Contenu principal

NON aux deux projets sur les rentes

Communiqué de presse de l’Union suisse des paysans du 11 janvier 2024

La Chambre suisse d’agriculture de l’Union suisse des paysans rejette une 13e rente AVS pour des raisons de viabilité financière. Elle considère aussi qu’un relèvement général de l’âge de la retraite est inopportun pour le moment.

Le 3 mars prochain, le peuple se prononcera sur deux projets de loi relatifs aux rentes. La Chambre suisse d’agriculture (CSA) de l’Union suisse des paysans (USP) a tenu aujourd’hui une séance extraordinaire pour définir ses recommandations de vote. L’initiative « Mieux vivre à la retraite (initiative pour une 13e rente AVS) » demande que les bénéficiaires d’une rente de vieillesse de l’AVS perçoivent chaque année un supplément correspondant à un douzième de leur rente annuelle. Pour les paysannes et les paysans, l’AVS constitue un pilier important de la prévoyance vieillesse. En cas d’acceptation, ils bénéficieraient donc a priori d’une 13e rente. Or, le niveau actuel de l’AVS n’est même pas garanti, car il y a de moins en moins de personnes actives pour de plus en plus de bénéficiaires de rentes. Le comité d’initiative ne dit rien sur la manière de financer cette 13e rente et donc de combler le déficit grandissant entre les recettes et les dépenses. Il faudrait remanier les taux de cotisation des assurés et des employeurs ainsi que le financement croisé par le budget fédéral déjà fortement ébranlé. Ce remaniement ferait grandir le risque de coupes dans le budget agricole, et le financement de la 13e rente AVS pourrait donner lieu à une réduction des paiements directs. Par ailleurs, le principe de l’arrosoir constitue un point noir dans ce projet. La 13e rente AVS serait versée à tous les bénéficiaires de rentes, même à ceux qui n’en ont pas besoin. Les coûts de financement seraient donc d’autant plus importants. Après avoir pesé le pour et le contre, la CSA a décidé de recommander de rejeter cette 13e rente AVS pour des raisons de viabilité financière.

Dans les discussions, l’initiative sur les rentes a moins suscité la controverse. Cette initiative demande d’abord de relever l’âge de la retraite à 66 ans pour les deux sexes, puis de l’indexer sur l’espérance de vie. Là aussi, la CSA a décidé de recommander de rejeter l’objet. Elle considère qu’un relèvement général de l’âge de la retraite est inopportun pour le moment. Les personnes exerçant un métier physique en paient le prix à la retraite et ne peuvent pas simplement travailler plus longtemps. En outre, pour l’agriculture, il faudrait privilégier un modèle basé sur une durée de travail à vie.

 

Pour une augmentation des prix à la production de 5 à 10 %

Ces deux dernières années, il n’a pas été possible de répercuter dans son intégralité la hausse des coûts des prestations intermédiaires sur les prix à la production. De plus, les exigences augmenteront cette année encore, entraînant un surcroît de dépenses et une diminution des rendements. Sans parler des risques de culture, eux aussi en hausse. Pour empêcher que la situation ne s’aggrave, l’USP demande une augmentation des prix à la production de 5 à 10 % en 2024. Des prix équitables et rémunérateurs constituent le socle sur lequel fonder d’autres améliorations pour le bien-être animal, la protection du climat ou la promotion de la biodiversité.

 

Pas de réduction des enveloppes financières 2026-2029

La CSA a également adopté la prise de position sur les enveloppes financières 2026-2029 pour l’agriculture. Le Conseil fédéral propose une réduction de 2,5%, soit 347 millions de francs, par rapport aux enveloppes actuelles. La CSA rejette avec véhémence cette proposition. Ces dernières années, le Conseil fédéral et le Parlement ont considérablement relevé les exigences posées à l'agriculture. Par ailleurs, les revenus dans le secteur agricole sont déjà faibles aujourd'hui. Une réduction des moyens financiers est donc tout simplement inopportune. Il conviendrait mieux de les augmenter de manière substantielle. Compte tenu de la situation des finances fédérales, l'USP renonce à faire part de son avis à la Confédération. Les coûts supplémentaires doivent être couverts par une augmentation des prix à la production.

