Contenu principal

Les producteurs suisses pénalisés par la solution en vigueur jusque-là

Communiqué de presse de l’Union Suisse des Paysans, de la Sucre Suisse SA et de la Fédération Suisse des Bette-raviers du 23 février 2018

Sans mesures politiques rapides, la culture nationale de la betterave sucrière et, avec elle, la production suisse de sucre sont menacées. Voilà le message central de la conférence de presse tenue en commun par l’Union suisse des paysans, les betteraviers et l’industrie du sucre dans la raffinerie sucrière d’Aarberg. Cette situation est due à la modification unilatérale de l’organisation du marché du sucre par l’Union européenne. Suite à la suppression des quotas et des restrictions des exportations, sa production de sucre explose. D’un côté, des quantités excédentaires arrivent aux prix les plus bas en Suisse, alors que, de l’autre côté, l’UE a conservé des droits de douane élevés sur les importations de sucre. Le Parlement a désormais la possibilité d’adapter la protection douanière du côté de la Suisse afin que la production suisse puisse lutter à armes égales et se maintenir sur le marché.

Fin septembre 2017, l’Union européenne a modifié unilatéralement l’organisation du marché du sucre et sup-primé les quotas de sucre, les restrictions d’exportations et le prix plancher pour les betteraves sucrières. Elle développe fortement sa production de sucre et son exportation, mais maintient cependant sa protection doua-nière à 420 € par tonne de sucre importée. Le prix du sucre suisse est lié au prix du sucre de l’UE par un accord bilatéral (« Option double-zéro »). « Nous ne nous battons plus à armes égales et l’économie sucrière suisse est soumise à une pression massive autant au niveau des prix que de l’importation », déclare le président de l’Union suisse des paysans, Markus Ritter, pour expliquer la situation. Déjà en amont de la suppression des quotas, les prix du sucre et donc aussi ceux des betteraves sucrières avaient fortement baissé, mais à partir d’octobre 2017, ils se sont totalement effondrés. En conséquence, la surface cultivée de betteraves sucrières a diminué en Suisse. Pour maintenir l’économie sucrière suisse, le directeur de l’USP et Conseiller national, Jacques Bourgeois, a déjà lancé, en septembre 2015, l’initiative parlementaire « Stop au bradage ruineux du sucre ! Pour la sauvegarde de l'économie sucrière indigène ». Elle demande une adaptation du système de protection douanière pour garantir un prix plancher du sucre en Suisse.

Les raffineries sucrières ont déjà optimisé

La Sucre Suisse SA exploite deux raffineries sucrières (Aarberg, Frauenfeld) et emploie 240 collaborateurs qui traitent, annuellement, 1.6 millions de tonnes de betteraves et produisent 260’000 t de sucre conventionnel et 6’000 t de sucre bio. De précieux produits dérivés sont également fabriqués comme les pulpes de betteraves pour l’alimentation animale, la mélasse, le terreau à fleurs Ricoter, l’engrais calcaire et le biogaz. Selon son directeur, Guido Stäger, les prix de vente du sucre ont chuté de 50 % au cours des dernières années à cause des im-portations à bas prix (effondrement des prix et franc fort). En conséquence, l’entreprise a dû baisser fortement les prix pour les betteraves. Cela a eu pour effet une réduction de la production agricole indigène de betteraves qui, à son tour, a fragilisé l’exploitation des usines, comme l'a expliqué M. Stäger. L’entreprise a déjà réduit ses coûts en réduisant son personnel, automatisant la production, augmentant l'efficacité énergétique et optimisant le transport des betteraves sucrières. Elle a aussi généré de la valeur ajoutée supplémentaire en développant des spécialités et en renforçant sa diversification. « En 2017, plus de 500 agriculteurs ont supprimé leur production de sucre, en une seule année, à cause des prix bas », déclare le jeune betteravier, Philippe Egger, pour expliquer la situation des producteurs. La betterave sucrière est, en fait, une plante précieuse dans la rotation des cultures. Mais, si les prix ne permettent plus de couvrir les coûts, d’autres paysans vont arrêter aussi leur production. Et, si les portes des raffineries de sucre ferment par suite d’une pénurie dans l’exploitation, ce sera pour toujours. Cette plante reine des cultures arables appartiendra alors au passé. Pourtant, le sucre suisse a une charge environnementale inférieure d’environ 30 % par rapport aux importations de l’UE, comme le montre une étude indépendante (www.nachhaltigkeit.zucker.ch).

Une meilleure protection douanière est impérativement nécessaire

« La garantie d’un prix plancher national du sucre, demandée dans l’initiative parlementaire, au moyen d’un système adapté de droits de douane est totalement compatible avec les règlements de l’OMC et les accords bilatéraux », a souligné M. Bourgeois. Il propose d’adapter l’ordonnance sur les importations agricoles de ma-nière à ce que le prix plancher ne soit jamais inférieur à un montant de CHF 600.- la tonne. Pour les clients de l’industrie alimentaire exposés à la concurrence internationale, il existe des solutions individuelles, comme celles mises en place jusque-là, pour maintenir leur compétitivité. En outre, l’industrie alimentaire exportatrice est libre d’utiliser du sucre dans le régime de perfectionnement. L’effet sur les produits alimentaires transformés est marginal, de toute façon : La garantie d’un prix plancher aurait un impact de 0,5 centime par plaque de chocolat. L’Union des paysans, les betteraviers et l’industrie de transformation espèrent que le Parlement va s’engager en faveur de la production suisse de sucre, en traitant de cette initiative lors de la session de printemps et qu’il la soutiendra.

