Contenu principal

La politique du prix du lait est insoutenable

Communiqué de presse de l’Union suisse des paysans du 24 juin 2020

Trahissant leur promesse, les transformateurs n’augmentent le prix du lait que de manière minime et appliquent des déductions plus importantes. Les nouveaux tarifs font parfois même baisser le prix du lait de centrale que se voient payer les familles paysannes en réalité. Les producteurs de lait se font duper !

Alors que le projet d’assurer l’approvisionnement par l’importation de 1000 tonnes de beurre se faisait sentir, les acheteurs avaient promis une hausse des prix à la production d’entre 0,6 à 1 centime par kg de lait de centrale. La réalité aujourd’hui : ce n’était là que des promesses en l’air. D’une part, la plupart des acheteurs n’appliquent que la hausse minimale. D’autre part, les déductions ont parfois augmenté de manière considérable. Chez les principaux acteurs, les déductions se révèlent plus importantes que les suppléments. La fantaisie des acheteurs pour mettre au point de nouvelles déductions ne semble d’ailleurs connaître aucune limite. Les producteurs de lait participent ainsi entre autres au financement de la compétitivité des exportations de beurre suisse dans des aliments transformés, tandis que des tonnes de beurre continuent d’arriver en Suisse.

Le confinement engendré par le coronavirus n’a pas freiné les ventes de lait et de produits laitiers dans le commerce de détail. Cependant, les parts des producteurs pour le lait de segment A, pourtant mieux rémunéré, n’augmentent pas. À vrai dire, elles sont même plutôt inférieures à celles de l’année passée. En juillet, le prix du lait diminuera pour nombre d’agriculteurs, alors que la quantité de production est habituée à baisser en cette période de l’année, que le prix de la matière grasse augmente et que les ventes dans le commerce de détail vont toujours bon train. De plus, les importations de beurre se poursuivront en juillet. Cette situation est insoutenable et contraire à toute logique de marché.

Les craintes de l’Union suisse des paysans (USP) dans les discussions sur les importations de beurre se voient donc entièrement confirmées. La faîtière agricole appelle les transformateurs à faire preuve de fair-play en achetant le lait à un prix bien plus équitable, en comblant enfin l’écart avec le prix indicatif et en revenant sans délai sur les augmentations des déductions.

Renseignements

Martin Rufer

Martin Rufer

Directeur de l'Union Suisse des Paysans
Chef du groupe de travail ad hoc sur le coronavirus  

Téléphone 078 803 45 54
EMail martin.rufer@sbv-usp.ch

[Translate to Français:]

Sur le même sujet

Communiqués de presse
Vote d’une réponse crédible aux initiatives

16.03.21 | L’initiative parlementaire adoptée aujourd’hui fixe à échelle législative des objectifs et des délais pour réduire les risques lors de l’utilisation de produits phytosanitaires ainsi que les pertes de nutriments. Elle constitue ainsi la réponse aux initiatives extrémistes dans le domaine agricole.

Lire la suite
Points de vue
Les erreurs ont bon dos

12.03.21 | « Une vache polluerait comme 10'000 voitures ». L’affirmation du Croc’nature, le magazine pour enfants de Pro Natura, est détonante, surtout en faisant référence au méthane. Elle est surtout totalement erronée et ne peut être ressentie que comme un nouvel acte d’agribashing, que l’USP condamne fermement. Erreur volontaire ou involontaire ? A chacun de juger mais c’est tellement gros ! Surtout dans une revue pour enfant où une telle information s’apparente à de l’endoctrinement et pourrait relever de la diffamation.

