Contenu principal

Initiatives phytos extrêmes : une campagne de votation à la hauteur

Communiqué de presse de l’Union suisse des paysans du 14 janvier 2021

Le 13 juin prochain, le peuple se prononcera sur les deux initiatives phytos extrêmes « Pour une eau potable propre » et « Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse ». L’Union suisse des paysans a mis en place une alliance soutenue par de nombreux acteurs pour lutter contre ces deux initiatives. En déployant un large éventail de mesures, cette alliance entend faire sortir un double non des urnes.

Les longues délibérations menées au Parlement et le report de délais en raison de la situation extraordinaire liée au coronavirus ont entraîné divers retards. Mais à présent, la route est tracée : le peuple se prononcera sur les deux initiatives phytos extrêmes « Pour une eau potable propre » et « Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse » le 13 juin prochain. La première vise à priver de paiements directs toutes les exploitations agricoles qui utilisent des produits phytosanitaires ou qui achètent des aliments pour nourrir leurs animaux. La seconde prévoit d’interdire de manière générale l’utilisation de pesticides de synthèse dans la production indigène et dans les produits importés. Ces deux initiatives auraient des conséquences désastreuses non seulement pour les familles paysannes de Suisse, mais aussi pour le secteur de la transformation et les consommateurs du pays : la production indigène diminuerait, à l’inverse les importations augmenteraient, le gaspillage alimentaire grimperait en flèche, et le prix des aliments de la région (ou des aliments en général) s’envolerait. En particulier l’initiative sur l’eau potable représente une imposture en bonne et due forme, car elle aurait dans son ensemble un effet néfaste sur l’environnement.

Affiches en ville et à la campagne

À travers une vaste campagne de votation tous azimuts, l’alliance mise en place par l’Union suisse des paysans (USP) entend exposer à la population les nombreuses conséquences négatives des deux initiatives et la convaincre de voter non. La première de ces mesures a été le hissage de drapeaux. Des affiches dans les villes et les agglomérations sur des espaces payants, ainsi que des panneaux et des bannières dans les zones rurales non payantes constitueront les éléments principaux de cette campagne. Cinq visuels différents seront disponibles, de même qu’une version spécifique pour les exploitations bio. L’idée de base est de montrer la préoccupation générale : un citoyen ou une citoyenne scie la branche d’arbre sur laquelle lui ou elle et toutes les autres parties concernées sont assis. Les familles paysannes pourront se procurer les affiches prévues à leur attention auprès de la chambre d’agriculture de leur canton à partir de mi-mars. Ces mêmes visuels seront repris comme bannières en ligne en complément des affiches. L’alliance attend aussi beaucoup de l’appel direct qui sera lancé à la population sur Facebook, Instagram et Twitter dans le cadre de la campagne en ligne « NON aux initiatives phytos extrêmes », de même que du site web éponyme assorti d’une liste d’arguments, d’un exposé des conséquences, d’une foire aux questions et de différentes vidéos explicatives.

Engagement possible de tout un chacun

Sur le site web, toute personne intéressée peut rejoindre le comité national ou se mettre à disposition pour des activités supplémentaires. Des dépliants à distribuer à son entourage ou lors d’actions sur stand, ainsi que des annonces-témoignages dans la presse écrite viendront compléter la campagne nationale. Les chambres cantonales d’agriculture ne se contenteront pas de superviser la mise en œuvre des mesures nationales au niveau cantonal : nombre d’entre elles déploieront en plus leurs propres mesures. D’autres organisations agricoles ont elles aussi prévu des activités supplémentaires. Si nous faisons front commun, un double non est tout à fait réaliste.

Renseignements

Urs Schneider

Union Suisse des Paysans
Directeur adjoint
Responsable du département communication et services internes

Mobile 079 438 97 17
Email urs.schneider@sbv-usp.ch

Sandra Helfenstein

Union Suisse des Paysans
Responsable suppléante du Département Communication et services internes
Coresponsable de la communication, service Médias & Relations publiques
Porte-parole de l'USP

Téléphone 056 462 52 21
Mobile 079 826 89 75
Email sandra.helfenstein@sbv-usp.ch

Sur le même sujet

Communiqués de presse
Lancement de la campagne romande pour la révision de la loi sur la chasse améliorant la protection du castor et du lynx

19.08.20 | Les partisans romands en faveur de la révision de la loi fédérale sur la chasse, la protection des mammifères et des oiseaux sauvages ont convié la presse ce matin pour présenter leurs arguments. Ils ont notamment rappelé qu’il s’agit d’un projet équilibré permettant de moderniser l’encadrement de la pratique de la chasse tout en clarifiant les règles de régulation et de protection de la faune sauvage et des prédateurs.

Lire la suite
Communiqués de presse
La politique du prix du lait est insoutenable

24.06.20 | Trahissant leur promesse, les transformateurs n’augmentent le prix du lait que de manière minime et appliquent des déductions plus importantes. Les nouveaux tarifs font parfois même baisser le prix du lait de centrale que se voient payer les familles paysannes en réalité. Les producteurs de lait se font duper !

