Contenu principal

Le menu de nos animaux de rente : l’USP fait le point

Communiqué de presse de l’Union suisse des paysans du 27 mai 2021

La nourriture des animaux de rente suisses et son origine occupent une place importante dans la campagne actuelle de votation sur l’initiative pour une eau potable propre. Dans son nouveau magazine ZOOM, intitulé « Le menu de nos animaux de rente », l’Union suisse des paysans a rassemblé les faits en lien avec l’affourragement. Sur la totalité des aliments donnés à manger à nos animaux, 84 % sont d’origine indigène et 97 % proviennent d’Europe. De plus, les animaux de rente valorisent près d’un million de tonnes des sous-produits qu’engendre la transformation des aliments, réduisant ainsi le gaspillage alimentaire.

Les animaux de rente suisses consomment au total 30 millions de tonnes d’aliments. Convertie en matière sèche (sans l’eau), cette quantité équivaut à 8 millions de tonnes environ. Les trois quarts sont des fourrages grossiers, c’est-à-dire surtout de l’herbe et du foin, dont 95 % proviennent de Suisse. Les vaches et autres bovins reçoivent des minéraux supplémentaires, et les vaches laitières des aliments concentrés en plus suivant leur production. Cependant, l’utilisation des aliments concentrés est relativement faible dans la production laitière suisse. La plus grande partie sert à nourrir les volailles et les porcs. Ces aliments proviennent à 40 % de Suisse. À noter que, au cours de ces dernières années, le nombre de volailles en particulier a connu une forte hausse suite à l’explosion de la demande aussi bien d’œufs que de poulet.

Moins de gaspillage alimentaire grâce aux animaux de rente

La plupart du temps, ce sont des céréales fourragères (blé, orge) et des légumineuses (petits pois, haricots) qui entrent dans la composition des mélanges d’aliments concentrés. Il s’y trouve également quelque 365 000 tonnes de sous-produits et de déchets issus de la transformation alimentaire, comme les déchets de minoterie, les tourteaux de colza ou la pulpe des betteraves sucrières. Les porcs s’avèrent être des réducteurs de gaspillage alimentaire très efficaces. Ils valorisent aussi environ 585 000 tonnes de petit-lait provenant de la production fromagère.

Du soja d’Europe plutôt que d’Amérique du Sud

La nourriture des animaux de rente suisses est à 84 % d’origine indigène. Sur les 8 millions de tonnes nécessaires au total, environ 1,3 million de tonnes sont importées. À peu près 80 % des aliments importés pour les animaux proviennent de l’Union européenne, en premier lieu d’Allemagne et de France. Depuis un certain temps, l’agriculture suisse mise sur le soja européen. La part de celui-ci a été multipliée par cinq au cours des cinq dernières années et représente désormais plus de la moitié du soja donné à manger aux animaux.

Des importations responsables

La Suisse n’importe que des aliments sans OGM pour nourrir ses animaux. La totalité du soja importé est certifiée durable, réduisant ainsi de 60 % les émissions de gaz à effet de serre qui en découlent. Par conséquent, la Suisse joue un rôle de pionnier dans le monde entier. De plus, le secteur agricole vient de décider de sa propre initiative d’introduire des critères de durabilité pour d’autres aliments importés, tels que les céréales fourragères, les brisures de riz ou le gluten de maïs. L’agriculture a donc aussi une longueur d’avance sur l’alimentation humaine. Dans le magazine ZOOM « Le menu de nos animaux de rente » figurent de plus amples informations sur l’alimentation des différentes espèces animales, ainsi que d’autres détails.

Renseignements

Michel Darbellay

Responsable du département Production, marché et écologie de l’USP

Téléphone        078 801 16 91
E-Mail               michel.darbellay@sbv-usp.ch 

Niklaus Ramseyer

Niklaus Ramseyer

Union Suisse des Paysans
Division Production végétale

Téléphone 056 462 50 13
EMail niklaus.ramseyer@sbv-usp.ch

Sur le même sujet

Prises de position Änderungen Anhang 1 Pflanzenschutzmittelverordnung

10.04.24 | Stellungnahme des Schweizer Bauernverbands zur Änderungen Anhang 1 Pflanzenschutzmittelverordnung.

Lire la suite
En direct de l'USP
En direct de l’USP n°14 -2024

09.04.24 | Pour qu’un animal puisse être abattu sous le label AQ-Viande, il doit avoir vécu un certain temps sur une exploitation reconnue. Un projet pilote a été lancé début avril dans deux abattoirs afin que la durée minimale du séjour puisse être automatiquement contrôlée via l’application informatique Labelbase.

Lire la suite
En direct de l'USP
En direct de l’USP n°13 -2024

02.04.24 | Le 15 avril, l’USP, Agridea, Agroscope et l’association Agro-entrepreneurs tiendront un webinaire sur l’optimisation de l’azote dans les grandes cultures. Vu le succès de la version allemande, le public promet d’être nombreux.

Lire la suite
En direct de l'USP
En direct de l’USP n°12 -2024

25.03.24 | Le comité d‘Agriterre a préparé l’assemblée générale. Celle-ci se déroulera cette année dans la foulée de la CSA à la LUGA. L’année passée, la jeune organisation pour la protection des terres cultivées des chambres cantonales d’agriculture a demandé son adhésion. Dès lors, Agriterra compte une vingtaine d’organisations membres.

Lire la suite
Prises de position La révision partielle de la loi sur l’approvisionnement du pays (RS 531)

25.03.24 | Prise de position de l'USP sur la révision partielle de la loi sur l’approvisionnement du pays (RS 531).

Lire la suite
Prises de position Änderung des HMG

20.03.24 | Stellungnahme des Schweizer Bauernverbands zur Änderung des HMG.

Lire la suite
En direct de l'USP
En direct de l’USP n°11 -2024

18.03.24 | Le Conseil National et des Etats ont accepté les aides pour le vin. L’USP, l’interprofession de la vigne et du vinsuisse et la fédération suisse des vignerons ont étroitement collaboré à cet effet. Ces décisions améliorent la situation des vins suisses qui sont actuellement fortement concurrencés par les importations en raison d’un marché non protégé

Lire la suite
Prises de position Totalrevision der Pflanzenschutzmittelverordnung und zur Revision der Gebührenverordnung

18.03.24 | Stellungnahme des Schweizer Bauernverbands zur Totalrevision der Pflanzenschutzmittelverordnung und zur Revision der Gebührenverordnung.

Lire la suite