Renseignements

Markus Ritter

Markus Ritter

Président de l'Union suisse des paysans
Conseiller national

Téléphone 079 300 56 93
EMail markus.ritter@parl.ch

Martin Rufer

Martin Rufer

Directeur de l'Union suisse des paysans

Téléphone 078 803 45 54
E-Mail martin.rufer@sbv-usp.ch

Peter Kopp

Peter Kopp

Département Affaires sociales et prestataires de services
Secrétaire général Agrisano

Téléphone 056 461 71 82
Email peter.kopp@agrisano.ch

Michel Darbellay

Responsable du département Production, marché et écologie de l’USP

Téléphone        078 801 16 91
E-Mail               michel.darbellay@sbv-usp.ch 

Sur le même sujet

Prises de position Änderung der Tierseuchenverordnung

17.05.24 | Stellungnahme des Schweizer Bauernverbands zur Änderung der Tierseuchenverordnung.

Lire la suite
En direct de l'USP
En direct de l’USP n°19 -2024

13.05.24 | Placées sous l’égide de l’USP, les négociations sur les prix auprès des organisations de producteurs sont en bonne voie. Des hausses ont déjà été obtenues pour les pommes de terre. En juin, ce sera le tour des céréales.

Lire la suite
Points de vue
L’initiative d’allègement des primes, ou la menace d’une nouvelle facture de plusieurs milliards

10.05.24 | Déposée par le PS, l’initiative d’allègement des primes demande que les personnes assurées ne doivent pas consacrer plus de 10 % de leur revenu disponible aux primes d’assurance-maladie. Il ne fait aucun doute que ces primes pèsent de plus en plus lourd dans le budget de nombreux ménages. En effet, les coûts de la santé ont fortement augmenté au cours des dernières décennies. C’est pourquoi environ un quart de la population suisse, soit 2,3 millions de personnes, bénéficie d’une réduction de primes à l’heure actuelle.

Lire la suite
Communiqués de presse
Renvoi des propositions d’économies du Conseil fédéral

07.05.24 | Le Conseil fédéral se prononcera bientôt sur le crédit-cadre agricole 2026-2029. Non seulement l’Union suisse des paysans, mais aussi de nombreuses autres organisations ainsi que presque tous les cantons et partis se sont clairement opposés aux mesures d’économies prévues de 2,5 %. Le Conseil fédéral est dans l’obligation de tenir compte du résultat sans équivoque de la consultation s’il ne veut pas que les processus démocratiques tournent à la mascarade.

Lire la suite
En direct de l'USP
En direct de l’USP n°18 -2024

06.05.24 | L’USP s’oppose à l’obligation de réserver 3,5% des terres ouvertes à la promotion de la biodiversité. Elle a défendu sa position devant la CER-CE, dont la majorité s’est laissé convaincre.

Lire la suite
Communiqués de presse
Valoriser les efforts climatiques de l’agriculture suisse

06.05.24 | L’Union suisse des paysans rejoint AgroImpact pour mieux valoriser les efforts climatiques de l’agriculture suisse. Il s’agit d’accompagner la transition climatique de l’agriculture en développant l’assise nationale d’une initiative pionnière.

Lire la suite
Points de vue
Pour garantir notre approvisionnement énergétique : OUI à la nouvelle loi sur l'approvisionnement en électricité

03.05.24 | Que ce soit dans l'agriculture ou dans le secteur de l'énergie, il vaut mieux produire en Suisse et ne pas dépendre d'importations douteuses. De plus, une pénurie d'électricité entraînerait des conséquences dramatiques pour les exploitations agricoles. C'est là qu’intervient la loi sur l'approvisionnement en électricité, sur laquelle nous voterons en juin. Elle vise à renforcer la sécurité de l’approvisionnement énergétique en développant les énergies renouvelables indigènes.

Lire la suite
Prises de position Procédure de consultation sur le train d'ordonnances agricoles 2024/PA22+

01.05.24 | Prise de position de l'Union suisse des paysans sur le train d'ordonnances agricoles 2024/PA22+.

Lire la suite