Contenu principal

Le Conseil fédéral refuse de déclarer la cruauté envers les animaux sur les denrées importées

Protection Suisse des Animaux PSA, Union suisse des paysans, Fédération romande des consommateurs du 11 septembre 2020

Davantage de libre-échange ne peut être réalisé qu'avec un renforcement massif de la déclaration des denrées alimentaires importées, ainsi que des normes minimales strictes en matière de bien-être animal. Le Conseil fédéral n'y est pas disposé et ne veut donc pas protéger la viande produite selon les standards suisses de protection des animaux contre les importations à bas prix. Les propositions du Conseil fédéral sont tout à fait insuffisantes, surtout dans le contexte de nouvelles ouvertures des frontières et accords de libre-échange. Les organisations d’agriculteurs, de consommateurs et de protection des animaux (USP, FRC, PSA), qui sont membres de la coalition Mercosur, demandent un renforcement conséquent de la déclaration obligatoire pour les aliments importés et exigent plus de transparence sur les modes de production interdits en Suisse.

Avec un an de retard, le rapport du Conseil fédéral sur la déclaration obligatoire des modes de production de denrées alimentaires* vient d'être publié. Résultat: décevant! La Suisse importe chaque année plus de 20 000 tonnes de viande des États du Mercosur, une majorité provenant d’élevages industriels. Dans la perspective de l’accord de libre-échange avec l’Amérique du Sud, il était donc permis d’attendre du rapport une proposition pour une amélioration conséquente de la déclaration du mode de production des denrées importées, surtout de la viande. On pouvait aussi espérer une réponse concrète à l’initiative sur l’élevage intensif et aux attentes croissantes des consommateurs en matière de bien-être animal.

Tant que la Confédération n'aura pas présenté un système convaincant pour la déclaration du mode de production, les prochaines étapes d’ouverture des frontières sont hors de question. Les consommateurs ne doivent pas se trouver, sans le savoir, face à des produits importés provenant d’élevages intensifs aux pratiques cruelles et dont les modes de production sont bien inférieures aux normes suisses de protection des animaux. Dans le rapport, la liste des critères sensés qualifier des pratiques d’élevage comme étant des traitements cruels est faible. Le Conseil fédéral doit désormais préparer une déclaration obligatoire pour désigner les modes de production interdits par la législation suisse, comme «Issu d’un élevage intensif interdit en Suisse», «Issu d'un élevage pratiquant sur l’animal des interventions douloureuses interdites en Suisse», «Produit avec un mode d’abattage interdit en Suisse» ou «Cultivé avec des produits phytosanitaires interdits en Suisse».

Concernant les questions particulièrement sensibles touchant à la protection des animaux, le Conseil fédéral doit édicter des normes minimales réunissant les exigences légales essentielles pour la population suisse. Afin d’éviter les importations non conformes aux normes de bien-être animal, un système de contrôle officiel efficace est également indispensable, car une enquête de la Fédération romande des consommateurs a révélé que celui-ci est actuellement insuffisant. Le rapport manque également de réponses claires à ce sujet.

Renseignements

Beat Röösli

Beat Röösli

Union Suisse des Paysans
Responsable Relations internationales

Téléphone 079 768 05 45
EMail beat.roeoesli@sbv-usp.ch

Sur le même sujet

Communiqués de presse
L’USP déplore les durcissements du Conseil national

10.12.20 | Le Conseil national a examiné l’initiative parlementaire (Iv. pa) « Réduire le risque de l’utilisation de pesticides » et a décidé de durcir le projet. Ce dernier a vu le jour en réponse aux deux initiatives populaires « eau potable » et « libre de pesticides ». L’Union suisse des paysans estime que certaines des résolutions du Conseil national sont très problématiques. Elle attend du Conseil des États qu’il corrige le projet de loi dans l’intérêt de la production alimentaire.

Lire la suite
Communiqués de presse
Le Conseil national ne veut pas réduire les paiements directs

03.12.20 | Le Conseil national soutient la proposition de maintenir les paiements directs au niveau de l’année précédente. L’Union suisse des paysans salue cette décision.

