Contenu principal

La CER-N veut elle aussi suspendre la politique agricole

Communiqué de presse de l’Union suisse des paysans du 2 février 2021

La Commission de l’économie et des redevances du Conseil national se prononce pour la suspension de la PA22+. Elle ouvre ainsi la voie à un report définitif de la prochaine grande réforme de la politique agricole. Celui-ci permettrait de disposer du temps nécessaire pour procéder aux ajustements qui s’imposent d’urgence.

Les membres de la Commission de l’économie et des redevances du Conseil national (CER-N) ont discuté de plusieurs objets agricoles en vue de la session de printemps à la Chambre basse. Tout comme le Conseil des États, ils soutiennent la suspension de la Politique agricole 2022+. L’Union suisse des paysans se félicite de cette décision. Le projet de loi présente des faiblesses majeures, telles que la diminution de 6 % du taux d’auto-approvisionnement brut et la baisse du revenu sectoriel de près de 265 millions de francs par an. Le temps gagné grâce à la suspension permettra de passer d’une politique purement agricole à une politique agricole et alimentaire crédible le long de toute la chaîne de la création de valeur. 

La CER-N a également suivi le Conseil des États dans le cas de la motion sur les techniques d’épandage de lisier réduisant les émissions, comme les pendillards. Elle veut continuer d’accorder un soutien financier à ces techniques d’épandage, sans pour autant les rendre obligatoires. Compte tenu des nombreux facteurs d’influence, l’utilisation des pendillards n’est pas toujours meilleure pour l’environnement, ni supportable sur le plan financier en raison de l’impossibilité d’en exploiter les pleines capacités. 

Les mesures d’aide à l’économie sucrière prendront fin en 2022, c’est pourquoi il faudrait les inscrire dans la loi. La majorité de la CER-N ne l’a pas vu de cet œil. Elle propose de réduire de 600 francs à 1500 francs la contribution à des cultures particulières. Cette décision aurait pour conséquence un recul considérable des surfaces cultivées, menant à la fermeture d’une des deux fabriques du pays. Une étude indépendante a démontré que l’exploitation d’une seule fabrique n’était économiquement pas rentable. La fermeture d’une fabrique serait donc synonyme de la fin de la production sucrière suisse. Afin de maintenir la culture de la betterave sucrière et la production de sucre suisse, le Conseil national doit suivre la proposition de minorité avec une contribution pour cultures particulières de 2100 francs.
L’USP espère que le Conseil national suive les propositions de majorité de sa commission d’examen en ce qui concerne la suspension de la PA22+ et les techniques de réduction des émissions. Dans le cas de l'initiative parlementaire sur le sucre, il est essentiel de suivre la minorité sur la contribution pour culture particulière allouée à la betterave sucrière.  

Renseignements

Francis Egger

Directeur adjoint Union suisse des paysans
Département économie, formation et relations internationales

Téléphone 079 280 69 66
Email francis.egger@sbv-usp.ch

Michel Darbellay

Responsable du département Production, marché et écologie de l’USP

Téléphone        078 801 16 91
E-Mail               michel.darbellay@sbv-usp.ch 

Sur le même sujet

Prises de position Procédure de consultation sur le train d'ordonnances agricoles 2024/PA22+

01.05.24 | Prise de position de l'Union suisse des paysans sur le train d'ordonnances agricoles 2024/PA22+.

Lire la suite
En direct de l'USP
En direct de l’USP n°17 -2024

29.04.24 | La CSA a émis ses recommandations pour la votation du 9 juin: OUI à la loi pour l’électricité, NON à l’initiative d’allègement des primes, vote libre sur l’initiative pour un frein aux coûts et sur la Réforme LPP.

Lire la suite
Communiqués de presse
Politique agricole 2030 : de meilleures perspectives économiques et moins d’administration

26.04.24 | La Chambre suisse d’agriculture a adopté le rapport stratégique de l’Union suisse des paysans sur la politique agricole 2030. Elle a aussi approuvé la prise de position sur le train d’ordonnances agricoles et émis ses recommandations de vote sur les objets qui passeront le 9 juin devant le peuple.

Lire la suite
En direct de l'USP
En direct de l’USP n°16 -2024

23.04.24 | Le 20 Minutes a publié un reportage sur la part des prix affichés en magasin qui revient aux familles paysannes. Par exemple, un agriculteur a indiqué que pour ses carottes bio, il reçoit 85 centimes par kilo. Ce même kilo de carottes bio est lui vendu 3.10 en magasin. Dans un sondage, le 20 Minutes a demandé à son lectorat si la part des agriculteurs et agricultrices suisses étaient trop faible. 68% des quelques 17'000 participants ont répondu par l’affirmative. Est-ce que les consommateurs seraient prêts à payer plus si le supplément allait aux familles paysannes ? Ce sondage ne le dit malheureusement pas !

Lire la suite
Prises de position Verordnung zum Bundesgesetz über die Ziele im Klimaschutz, die Innovation und die Stärkung der Energiesicherheit (Klimaschutz-Verordnung; KlV)

16.04.24 | Stellungnahme des Schweizer Bauernverbands zur Verordnung zum Bundesgesetz über die Ziele im Klimaschutz, die Innovation und die Stärkung der Energiesicherheit (Klimaschutz-Verordnung; KlV).

Lire la suite
En direct de l'USP
En direct de l’USP n°15 -2024

16.04.24 | 1 franc le litre au producteur de lait tel est l’objectif du Lait équitable. Depuis cette semaine, ALDI Suisse distribue dans ses points de vente de Suisse romande, de Berne et de Soleure du Lait équitable. Souhaitons que le succès soit au rendez-vous et que d’autres détaillants emboîtent le pas pour augmenter les volumes écoulés et faire profiter davantage de producteurs.

Lire la suite
Prises de position Änderung des Geoinformationsgesetzes

15.04.24 | Stellungnahme des Schweizer Bauernverbands zur Änderung des Geoinformationsgesetzes.

Lire la suite
Points de vue
Produits phytosanitaires : la Suisse est la lanterne rouge de l’Europe

12.04.24 | À l’heure actuelle, les champs de colza devraient étinceler de jaune. Or, le vert est aussi très présent. La raison ? Une véritable invasion de méligèthes du colza. Deux ou trois traitements insecticides ne suffisent plus à tenir ces coléoptères en échec.

Lire la suite