Lire la suite
AGRISTAT Actuel
Agristat « Actuel » 02-21 : Production indigène, importations et utilisation des aliments pour animaux

10.03.21 | La plupart des aliments pour animaux importés proviennent d’Europe et principalement de l’UE. Les aliments riches en matière azotée comme le soja et le gluten, qui proviennent davantage de pays hors d’Europe, font exception à la règle. Ce sont surtout les aliments riches en protéines que l’agriculture suisse doit faire venir de l’étranger. En 2018, 46 % de la matière azotée importée dans les aliments concentrés provenait du soja et des produits à base de soja. Les importations d’aliments concentrés étaient destinées à 40 % aux bovins, les porcs et les volailles arrivant en deuxième et troisième position. En grandeurs relatives, la volaille dépend davantage des importations d’aliments concentrés, car des ingrédients importants de son alimentation, tels que le blé et les produits à base de soja, sont rares en Suisse.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - février 2021

10.03.21 | Le mois de février 2021 a été l’un des dix plus doux depuis le début des mesures en 1864. Seule une courte période de froid entre le 10 et le 15 février a mis un terme à une météo très clémente pour la saison. Un événement notable s’est produit avec l’arrivée d’un important nuage de poussière du Sahara les 5 et 6 février. Les précipitations sont restées rares, n’atteignant que 40 à 60 % de la norme 1981-2010 en de nombreux endroits. Le sud de la Suisse a cependant enregistré des précipitations supérieures à la moyenne. Dans l’ensemble, l’hiver 2020/2021 a connu des précipitations abondantes en raison des nombreux épisodes de pluie et de neige en décembre 2020 et janvier 2021. Sur le versant sud des Alpes, les précipitations se sont révélées deux fois plus importantes que la norme 1981-2010 dans certaines régions. Il faut remonter à l’hiver 2017/2018 pour retrouver une saison aux précipitations plus ou moins comparables à celles de l’hiver 2020/2021 ces dernières années (voir graphique 1.2).

Lire la suite
Communiqués de presse
Pour ne pas compromettre les bons développements

09.03.21 | Deux projets extrêmes visant l’agriculture, à savoir les initiatives « eau potable » et « antipesticides » passeront en votation le 13 juin prochain. Lors d’une conférence de presse à Berne aujourd’hui, les membres du comité national pour le « non » ont mis en évidence les conséquences négatives en cas d’acceptation : recul de la production indigène, davantage d’importations, renchérissement de l’alimentation, davantage de gaspillage alimentaire, disparition d’emplois et de la création de valeur. Et tout cela sans aucune plus-value pour l’environnement ou l’eau. En outre, les intervenants et intervenantes ont rappelé les développements positifs et les mesures déjà prises pour assurer de nouvelles améliorations.

Lire la suite
Communiqués de presse
Le Conseil fédéral pressé d’agir en matière de durabilité

09.03.21 | Dimanche dernier, le peuple suisse a accepté l’accord de libre-échange avec l’Indonésie, à une courte majorité de 51,6 %. Le scepticisme marqué face aux promesses de durabilité du Conseil fédéral doit être pris au sérieux. La coalition sur l’huile de palme réclame une révision de l’ordonnance sur l’huile de palme.

Lire la suite
Prises de position Konsultation zur «Planungshilfe für den Abbau von Steinen und Erden zur Herstellung von Zement»

08.03.21 | Die Schweizer Landwirtschaft ist für die Produktion von Nahrungsmittel auf landwirtschaftliche Nutzfläche und insbesondere Fruchtfolgeflächen angewiesen. Diese sind aufgrund der verschiedenen Ansprüche an den Raum und die begrenzten Verfügbarkeiten unter starkem Druck. Aber auch die Landwirtschaft profitiert von Infrastrukturen, wozu bei dessen Bau der Einbezug von Zement unabdingbar ist. Vorliegende Planungshilfe bietet eine gute Übersicht zum Abbau für die Herstellung von Zement. Im Folgenden halten wir unsere Position zu verschiedenen Punkten, welche die Landwirtschaft betreffen fest.

Lire la suite
En direct de l'USP En direct de l’USP n°8 (22 – 26.02.2021)

02.03.21 | La branche est préoccupée par les importations de beurre ainsi que le trafic de perfectionnement dans la production fromagère. Cette situation est le signe d’une certaine pénurie sur le marché et doit absolument avoir comme conséquences une augmentation du prix indicatif, le respect de celui-ci et la suspension de certaines déductions. Toutes autres décisions seraient incompréhensibles !

Lire la suite