Lire la suite
Points de vue
Politique agricole 22+ : considérer l’industrie alimentaire comme un tout

27.11.20 | Lors de la session d'hiver, le Conseil des États traitera la Politique agricole 22+ (PA22+). Ce projet revêt une importance majeure pour l’agriculture suisse. L’Union suisse des paysans le rejette en particulier à cause de la réduction du revenu sectoriel agricole de 265 millions de francs et de l’abaissement du taux d’auto-approvisionnement à 52 % qu’il entraînerait. Sur le principe, la faîtière agricole ne s’oppose cependant pas à un développement raisonné de la politique agricole.

Lire la suite
Communiqués de presse
Bonne nouvelle : le moratoire sur le génie génétique reste de mise

12.11.20 | Dans son nouveau message relatif à la loi sur le génie génétique, le Conseil fédéral propose de prolonger de quatre ans supplémentaires le moratoire en vigueur. L’Union suisse des paysans salue et appuie cette décision. Ce moratoire constitue le fondement permettant à l’agriculture suisse de se passer systématiquement d’OGM et de démarquer sa production des produits importés.

Lire la suite
Communiqués de presse
Le train d’ordonnances 2020 est sur la bonne voie

11.11.20 | La Confédération a adopté aujourd’hui le nouveau train d’ordonnances agricoles. L’Union suisse des paysans estime qu’il va en grande partie dans la bonne direction.

Lire la suite
Communiqués de presse
Pour une hausse des prix à la production !

05.11.20 | Les demandes d’importations de beurre ne faiblissent pas. Il est grand temps que cette pénurie se traduise par une augmentation substantielle des prix à la production. L’Union suisse des paysans (USP) porte les revendications suivantes : - Il faut mettre un terme à la mise en vente de beurre d’importation sous les marques « Le Beurre » ou « Floralp ». Un emballage distinct s’impose pour que les consommateurs reconnaissent sans hésiter les beurres importés. - La quantité de lait destinée au segment A est à relever sans délai. La crise du coronavirus a dopé les ventes de lait et de produits laitiers dans le commerce de détail. Il s’agit en majorité de produits du segment A. Cette évolution doit se traduire par une augmentation de la quantité de lait destinée au segment A et, qui plus est, générer une plus grande valeur ajoutée pour les producteurs. - À partir de janvier 2021, l’Interprofession du lait introduira un nouveau soutien du prix pour la valorisation de la matière protéique. Elle a le devoir de permettre d’augmenter, dès ce moment-là, de 2 ct./kg au minimum les prix à la production du lait du segment A. L’USP exige que la filière lait ne se rabatte pas juste sur des demandes d’importations supplémentaires de beurre, mais qu’elle assume ses responsabilités et améliore enfin les conditions en faveur des producteurs de lait de centrale.

Lire la suite
Communiqués de presse
Les électeurs ratent l’occasion de voter pour une loi progressiste sur la chasse

27.09.20 | Le peuple suisse a rejeté la révision de la loi sur la chasse, datant d’il y a 34 ans, avec 51.9 pour cent de voix contre. Les électeurs ont raté l’occasion de renforcer la protection des animaux et des espèces, et de fixer des règles claires pour la cohabitation entre le loup et les animaux de rente. ChasseSuisse, l’Union suisse des paysans et le Groupement suisse pour les régions de montagne regrettent ce résultat obtenu par les opposants à coup de milIlions. L’adoption d’une loi progressiste sur la chasse est maintenant peu probable.

Lire la suite
Communiqués de presse
La CSA soutient la mise en suspens de la PA22+

21.09.20 | Aujourd’hui, la Chambre suisse d’agriculture de l’Union suisse des paysans a tenu séance. À l’ordre du jour figuraient les décisions qu’a prises le Conseil des États sur la politique agricole, sur l’initiative parlementaire et sur les deux initiatives anti-agricoles extrêmes soumises au peuple l’an prochain. L’assemblée a aussi émis des recommandations pour la votation de novembre et auditionné les quatre candidats en lice à la vice-présidence de la faîtière agricole.

Lire la suite