Contenu principal

Optimisation ciblée de la protection des végétaux

Communiqué de presse de l’Union suisse des paysans du 3 juillet 2020

L’Union suisse des paysans salue la décision qu’a prise la Commission de l’économie et des redevances du Conseil des États de rejeter les deux initiatives visant les produits phytosanitaires. À la place, la commission plébiscite la réduction des risques découlant de ces produits au moyen d’une mise en œuvre rapide et intelligente de son initiative parlementaire. 

Les membres de la Commission de l’économie et des redevances du Conseil des États (CER-E) ont débattu des deux initiatives « Pour une eau potable propre » et « Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse » : ils recommandent de les rejeter. En parallèle, les sénateurs veulent faire avancer rapidement leur propre initiative. Celle-ci prévoit de réduire de 50 % d’ici à 2027 les risques auxquels sont exposés les eaux de surface, l’eau potable et les habitats proches de l’état naturel à cause de l’utilisation de produits phytosanitaires, et, partant, de garantir une mise en œuvre contraignante des objectifs définis dans le Plan d’action Produits phytosanitaires. L’Union suisse des paysans (USP) salue ces décisions. Pour elle, les deux initiatives vont trop loin et ne tiennent pas compte de la demande. Leur acceptation affaiblirait de manière considérable l’approvisionnement indigène, et mettrait en péril de nombreux emplois en amont et en aval. À l’inverse, l’initiative de la CER-E permet d’optimiser de façon ciblée l’utilisation des produits phytosanitaires et d’en réduire les effets négatifs sur l’environnement. Une structure appropriée permettra d’atteindre ces objectifs sans nuire à l’approvisionnement de la population en produits de la région et sans devoir se rabattre sur les importations. Le secteur agricole applaudit aussi le fait que cette initiative veut améliorer la transparence dans l’utilisation des produits phytosanitaires.

L’initiative pour une eau potable propre encourage les importations et exporte les impacts sur l’environnement
Hier, la Station fédérale de recherche Agroscope a présenté une étude sur les effets qu’aurait l’acceptation de l’initiative pour une eau potable propre sur l’environnement. Cette étude repose sur différents scénarios et sur le calcul des écobilans. En raison du recul de la production indigène, il faudrait s’attendre à une diminution de l’impact environnemental imputable au secteur agricole suisse. Cependant, l’ampleur de cette baisse ne suffirait pas à compenser les effets de la hausse marquée que connaîtraient alors les importations : douze indicateurs sur quinze révèlent une aggravation des conséquences sur l’environnement. À l’heure actuelle, près de trois quarts des atteintes que porte la consommation à l’environnement ont lieu à l’étranger.

Renseignements

Markus Ritter

Markus Ritter

Président de l'Union Suisse des Paysans
Conseiller national

Téléphone 079 300 56 93
EMail markus.ritter@parl.ch

Martin Rufer

Martin Rufer

Directeur de l'Union Suisse des Paysans

Téléphone 078 803 45 54
E-Mail martin.rufer@sbv-usp.ch

Sur le même sujet

Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - octobre 2022

10.11.22 | Le mois d'octobre 2022 a été le plus chaud depuis le début des mesures en 1864. À l’échelle nationale, la température a dépassé de 3,7 degrés la norme 1991-2020 grâce à des courants provenant de l’ouest et du sud-ouest. Le mois d'octobre a même été plus chaud que le mois de septembre 2022. Les précipitations sont surtout tombées au cours du dernier tiers du mois et ont été globalement plutôt inférieures à la moyenne. Des quantités relativement importantes de pluie ont été enregistrées en Valais, au sud des Alpes et dans les Grisons. Avec 7805 déclarations de sinistre jusqu'à fin septembre, 2022 a été une année plutôt fortement marquée par la grêle (tableaux 1.4 et 1.5). L’ampleur de cette dernière a toutefois été nettement moins importante que l'année précédente, qui, avec ses 11 501 déclarations de sinistre jusqu'à fin septembre, avait été extrême. La situation est similaire pour les dommages causés par les éléments naturels (tableaux 1.6 et 1.7). Fin septembre, 1685 déclarations de sinistre avaient été enregistrées, un chiffre nettement moins élevé que celui de l’année précédente – 2353 déclarations de sinistre –, mais qui reste plutôt important. En août 2022, la population résidente non permanente étrangère travaillant dans l'agriculture comptait 4462 personnes, soit nettement moins qu'en 2021 (5134) et en 2020 (5240).

