Contenu principal

Consultation interne sur la nouvelle formation initiale

Communiqué de presse de l’OrTra AgriAliForm du 17 janvier 2023

La formation initiale en vigueur ne répond plus aux exigences actuelles. Partant de ce constat, l’OrTra AgriAliForm a entamé en 2018 un processus de réforme. Le résultat de ce travail fait maintenant l’objet d’une consultation interne auprès des organisations membres.

Après plusieurs années d’intenses travaux préparatoires en vue de la révision de la formation initiale des métiers de l’agriculture, le comité de l’OrTra AgriAliForm a approuvé les bases de la nouvelle formation initiale pour la consultation interne. En font partie : le concept de formation, l’ordonnance de formation, le profil de qualification de chacune des quatre professions ainsi que les plans de formation correspondants. Pour la future formation en 3 ans du CFC d’agriculteur, il est proposé un modèle flexible avec différentes orientations en troisième année d’apprentissage : grandes cultures, grandes cultures bio, production bovine, aviculture, production porcine et économie alpestre et agriculture de montagne. Celles et ceux qui souhaitent acquérir des compétences dans une deuxième orientation pourront le faire en suivant une année d’apprentissage supplémentaire. La profession d’aviculteur, aux faibles effectifs, devient une orientation de la formation d’agriculteur. Les orientations en production porcine et en économie alpestre et agriculture de montagne sont nouvelles.

En février, les documents seront mis en consultation interne auprès des organisations membres de l’OrTra AgriAliForm, de la Conférence des directeurs d’école, des commissions spécialisées production végétale, production animale et jeunes agriculteurs de l’USP, de la Conférence des chambres d’agriculture des régions de montagne et du Service de prévention des accidents dans l’agriculture.

Celles-ci disposeront ensuite de quatre mois pour donner leur avis. Il s’agira notamment d’évaluer si les modèles de formation élaborés permettent d’atteindre les objectifs de la révision. Ce processus servira également à clarifier les points controversés. Cela concerne par exemple le tableau des leçons ou les thèmes et le nombre de jours de cours interentreprises. Et plus spécifiquement pour la profession d’agriculteur, le modèle à orientations, l’attractivité de la 4e année d’apprentissage, le passage à la formation professionnelle supérieure ou l’intégration du permis de traiter.

Les remarques seront ensuite évaluées et les adaptations qui en découlent seront effectuées avant qu’une consultation externe ne soit menée auprès des cantons et des autres milieux intéressés.

Renseignements

Loïc Bardet

Directeur Agora
Président de l’OrTra AgriAliForm

Tél : 021 614 04 73
Mobile 079 718 01 88

Petra Sieghart

Responsable agriprof
Union Suisse des Paysans

Tél: 056 462 54 31
Mobile : 079 669 02 01

Sur le même sujet

Communiqués de presse
Répartition inéquitable des responsabilités

02.02.23 | Lors d’un sommet national sur l’alimentation, un comité scientifique a remis au Conseil fédéral ses recommandations pour développer notre système alimentaire. Sur le principe, ces recommandations font appel à la responsabilité de toute la chaîne de création de valeur, des producteurs aux consommateurs, chose que l’Union suisse des paysans considère comme positive. Or, la plupart des mesures contraignantes proposées ne s’appliquent qu’à l’agriculture et vont trop loin : un fait inacceptable et une occasion manquée pour la mise en place d’une politique alimentaire globale crédible.

Lire la suite
Communiqués de presse
La CER-N suit le Conseil des États

31.01.23 | La Commission de l’économie et des redevances du Conseil national a terminé d’examiner le mini-paquet de la PA22+ et propose à la Chambre basse de l’adopter lors de la session de printemps. L’Union suisse des paysans se félicite que la commission ait suivi la plupart des décisions du Conseil des États. Comme l’avait proposé le Conseil fédéral, la PA22+ doit rester un projet allégé, qui se concentre sur des aspect économiques et financiers, les aspects environnementaux étant déjà mis en œuvre dans leur intégralité à travers l’Iv. pa. 19.475.

Lire la suite
En direct de l'USP
En direct de l’USP n° 4

31.01.23 | Le Conseil fédéral a publié le train d’ordonnances agricoles 2023. L’USP élaborera avec ses organisations membres une prise de position sur les modifications prévues et la soumettra à la CSA pour approbation.

Lire la suite
Prises de position Vernehmlassung Projekt Stretto 4

30.01.23 | Stellungnahme des Schweizer Bauernverbands zur Vernehmlassung Projekt Stretto 4.

Lire la suite
En direct de l'USP
En direct de l’USP n° 3

23.01.23 | La CEATE-N examinera bientôt l’initiative paysage et le contre-projet que lui oppose la CEATE-E. L’USP a discuté avec des parlementaires et leur a fourni des documents pour leur exposer les revendications de l’agriculture.

Lire la suite
Communiqués de presse
Les contrôles inopinés sont nombreux

17.01.23 | Dans le cadre de l'assurance qualité du programme AQ-Viande Suisse, près de la moitié des contrôles sont effectués de façon inopinée. C'est ce que montre l’évaluation de l'année 2022 d’Agriquali, une première en son genre. La part de contrôles aléatoires est donc nettement plus élevée que ce que qui était attendu.

Lire la suite
Communiqués de presse
Consultation interne sur la nouvelle formation initiale

17.01.23 | La formation initiale en vigueur ne répond plus aux exigences actuelles. Partant de ce constat, l’OrTra AgriAliForm a entamé en 2018 un processus de réforme. Le résultat de ce travail fait maintenant l’objet d’une consultation interne auprès des organisations membres.

Lire la suite
En direct de l'USP
En direct de l’USP n° 2

16.01.23 | Le secteur agricole est souvent confronté à une double législation : les lois générales et les lois spécifiques au secteur agricole. En cas de non-respect, il arrive qu’il y ait une double sanction : amende et réduction des paiements directs. Cette situation doit absolument être évitée. Notamment dans le cadre des attentes légitimes de notre société au niveau par exemple des émissions de gaz à effet de serre. Il ne doit pas y avoir une double pression sur le secteur agricole

Lire la suite