Lire la suite
Communiqués de presse
Le Comité de l’USP élit Michel Darbellay au sein de la direction

19.06.20 | Aujourd’hui, le Comité de l’Union suisse des paysans a élu Michel Darbellay au sein de la direction. Valaisan de naissance, le secrétaire de la Chambre jurassienne d’agriculture reprendra aussi les rênes du département Production, marché et écologie, dirigé jusqu’alors par Martin Rufer.

Lire la suite
Communiqués de presse
Pour une sélection végétale innovante : une large coalition demande l'adaptation du droit des brevets

18.06.20 | Dans une motion, Maya Graf et d’autres membres du Conseil des Etats invitent le Conseil fédéral à modifier la loi sur les brevets de manière à améliorer la transparence en matière de droits de propriété intellectuelle et à faciliter l'accès au matériel de base pour la sélection végétale. Cette demande est partagée par 25 organisations de tous les secteurs de la société. La situation actuelle comporte diverses incertitudes juridiques et constitue un obstacle à l'innovation dans la sélection végétale suisse.

Lire la suite
Communiqués de presse
Le Conseil national renforce la recherche agricole

04.06.20 | Le Conseil national entend utiliser les gains d’efficacité réalisés à travers la restructuration et la centralisation de l’institut de recherche agricole Agroscope pour renforcer la recherche agronomique. À cet effet, il vient d’approuver une motion allant dans ce sens, s’opposant par là même au projet du Conseil fédéral, qui voulait allouer les moyens libérés à d’autres fins. Cette décision réjouit beaucoup l’Union suisse des paysans (USP). Pour répondre aux attentes grandissantes de la population, s’attaquer aux défis posés par le changement climatique et réduire les impacts de l’activité agricole sur l’environnement, l’agriculture est plus que jamais tributaire de la recherche. Cette dernière profite d’ailleurs aussi à l’ensemble de la société. Elle doit répondre aux nombreuses questions ouvertes et offrir des améliorations ainsi que des alternatives de production, tout en tenant compte de technologies en évolution constante. La décision du Conseil national correspond aux promesses faites dans le cadre du projet de restructuration de ne procéder à aucune coupe budgétaire et à la motion qu’avait adoptée la Commission des finances du Conseil national le 11 mars 2019.

Lire la suite
Communiqués de presse
La recherche agronomique, plus importante que jamais !

08.05.20 | Plus tôt aujourd’hui, le Conseil fédéral a examiné aujourd’hui la structure future de la station de recherches agronomiques Agroscope. Il veut la restructurer et la centraliser sur un seul site. Pour l’Union suisse des paysans (USP), cette stratégie n’est pertinente que si les moyens économisés seront mis à disposition du travail proprement dit, à savoir de la recherche. L’agriculture fait face à de nombreux défis urgents, qu’elle ne peut relever sans le soutien de la science : les méthodes alternatives dans la protection des végétaux, les mesures efficaces contre la disparition des insectes ou les voies pour gérer les changements climatiques et réduire les émissions de gaz ayant une incidence sur le climat en constituent quelques exemples. En voulant retrancher une partie de l’argent économisé et l’allouer à d’autres fins, le Conseil fédéral envoie un très mauvais message. Par ailleurs, la décision se trouve en contradiction avec des promesses faites par le passé et les décisions du Parlement quant à la motion « Réformes structurelles d’Agroscope en faveur de la recherche dans le domaine agricole » (18.4087). Le gouvernement mine ainsi la volonté commune de développer de façon durable l’agriculture indigène et de la rendre capable de relever les défis du futur.

Lire la suite
Communiqués de presse
Plan de protection pour les exploitations agricoles

06.05.20 | Les autorités exigent depuis peu que toutes les exploitations agricoles sur lesquelles travaillent des employés ou des apprentis se dotent d’un plan de protection pour pallier tout risque d’infection au coronavirus. L’Union maraîchère suisse et la Fruit-Union Suisse en ont déjà établi un pour les cultures spéciales. L’Union suisse des paysans (USP) a repris ce plan et l’a adapté aux exploitations avec des employés ou des apprentis. Les deux versions sont disponibles sur notre site web. Toutes les exploitations concernées sont priées de télécharger un des deux modèles, de le compléter au besoin, de l’imprimer et de le signer. Elles doivent aussi s’assurer de l’application des mesures indiquées. D’autres plans de protection sont également disponibles en ligne pour les marchés hebdomadaires, les offres d’agritourisme et les marchés de bétail de boucherie.

Lire la suite
Communiqués de presse
Halte aux importations de beurre !

23.04.20 | L’Interprofession du Lait veut importer 1000 tonnes de beurre. Pour l’Union suisse des paysans, cette décision est totalement incompréhensible et fait un affront aux producteurs suisses de lait. Des importations de beurre ne sont pas indiquées à l’heure actuelle. Les stocks de beurre ont grossi ces dernières semaines. Quant aux produc-teurs de lait, ils se voient toujours imposer des déductions sur les exportations de matière grasse du lait ! Les prix à la production diminuent partiellement en mai, alors que les déductions restent élevées. La hausse annoncée pour juillet des prix à la production se révèle insuffisante dans ce contexte. Pour l’USP, il est hors de question d’importer du beurre dans les circonstances actuelles !

Lire la suite