - février 2023

13.03.23 | En février, la température moyenne sur l'ensemble du pays a été supérieure de 2,1 degrés à la norme 1991-2020. Les précipitations ont été extrêmement faibles. La période du 6 au 21 février a même été exempte de précipitations sur une grande partie du territoire. Comme janvier avait déjà été marqué par une quantité faible de précipitations, la plupart des régions connaissaient fin février des conditions particulièrement sèches pour la saison. L'hiver 2022/2023 a été l'un des plus chauds jamais enregistrés, avec une température moyenne supérieure de 1,4 degré à la norme 1991-2020.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - janvier 2023

10.02.23 | Le temps doux de la première quinzaine de janvier a fait place à une météo nettement plus froide au cours de la seconde moitié du mois. Sur le Plateau, la température a dépassé la norme 1991-2020 de 1 à 2 degrés. Dans les Alpes, la température a baissé de 0,4 à 0,7 degré en dessous de la norme. Au début du mois, certaines régions, parfois même de moyenne altitude, n’ont pas connu de neige. Il a fallu attendre le 16 janvier pour que des températures plus basses l’amènent jusqu’en plaine. Dans l’ensemble, les précipitations ont toutefois été peu abondantes en janvier : du Valais aux Grisons en passant par le Tessin et les Alpes centrales, les valeurs sont restées inférieures à 50 % de la norme, çà et là même à 30 %. Seuls l’ouest du Plateau et le Bas-Valais ont été arrosés par des précipitations moyennes à légèrement supérieures à d’habitude.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - décembre 2022

12.01.23 | Selon MétéoSuisse, l'année 2022 a été la plus chaude et, dans certaines régions, la plus ensoleillée depuis le début des mesures en 1864. C'est surtout la sécheresse marquée au niveau régional pendant l’été, accompagnée de températures très élevées lors de trois canicules (pour qu’on parle de « canicule », la température moyenne journalière doit s’élever à 25 degrés au moins pendant trois jours consécutifs), qui a représenté un défi pour l'agriculture. Du 1er au 18 décembre 2022, les températures sont restées inférieures à la norme 1991-2020 sur une grande partie du territoire. Durant cette période, la neige est tombée jusqu'en plaine. À l’inverse, le dernier tiers de décembre s'est distingué par des températures bien supérieures à la moyenne, dépassant parfois les 10 degrés. Durant cette période, de fortes précipitations ont été enregistrées dans la partie ouest du pays. Les températures douces ont fait fondre la neige jusqu'à des altitudes élevées, entre 1300 et 1600 mètres.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - novembre 2022

12.12.22 | Novembre 2022 a été doux. En région de plaine, il s’agissait parfois même du deuxième ou du troisième mois de novembre le plus chaud depuis le début des mesures en 1864. Jusqu’à présent, seul novembre 1994 avait connu des températures bien plus importantes. Les passages fréquents de fronts ont sans cesse entraîné des précipitations. Dans l’ensemble, celles-ci sont toutefois restées inférieures à la moyenne, sauf en Suisse romande et dans quelques régions du Plateau. En montagne, certaines régions ont vu tomber d’importantes quantités de neige les 3, 4, 20 et 21 novembre. Octobre ayant déjà été très chaud, l’an 2022 a vécu le troisième automne le plus doux depuis le début des mesures. Jusque-là, seul l’automne 2006 avait été marqué par des températures beaucoup plus élevées.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - octobre 2022

10.11.22 | Le mois d'octobre 2022 a été le plus chaud depuis le début des mesures en 1864. À l’échelle nationale, la température a dépassé de 3,7 degrés la norme 1991-2020 grâce à des courants provenant de l’ouest et du sud-ouest. Le mois d'octobre a même été plus chaud que le mois de septembre 2022. Les précipitations sont surtout tombées au cours du dernier tiers du mois et ont été globalement plutôt inférieures à la moyenne. Des quantités relativement importantes de pluie ont été enregistrées en Valais, au sud des Alpes et dans les Grisons. Avec 7805 déclarations de sinistre jusqu'à fin septembre, 2022 a été une année plutôt fortement marquée par la grêle (tableaux 1.4 et 1.5). L’ampleur de cette dernière a toutefois été nettement moins importante que l'année précédente, qui, avec ses 11 501 déclarations de sinistre jusqu'à fin septembre, avait été extrême. La situation est similaire pour les dommages causés par les éléments naturels (tableaux 1.6 et 1.7). Fin septembre, 1685 déclarations de sinistre avaient été enregistrées, un chiffre nettement moins élevé que celui de l’année précédente – 2353 déclarations de sinistre –, mais qui reste plutôt important. En août 2022, la population résidente non permanente étrangère travaillant dans l'agriculture comptait 4462 personnes, soit nettement moins qu'en 2021 (5134) et en 2020 (5240).

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - septembre 2022

10.10.22 | La première moitié de septembre a été dominée par des températures douces. Des orages ont apporté des quantités de pluie parfois importantes, surtout dans le sud de la Suisse. À partir du 17 septembre, les températures ont beaucoup baissé. La limite de la neige est descendue pour s’établir entre 1800 et 1400 mètres. À compter du 25 septembre, des masses d’air humide sont arrivées de l’ouest, apportant des précipitations quotidiennes. Sur l’ensemble du mois, la température moyenne nationale a été de 0,4 degré inférieure à la norme 1981-2020. Au nord des Alpes, le total des précipitations a été de loin supérieur à la normale. Dans certaines régions, il s’agissait du mois de septembre le plus humide depuis 1864. Au sud des Alpes, le temps s’est montré nettement plus sec. Dans le nord-ouest du Tessin et dans certaines régions du Valais, les précipitations étaient inférieures de moitié à la norme. Jusqu’à la fin août, la Suisse Grêle a enregistré un total de 7439 annonces, soit bien moins qu’à la fin août 2021 (11 484 annonces), mais bien plus qu’à la fin août 2020 (2030 annonces). Les déclarations de dommages causés par les éléments naturels se situent jusqu’à présent elles aussi entre celles de 2021 et de 2020 (tableau 1.6).

Lire la suite