Contenu principal

L’élevage d’animaux de rente

L’élevage d’animaux de rente est un élément important de l’agriculture suisse. Sur deux tiers de notre territoire, par exemple sur les hauteurs de l’Arc jurassien, dans les Préalpes et les Alpes, il ne pousse que de l’herbe. Nous ne pouvons utiliser ces terres pour la consommation humaine qu’en gardant des animaux qui mangent du fourrage grossier comme les vaches, les moutons ou les chèvres. La stricte loi suisse sur la protection des animaux protège le bien-être et la dignité de nos animaux et fait figure de modèle à l’échelle internationale. Personne ne doit causer à des animaux des douleurs, des maux ou des dommages. 

Plus d'information vous trouverez d'ici.

Interlocuteur pour le dossier

 

 

Sandra Helfenstein

Union Suisse des Paysans
Responsable suppléante du Département Communication et services internes
Coresponsable de la communication, service Médias & Relations publiques
Porte-parole de l'USP

Téléphone 056 462 52 21
Mobile 079 826 89 75
Email sandra.helfenstein@sbv-usp.ch

  

Statistique de la semaine Semaine 03/2021

22.01.21 | La récente fermeture de la gastronomie affecte les engraisseurs de veaux plus fortement que d’autres branches, comme la gastronomie est un client important de viande de veau. Le confinement actuel renforce la tendance déjà négative avec le nombre d’abattages en recul. Cependant, surtout les abattages de veaux mâles diminuent. Ces deux dernières années, les abattages de veaux mâles ont diminué de 15 428 pièces, pendant que les abattages de veaux femelles ont diminué de 695 pièces. Suite à la réduction de l’effectif bovin et à la progression du spermasexing, le nombre de veaux mâles diminue et ces veaux sont plutôt utilisés pour l’engraissement comme gros bétail.

Lire la suite
En direct de l'USP En direct de l’USP n°2 (11 – 15.01.2021)

18.01.21 | En raison du Coronavirus, la séance de la Chambre suisse d’agriculture a eu lieu sous la forme de visioconférence. La thématique principale a été le référendum contre l’accord de libre-échange avec l’Indonésie et la position de l’USP à son encontre. Un exposé des pour et des contre du référendum a été présenté. Dans la suite de l’ordre du jour, il y avait notamment la prolongation du moratoire sur le génie génétique, la PA 22+, l’initiative parlementaire pour la réduction des risques liés aux pesticides ainsi que le budget 2021 de l’USP. Les votations ont eu lieu par écrit. L’USP communiquera ses décisions au travers d’un communiqué de presse.

Lire la suite
Communiqués de presse
Identitas encaissera aussi les cotisations des détenteurs de moutons et de chèvres

21.12.20 | Il y a trois ans, l’Union suisse des paysans a mandaté la société Identitas pour encaisser les cotisations que lui versent les éleveurs de bovins et de porcs. Ce système a fait ses preuves : il permet d’économiser des frais administratifs et d’exploiter des synergies. En accord avec les organisations concernées, les cotisations des détenteurs d’ovins et de caprins seront aussi encaissées de cette manière à partir du 1er janvier 2021. Elles resteront affectées à la défense professionnelle générale et à des services spécifiques en faveur de l’économie animale.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 51/2020

18.12.20 | Les céréales et le sucre sont de loin les produits les plus importants de la production végétale suisse en vue de l’approvisionnement en denrées alimentaires. Par rapport à la consommation totale d’énergie alimentaire par la population suisse de 39 512 térajoules en 2019, les céréales indigènes ont livré un apport de 4398 térajoules, correspondant à 11,1 %. Quant aux betteraves sucrières, un apport de 3472 térajoules correspond à 8,8 %. L’apport des céréales a été assez constant durant ces dernières années, à l’exception de la mauvaise récolte en l’an 2016. Par contre, l’apport des betteraves a diminué. Certes, le recul des surfaces a pu être stoppé en 2020, mais des maladies comme le syndrome basse richesse et la jaunisse virale ont entravé les rendements et le taux en sucre des betteraves. Ainsi, un renversement de la tendance ne se produira pas en 2020.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 50/2020

11.12.20 | La consommation par habitant de denrées alimentaires a baissé de 13 387 kilojoules en 2007 à 12 573 kilojoules en 2019, ce qui correspond à une diminution de 6,1 %. Le tourisme d’achat, qui n’est pas enregistré dans le bilan alimentaire ne peut pas être la seule raison pour cette diminution. Le vieillissement de la population et la baisse de l’activité physique sont d’autres raisons possibles. En chiffres absolus, la consommation de denrées alimen-taires végétales (-463 kJ) a diminué plus fortement que celle de denrées alimentaires animales (-351 kJ). Par contre, en chiffres relatifs, la diminution de la consommation de denrées alimentaires animales (-8,6 %) a procédé plus vite que celle de denrées alimentaires animales (-5,0 %).

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 49/2020

04.12.20 | La consommation par habitant de denrées alimentaires a baissé de 13 387 kilojoules en 2007 à 12 573 kilojoules en 2019, ce qui correspond à une diminution de 6,1 %. Le tourisme d’achat, qui n’est pas enregistré dans le bilan alimentaire ne peut pas être la seule raison pour cette diminution. Le vieillissement de la population et la baisse de l’activité physique sont d’autres raisons possibles. En chiffres absolus, la consommation de denrées alimen-taires végétales (-463 kJ) a diminué plus fortement que celle de denrées alimentaires animales (-351 kJ). Par contre, en chiffres relatifs, la diminution de la consommation de denrées alimentaires animales (-8,6 %) a procédé plus vite que celle de denrées alimentaires animales (-5,0 %).

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 48/2020

27.11.20 | Si l’on répartit le bilan alimentaire (BA) selon les étages de la pyramide alimentaire suisse, on constate quelques différences : Dans le bilan alimentaire, on ne trouve ni le sel ni l’eau. Par contre, la pyramide courante ne connaît pas l’alcool. Dans le BA, les aliments sont groupés selon les matières premières et on ne trouve ni les pommes chips ni le chocolat. Selon le BA, ils font partie des pommes de terre et des stimulants. La poudre de lait, utilisée pour la fabrication du chocolat, est classée comme produit laitier. Quand même, on peut noter de nombreux points communs. A l’exception de l’étage le plus élevé, une vraie pyramide prend forme selon la quantité. Selon l’énergie, les quatre étages supérieurs livrent un apport comparable, pendant que l’apport des fruits et des lé-gumes est nettement plus modeste, malgré la quantité élevée. Mais dans l’alimentation, la quantité et l’énergie ne suffisent pas au bonheur.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 47/2020

20.11.20 | La viande de mouton ou plutôt d’agneau ne fournit que 2,2 % de la consommation de viande de la population suisse. En l’an 2018, la part de la production indigène s’élevait à 48 %. Ces dernières années, la faible part indi-gène a permis une augmentation de la production indigène avec une amélioration des prix à la production en pa-rallèle. Depuis 2019, la production est stagnante ce qui a amené une nouvelle amélioration des prix à la produc-tion. Dans le graphique, les valeurs calculées sur 12 mois sont affichées afin de montrer la tendance sans les va-riations saisonnières.

Lire la suite