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - septembre 2022

10.10.22 | La première moitié de septembre a été dominée par des températures douces. Des orages ont apporté des quantités de pluie parfois importantes, surtout dans le sud de la Suisse. À partir du 17 septembre, les températures ont beaucoup baissé. La limite de la neige est descendue pour s’établir entre 1800 et 1400 mètres. À compter du 25 septembre, des masses d’air humide sont arrivées de l’ouest, apportant des précipitations quotidiennes. Sur l’ensemble du mois, la température moyenne nationale a été de 0,4 degré inférieure à la norme 1981-2020. Au nord des Alpes, le total des précipitations a été de loin supérieur à la normale. Dans certaines régions, il s’agissait du mois de septembre le plus humide depuis 1864. Au sud des Alpes, le temps s’est montré nettement plus sec. Dans le nord-ouest du Tessin et dans certaines régions du Valais, les précipitations étaient inférieures de moitié à la norme. Jusqu’à la fin août, la Suisse Grêle a enregistré un total de 7439 annonces, soit bien moins qu’à la fin août 2021 (11 484 annonces), mais bien plus qu’à la fin août 2020 (2030 annonces). Les déclarations de dommages causés par les éléments naturels se situent jusqu’à présent elles aussi entre celles de 2021 et de 2020 (tableau 1.6).

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - août 2022

12.09.22 | La température moyenne de 1,9 degré supérieure à la norme 1991-2020 a permis à août 2022 de se hisser à la deuxième place des mois d’août les plus chauds depuis 1864, derrière celui de 2003, où la température moyenne avait été de 3,5 degrés supérieure à la norme. À partir du 15 août, la pluie s’est enfin abattue sur plusieurs régions de Suisse. À de nombreux endroits, il s’agissait des premières précipitations significatives depuis début juillet. La seconde quinzaine d’août a été marquée par des averses parfois importantes et des cumuls journaliers élevés au niveau régional. Dans certaines régions, ce sont surtout les cultures d’herbe et de maïs qui ont le plus souffert de la sécheresse. Dans certains cas, la récolte du maïs d’ensilage a déjà débuté en août. Si le nombre de déclarations de sinistres était de 4374 en juin, il a chuté à 1790 en juillet (tableau 1.5). La situation des sinistres en juillet 2022 a donc été dans l’ensemble moyenne par rapport aux années précédentes. Le même constat peut être fait pour les dommages causés par les éléments naturels : le nombre de déclarations a été de 327 (tableau 1.6).

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - juillet 2022

11.08.22 | Le mois de juillet 2022 a été très chaud, ensoleillé et sec. Depuis le début des mesures en 1864, seuls 2015, 2006 et 1983 ont connu un mois de juillet encore plus chaud en moyenne. Les conditions anticycloniques marquées n’ont donné lieu qu’à de rares précipitations. Les cumuls mensuels sont restés de loin inférieurs à la norme 1991-2020 dans toute la Suisse. Certaines régions ont même connu moins d’un tiers des précipitations habituelles. Au niveau régional, la pénurie d’eau était prononcée, par exemple dans le sud du Tessin, dans certaines parties de la Suisse romande et dans le canton de Schaffhouse. Si le temps sec de juillet a créé de bonnes conditions pour les récoltes de céréales et de colza, les autres cultures ont souffert d’un manque d’eau important à de nombreux endroits en raison de précipitations déjà faibles les mois précédents. Juin 2022 a enregistré 4374 annonces de sinistres causés par la grêle, un nombre bien faible par rapport à celui, extrême, de l’année d’avant (6980), mais malgré tout supérieur à la moyenne (tableau 1.5). En ce qui concerne les autres événements naturels, trois des dix dernières années (2013, 2016, 2021) ont donné lieu à davantage d’annonces que les 461 actuelles (tableau 1.6).

