Contenu principal

Le climat a besoin de mesures sensées et financées

Communiqué de presse de l’Union suisse des paysans du 5 septembre 2023

Les trois offices fédéraux de l’agriculture, de l’environnement et de la sécurité alimentaire présentent aujourd’hui leur stratégie Climat pour l’agriculture et l’alimentation. L’Union suisse des paysans y voit des aspects positifs, mais aussi critiques, notamment l’évaluation négative de la production animale. 

Les familles paysannes travaillent avec la nature. Elles sentent donc directement les conséquences du réchauffement climatique. Ces dernières années, ces conséquences se sont par exemple exprimées sous la forme d’étés très secs et d’événements climatiques extrêmes plus fréquents, tels que tempêtes, grêle ou fortes précipitations. L’agriculture suisse souhaite contribuer à atteindre les objectifs de l’Accord de Paris. L’Union suisse des paysans (USP) salue donc le fait que la Confédération se soucie du climat et de l’alimentation.

Les mesures doivent contribuer à garantir une offre alimentaire suisse variée, durable, mais aussi conforme au marché. Aux yeux de l’USP, il est très positif que le rapport traite de l’adaptation au réchauffement climatique, qu’il s’agisse de l’accès à l’eau ou de l’élevage.

Par contre, elle estime que la limitation de la production animale et de la consommation de celle-ci est problématique. D’une part, l’effet de cette mesure est surestimé selon les bases scientifiques actuelles ; d’autre part, il s’agit de comprendre les réalités du marché. Les consommatrices et consommateurs apprécient les produits d’origine animale indigènes. Selon les recommandations relatives à l’alimentation, la population devrait d’ailleurs consommer davantage de produits laitiers. Pour cette raison, l’USP refuse un affaiblissement de l’élevage en Suisse, pleinement adapté aux conditions locales. La liberté de choix des consommatrices et consommateurs doit être garantie. Enfin, pour l’USP, favoriser les importations de produits respectant des normes écologiques élevées équivaudrait à envoyer un mauvais signal. En effet, la production indigène et durable en ressortirait perdante. Un autre point critique est l’absence de moyens financiers supplémentaires pour la mise en œuvre de cette stratégie. Une simple redistribution des moyens actuels ne permettrait pas d’appliquer les mesures prévues. Pour ces points, une modification est encore nécessaire.

Renseignements

Martin Rufer

Martin Rufer

Directeur de l'Union Suisse des Paysans

Téléphone 078 803 45 54
E-Mail martin.rufer@sbv-usp.ch

Michel Darbellay

Responsable du département Production, marché et écologie de l’USP

Téléphone        078 801 16 91
E-Mail               michel.darbellay@sbv-usp.ch 

Sur le même sujet

Communiqués de presse
AQ-Viande Suisse : précisions pour les animaux estivés

06.03.23 | Ces dernières années, des incertitudes se sont fait jour concernant la durée minimale de séjour pour les animaux AQ-Viande Suisse estivés. Aussi la division Agriquali précise-t-elle les directives de son programme à compter du 30 juin 2023.

Lire la suite
Communiqués de presse
Une correction judicieuse

14.12.22 | Le mercredi 14 décembre, le Conseil national a débattu de deux motions en lien avec l’Initiative parlementaire 19.475 sur les trajectoires de réduction des produits phytosanitaires et des éléments fertilisants. En acceptant la première motion, il a corrigé à la grande joie de l’USP une décision qu’avait prise l’an passé le Parlement, qui avait alors refusé de suivre une proposition du Conseil fédéral. La Chambre basse a hélas rejeté la seconde motion, assumant ainsi un affaiblissement inutile de la production alimentaire indigène.

Lire la suite
Communiqués de presse
La PA22+ poursuit sa route : la Chambre haute adopte un projet allégé

13.12.22 | Le Conseil des États a ouvert le débat sur le mini-paquet des mesures incontestées de la PA22+. Il suit les propositions de la majorité de sa commission chargée de l’examen préalable et s’oppose à l’ajout de nouvelles dispositions. L’USP s’en félicite.

Lire la suite
Communiqués de presse
La CEATE-N reconnaît elle aussi l'urgence d’agir sur la problématique du loup

02.11.22 | Les populations de loups créent des situations intenables dans de nombreuses régions. La CEATE-N reconnaît elle aussi l’urgence d’agir et souhaite rendre possible les régulations préventives.

Lire la suite
Communiqués de presse
La sécurité alimentaire va-t-elle (encore) de soi ?

19.10.22 | Neuf organisations agricoles de langue allemande se sont retrouvées pour échanger sur des défis communs. Au terme de la rencontre, elles ont adopté une déclaration visant à renforcer la sécurité alimentaire au moyen de l’agriculture indigène.

Lire la suite
Communiqués de presse
Élevage ovin : le programme AQ-Viande Suisse gagne en importance

17.10.22 | Une année après son lancement, la campagne « Prendre ses responsabilités. S’équiper pour la vie » traitera plus à fond le cas particulier du divorce. Elle entend inciter davantage de familles paysannes à parer aux coups du sort en prenant les mesures les plus à même de prévenir les répercussions négatives pour elles-mêmes et leur exploitation.

Lire la suite
Communiqués de presse
Une nette majorité considère inutile l’initiative sur l’élevage intensif

25.09.22 | Quelque 63 % des votant·e·s rejettent clairement l’initiative sur l’élevage intensif. Ils s’opposent ainsi à l’imposition par l’État des normes bio dans le domaine de l’élevage. L’agriculture suisse se réjouit de ce chiffre. Et ce pour la raison suivante : l’offre existe déjà. Si tous les partisans du « oui » puisent dans cette offre à l’avenir, le bio et les autres labels particulièrement respectueux des animaux connaîtront une augmentation significative de leurs ventes.

Lire la suite
Points de vue
Non à l’initiative extrême pour des multinationales responsables

03.11.20 | L’initiative populaire « Entreprises responsables – pour protéger l’être humain et l’environnement » (abrégée initiative pour des multinationales responsables) passera en votation le 29 novembre prochain. Elle veut obliger les entreprises suisses à se livrer à un examen de diligence raisonnable pour prouver à la Confédération qu’elles respectent les normes internationales en matière de droits de l’homme et d’environnement. L’examen porte aussi sur les relations commerciales à l'étranger. En vertu de l’initiative, toute entreprise qui ne remplit pas son devoir de diligence raisonnable répondra des dommages causés en Suisse et à l’étranger par ses activités et sera sanctionnée en conséquence par la Confédération. Il en résulte un renversement du fardeau de la preuve pour le moins controversé : il n’appartient pas, comme d’habitude, à l’État de prouver une violation, mais c’est l’entreprise qui doit prouver à l’État qu’elle est en règle.

Lire la suite