Contenu principal

Il faut freiner le flot d’initiatives

Point de vue de l’Union suisse des paysans du 21 julliet 2023

Ces dernières années, l’agriculture a eu fort à faire dans la lutte contre les initiatives phytos extrêmes et l’initiative sur l’élevage intensif. Par chance, le résultat dans les urnes s’est à chaque fois révélé très positif. Cependant, les campagnes de votation ont nécessité des efforts considérables… et les prochaines initiatives sont hélas déjà en approche.

Cela étant, cette déferlante ne concerne pas que l’agriculture : à l’heure actuelle, un total de 41 initiatives sont en suspens à la Confédération. L’instrument qu’est l’initiative populaire est désormais très en vogue, et ce pour deux raisons. La première raison est que la récolte des 100 000 signatures nécessaires relève aujourd’hui d’un jeu d’enfant. Le droit d’initiative est inscrit dans la Constitution fédérale depuis 1848. À l’époque, 50 000 signatures étaient nécessaires pour qu’une demande du peuple soit soumise au vote. Ce nombre de signatures correspondait à 8 % des votants. Aujourd’hui, il n’en faut plus que 1,8 %. De plus, Internet a rendu la récolte de signatures beaucoup plus simple. Cependant, une augmentation du nombre de signatures n’est guère susceptible de réunir une majorité, et aucun parti ne veut s’emparer de l’objet.

La seconde raison est que le Conseil fédéral et le Parlement ont peur des initiatives populaires, et ont donc tendance à décider d’un contre-projet indirect pour presque chaque initiative. Pour les initiants, cette réaction constitue une aubaine : ils obtiennent en grande partie la mise en œuvre de leurs revendications par le biais de contre-propositions sans avoir à mener une campagne de votation. Sur ce point, le Conseil fédéral et le Parlement doivent changer de mentalité et oser plus souvent soumettre au vote des initiatives sans contre-projet. L’initiative populaire perdrait ainsi de son attrait, et le flot d’initiatives se retirerait.

J’espère que le Conseil fédéral et le Parlement traiteront exactement de la sorte l’initiative « Pour une alimentation sûre », lancée le 13 juin dernier. Cette initiative est inutile ; c’est un pur coup de force, qui ne mérite aucun contre-projet.

Auteur

Martin Rufer

Martin Rufer

Directeur de l'Union suisse des paysans

Téléphone 078 803 45 54
E-Mail martin.rufer@sbv-usp.ch

Sur le même sujet

En direct de l'USP
En direct de l’USP n°20 -2024

21.05.24 | Le peuple pourrait se prononcer très prochainement sur l’initiative pour la responsabilité environnementale. La majorité de la CEATE-N a recommandé de ne pas lui opposer de contre-projet.

Lire la suite
Prises de position Änderung der Tierseuchenverordnung

17.05.24 | Stellungnahme des Schweizer Bauernverbands zur Änderung der Tierseuchenverordnung.

Lire la suite
En direct de l'USP
En direct de l’USP n°19 -2024

13.05.24 | Placées sous l’égide de l’USP, les négociations sur les prix auprès des organisations de producteurs sont en bonne voie. Des hausses ont déjà été obtenues pour les pommes de terre. En juin, ce sera le tour des céréales.

Lire la suite
Points de vue
L’initiative d’allègement des primes, ou la menace d’une nouvelle facture de plusieurs milliards

10.05.24 | Déposée par le PS, l’initiative d’allègement des primes demande que les personnes assurées ne doivent pas consacrer plus de 10 % de leur revenu disponible aux primes d’assurance-maladie. Il ne fait aucun doute que ces primes pèsent de plus en plus lourd dans le budget de nombreux ménages. En effet, les coûts de la santé ont fortement augmenté au cours des dernières décennies. C’est pourquoi environ un quart de la population suisse, soit 2,3 millions de personnes, bénéficie d’une réduction de primes à l’heure actuelle.

Lire la suite
Communiqués de presse
Renvoi des propositions d’économies du Conseil fédéral

07.05.24 | Le Conseil fédéral se prononcera bientôt sur le crédit-cadre agricole 2026-2029. Non seulement l’Union suisse des paysans, mais aussi de nombreuses autres organisations ainsi que presque tous les cantons et partis se sont clairement opposés aux mesures d’économies prévues de 2,5 %. Le Conseil fédéral est dans l’obligation de tenir compte du résultat sans équivoque de la consultation s’il ne veut pas que les processus démocratiques tournent à la mascarade.

Lire la suite
En direct de l'USP
En direct de l’USP n°18 -2024

06.05.24 | L’USP s’oppose à l’obligation de réserver 3,5% des terres ouvertes à la promotion de la biodiversité. Elle a défendu sa position devant la CER-CE, dont la majorité s’est laissé convaincre.

Lire la suite
Communiqués de presse
Valoriser les efforts climatiques de l’agriculture suisse

06.05.24 | L’Union suisse des paysans rejoint AgroImpact pour mieux valoriser les efforts climatiques de l’agriculture suisse. Il s’agit d’accompagner la transition climatique de l’agriculture en développant l’assise nationale d’une initiative pionnière.

Lire la suite
Points de vue
Pour garantir notre approvisionnement énergétique : OUI à la nouvelle loi sur l'approvisionnement en électricité

03.05.24 | Que ce soit dans l'agriculture ou dans le secteur de l'énergie, il vaut mieux produire en Suisse et ne pas dépendre d'importations douteuses. De plus, une pénurie d'électricité entraînerait des conséquences dramatiques pour les exploitations agricoles. C'est là qu’intervient la loi sur l'approvisionnement en électricité, sur laquelle nous voterons en juin. Elle vise à renforcer la sécurité de l’approvisionnement énergétique en développant les énergies renouvelables indigènes.

Lire la suite