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - juin 2022

11.07.22 | Le mois de juin 2022 a été le deuxième mois le plus chaud depuis le début des mesures en 1864. Seul le mois de juin de l'année 2003 a affiché une température moyenne encore plus élevée. Dans de nombreuses stations de mesures, les valeurs maximales journalières ont atteint de nouveaux ecords pour un mois de juin. Les précipitations totales sont restées inférieures à la moyenne sur une grande partie du territoire. Le temps sec des mois précédents a donc persisté (cf. tableau 1.2).

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - mai 2022

13.06.22 | Le mois de mai a connu un nombre record de jours d’été ; il s’agit du deuxième mois de mai le plus chaud depuis le début des mesures en 1864. Seul mai 1968 a été encore plus chaud. Genève a connu 15 jours d'été avec une température maximale de 25 degrés ou plus, Locarno en a connu 16. En Suisse alémanique, il y a eu moins de dix jours d'été. Sur une grande partie du territoire, les précipitations sont restées inférieures à la norme 1991-2020. En Suisse romande et en Valais, les précipitations n’ont parfois même pas atteint les 30 % de la norme 1991-2020. Dans certaines régions du sud de la Suisse, elles sont restées en dessous des 40 % de la norme alors qu’en Suisse alémanique, elles se situaient entre 40 et 80 % de la norme. Le mois de mai a marqué la fin d'un printemps doux, ensoleillé et pauvre en précipitations. Ce fut l’un des dix printemps les plus secs depuis le début des mesures.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - avril 2022

11.05.22 | Le premier tiers du mois d’avril a connu des chutes de neige jusqu’en plaine, accompagnées de gelées tardives en raison des températures basses. Ces phénomènes de gelées tardives se sont encore produits à la fin du deuxième tiers du mois. Les dégâts sans doute ainsi causés dans les cultures fruitières précoces (fruits à noyau et fruits à pépins) restent difficiles à évaluer à l’heure actuelle. Malgré les épisodes de froid, la plupart des régions ont affiché une température moyenne située dans les limites de la norme pluriannuelle. Pour le reste, le temps changeant typique d’avril a souvent prévalu. À la fin du mois, le sud du pays s’est vu arrosé des premières fortes précipitations de l’année.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - mars 2022 (Kopie 1)

11.04.22 | Le temps sec s'est poursuivi en mars. En raison d’une météo généralement ensoleillée, il n'y a eu qu'un seul jour de précipitations généralisées, le 30 mars. Les 13, 14, 18 et 31 mars, quelques précipitations ont été enregistrées dans certaines régions. Le 29 mars, la somme des précipitations n'avait même pas atteint 10 % de la norme de cette saison. En Suisse centrale et orientale, le mois de mars a donc été l'un des moins pluvieux de ces 100 dernières années. La dernière fois qu'il y a fait aussi sec, c'était en mars 1976. Dans l'ouest et le sud de la Suisse, les mois de mars secs sont un peu plus fréquents. Dans ces régions, le dernier mois de mars aussi sec datait de 2003. Le temps sec a provoqué des incendies de forêt dans les cantons de Berne, du Valais et du Tessin. À deux reprises (du 15 au 18 mars ainsi que le 29 mars), du sable du Sahara est arrivé jusqu’en Suisse, bien visible dans le ciel et laissant également des traces au sol. La floraison du noisetier, du tussilage et de l'anémone des bois a commencé nettement plus tôt (entre 7 et 13 jours) que la moyenne de la période 1991-2020.

Lire la suite