Contenu principal

Le prix des fleurs prend lui aussi l’ascenseur

C’est un mécanisme désormais bien connu : la guerre fait grimper le prix des agents de production. Or, si ce prix augmente, il en est forcément de même pour celui des produits agricoles, par exemple des fleurs en self-cueillette.

Dans le cas des fleurs en self-cueillette justement, la clientèle est très sensible au prix : de nombreuses fleurs à un prix avantageux a de quoi l’attirer au champ. Au cours des 15 dernières années environ, le prix des fleurs est resté le même. Pendant longtemps, les producteurs s’en sont tenus à des prix arrondis et donc peut-être trop bas, notamment pour pallier le problème des pièces de monnaie à la caisse.

L'augmentation des prix du carburant, des engrais et des machines nécessite toutefois des ajustements : les producteurs devraient à présent songer à réhausser le prix de leurs fleurs pour continuer à rentrer dans leurs frais et se dégager un revenu. Eux seuls connaissent au mieux leur clientèle et savent combien ils peuvent lui demander. 
Afficher une lettre d’information à la caisse pour expliquer la situation peut se révéler utile. Il peut aussi être rappelé les avantages des fleurs indigènes : les plantes qui ont poussé en Suisse n’ont pas fait des kilomètres et sont par conséquent plus fraîches que nulle autre, sauf peut-être celles de votre jardin. 

Katharina Scheuner

Katharina Scheuner

Belpstrasse 26, 3007 Bern
katharina.scheuner@sbv-usp.ch   
Département Communication et services internes
Division Communication

Sur le même sujet

Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - février 2022

11.03.22 | Février 2022 a connu non seulement des températures douces et de longues périodes d’ensoleillement, mais aussi un temps très venteux au début et à la fin du mois. Alors que les précipitations étaient abondantes dans les Alpes centrales et orientales, le temps est resté sec dans l’ouest du Plateau, le nord-est de la Suisse et surtout le sud du pays. La floraison des noisetiers et du tussilage a eu lieu environ deux semaines plus tôt que la moyenne des années 1990 à 2020. L’hiver 2021/2022 a été doux, très ensoleillé par endroits et particulièrement sec dans le sud de la Suisse.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 10/2022

11.03.22 | Déjà au mois de janvier, les prix pour les agents de la production agricole comme les engrais, l’énergie, les semences, les aliments pour animaux etc. ont dépassé les prix de l’année précédente de 7,4 %. A ce moment, on pouvait encore s’attendre à une normalisation des prix après la fin de la crise du coronavirus. Suite à la guerre en Ukraine, les prix restent élevés ou augmentent encore, surtout ceux de l’énergie et des engrais. Il faut s’attendre à un renchérissement généralisé. Du point de vue actuel, la situation ne va pas se calmer. Pour l’agriculture suisse, il sera décisif de pouvoir couvrir les frais supplémentaires par une augmentation des prix à la production.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 09/2022

04.03.22 | Sur le marché mondial, le prix du blé atteint actuellement (4 mars 2022) le niveau maximal de l’an 2008. Le prix se situe environ à 400 CHF par tonne et a donc doublé depuis la fin de l’an 2020. Le graphique ne montre pas l’évolution la plus récente comme elle n’affiche que les prix mensuels jusqu’au mois de février 2022. La guerre en Ukraine a donc un effet net sur l’approvisionnement mondial en aliments qui a déjà été entravé par la crise du coronavirus. Les prix élevés vont surtout toucher les pays déjà défavorisés, par ex. en Afrique. La population de ces pays ne pourra guère payer ces prix élevés. La guerre en Ukraine entraîne déjà des souffrances indicibles sur place. De plus, elle risque d’amener une crise alimentaire dans de nombreux pays.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 08/2022

25.02.22 | En Suisse, une exploitation agricole nourrit en moyenne une centaine de personnes (en Suisse comme à l’étranger parce que des denrées alimentaires, p.ex. du fromage, sont aussi exportées). Dans le graphique, on peut constater une augmentation nette durant les années 1990 à 2014. Dans cette période, le nombre de personnes nourries par exploitation agricole augmente de 46 à 97. Il s’ensuit une phase de stagnation. Une cause probable est l’extensification de l’agriculture.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 07/2022

18.02.22 | Le pourcentage de bovins en stabulation libre a nettement augmenté entre 2013 et 2020. En 2013, la part des bovins en stabulation libre s’élevait à 65 %. En 2020, elle avait atteint 73 %. La part est surtout élevée chez les vaches mères et dans l’engraissement de gros bétail bovin. Dans ces secteurs, la part était déjà en 2013 très élevée et ne s’est plus beaucoup développée. La part des vaches laitières en stabulation libre est plus basse, par contre on peut constater une évolution nette de 46 % à 58 %. Les différences entre les régions sont claires. En région de montagne, la part des bovins en stabulation libre est plus petite qu’en région de plaine. La statistique se base sur une enquête par sondage et dispose d’une certaine marge d’erreur. Pour cette raison, les indications dans le texte sont arrondies aux nombres entiers.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 06/2022

11.02.22 | Selon l’indice, les prix d’achat des agents de production agricole (engrais, énergie, aliments pour animaux, machines, bâtiments etc.) ont augmenté de 6,2 % dans l’intervalle d’une année. Le renchérissement est très élevé en ce qui concerne les prix des engrais et de l’énergie. Les prix élevés de l’énergie, les conditions de transport difficile, les retards dans les chaînes d’approvisionnement et des prix de matières premières élevés de manière généralisée provoquent un net renchérissement pour la production agricole.

Lire la suite
AGRISTAT Actuel
Agristat « Actuel » 01-22 : La tendance à la réduction des aliments d’origine animale se fait sentir

10.02.22 | Une alimentation pauvre en viande et en produits d’origine animale est à la mode. Cette tendance a engendré une baisse de la consommation de certains aliments au cours des dernières années. La crise du coronavirus a entraîné un changement de comportement alimentaire et a freiné cette évolution jusqu’à maintenant. Avec la fin de la crise, il faut toutefois s’attendre à une nouvelle baisse de la consommation de viande de veau, de porc et de lait par habitant. Cette situation pourrait mettre la production laitière sous pression.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - janvier 2022

10.02.22 | Le mois de janvier a connu des températures douces, surtout à son début, et un temps très ensoleillé, même à basse altitude dans le Nord de la Suisse. Sur une grande partie du territoire, les précipitations ont représenté moins de 50 % de la norme 1991-2020, et même moins de 20 % dans une grande partie du Sud du pays.

Lire la suite