Renseignements

Martin Rufer

Martin Rufer

Directeur de l'Union Suisse des Paysans

Téléphone 078 803 45 54
E-Mail martin.rufer@sbv-usp.ch

Guido Stäger

Directeur Sucre Suisse SA

Téléphone 032 391 62 07

Josef Meyer

Président de la Fédération Suisse des Betteraviers FSB

Téléphone 079 606 10 21

Irene Vonlanthen

Irene Vonlanthen

l'Union Suisse des Paysans
Gérante de la Fédération suisse des betteraviers

Téléphone 056 462 50 20
Email irene.vonlanthen@sbv-usp.ch

Sur le même sujet

Communiqués de presse
AQ-Viande Suisse : un programme à succès fête ses 25 ans !

15.02.21 | Aujourd’hui, entre 60 et 80 % de la viande produite en Suisse est certifiée selon le programme « AQ-Viande Suisse ». Celui-ci fête son 25e anniversaire cette année. Les directives de production ont sans cesse évolué pour rester en phase avec les nouveaux besoins des consommateurs.

Lire la suite
Communiqués de presse
La CER-N veut elle aussi suspendre la politique agricole

02.02.21 | La Commission de l’économie et des redevances du Conseil national se prononce pour la suspension de la PA22+. Elle ouvre ainsi la voie à un report définitif de la prochaine grande réforme de la politique agricole. Celui-ci permettrait de disposer du temps nécessaire pour procéder aux ajustements qui s’imposent d’urgence.

Lire la suite
Communiqués de presse
Potentiel élevé des grandes cultures en Suisse

26.01.21 | L’Union suisse des paysans a rédigé un nouveau rapport, intitulé « Le potentiel de certaines grandes cultures en Suisse ». Ce rapport révèle les opportunités que présente le marché dans le domaine des denrées alimentaires d’origine végétale et les actions à entreprendre pour que les exploitations agricoles puissent aussi en profiter.

Lire la suite
Communiqués de presse
Inconséquence de la politique phytosanitaire fédérale !

12.11.20 | La Fédération Suisse des Betteraviers est consternée. L’Office fédéral de l’agriculture n’a pas donné suite à la demande d’autorisation d’urgence temporaire, pour le traitement des semences de bette-raves sucrières avec une néonicotinoïde, exigée par la branche du sucre. Cela après adoption par de nombreux Etats membres de l’UE d’une dérogation pour l’enrobage des semences par des néonicoti-noïdes. La FSB exige donc l’égalité de traitement pour la production de sucre indigène en autorisant que les importations de sucre produit avec les pesticides autorisés en Suisse.

Lire la suite
Communiqués de presse
Bonne nouvelle : le moratoire sur le génie génétique reste de mise

12.11.20 | Dans son nouveau message relatif à la loi sur le génie génétique, le Conseil fédéral propose de prolonger de quatre ans supplémentaires le moratoire en vigueur. L’Union suisse des paysans salue et appuie cette décision. Ce moratoire constitue le fondement permettant à l’agriculture suisse de se passer systématiquement d’OGM et de démarquer sa production des produits importés.

Lire la suite
Communiqués de presse
Même pied d’égalité pour le sucre suisse!

17.09.20 | Cette année, les betteraves sucrières sont fortement touchées par la jaunisse virale causant des pertes massives de rendement. Suite à l’interdiction des néonicotinoïdes en 2019, les plantes ne sont plus protégées de manière systémique pendant plusieurs semaines contre les ravageurs de surface, et la jaunisse virale transmise par les pucerons se propage largement. De ce fait, de nombreux Etats membres de l’UE ont délivré des autorisations d’urgence pour des produits phytosanitaires à base de néonicotinoïdes. Les betteraviers suisses exigent une égalité de traitement. Soit en mettant fin à l'importation de sucre produit à l'aide de produits phytosanitaires n’étant plus autorisés en Suisse, soit avec une autorisation temporaire pour l’enrobage aux néonicotinoïdes. Cette période doit être utilisée pour trouver des variétés résistantes et des stratégies de lutte biologique.

Lire la suite
Communiqués de presse
Pourquoi le bien-être animal devrait-il s’arrêter à la frontière ?

12.08.20 | Le contre-projet avec lequel répond le Conseil fédéral à l’initiative sur l’élevage intensif renchérit sans contrepartie la production indigène, passe outre les importations et affaiblit les labels garantissant le bien-être animal.

Lire la suite
Communiqués de presse
AMS Agro-Marketing Suisse propose un logo sans OGM pour les denrées alimentaires d’origine animale

16.07.20 | Depuis le 1er juillet 2020, en Suisse, il est possible d’apposer le logo sans OGM sur les denrées alimentaires d’origine animale si les animaux n’ont pas été nourris avec des plantes fourragères génétiquement modifiées ou des produits dérivés de ses dernières

Lire la suite