Contenu principal

Optimisations apportées au nouveau modèle éducatif

Communiqué de presse de l'OrTra AgriAliForm du 14 décembre 2023

La formation initiale fait l'objet d'un processus de révision. Cette année, une consultation interne sur le nouveau modèle de formation a eu lieu auprès des organisations membres de l'OrTra AgriAliForm. Sur la base des réactions reçues, les plans de formation et l'ordonnance sur la formation ont été remaniés et les points litigieux ont été optimisés.

La nouvelle formation initiale des métiers de l'agriculture continue à se concrétiser. Sur la base des réactions à la consultation interne, l'OrTra AgriAliForm a procédé à diverses améliorations. Ainsi, le nombre de leçons pour toutes les professions a été porté à 1500 sur 3 années d'apprentissage. La nouvelle répartition linéaire n'a pas été contestée, de sorte que 500 leçons sont désormais prévues pour chaque année d'apprentissage au lieu de 480. Toutes les professions ont augmenté les contenus spécifiques aux métiers au cours des deux premières années d'apprentissage. En 3e année d'apprentissage, 20 leçons supplémentaires sont désormais disponibles pour la gestion d'entreprise.

Dans tous les métiers, il y aura au maximum 12 jours de cours interentreprises. L'examen de cariste y est déjà intégré. Les agriculteurs et les arboriculteurs recevront désormais deux jours de formation au maniement de la tronçonneuse. En arboriculture et en culture maraîchère, tous les apprentis obtiennent le permis phytosanitaire. Chez les agriculteurs/trices, ce permis est intégré dans les orientations grandes cultures et production végétale biologique, et chez les viniculteurs/trices, dans l'orientation vigne.

Une autre adaptation chez les agriculteurs concerne le domaine de compétences opérationnelles "Gestion des surfaces herbagères". La production de fourrages grossiers y est désormais intégrée. Ainsi, tous les agriculteurs CFC acquièrent cette compétence de base, indépendamment de leur orientation. Par ailleurs, les orientations ont été réduites de 40 leçons, qui sont désormais à la disposition des écoles dans le domaine de compétences opérationnelles "Soins aux terres cultivées". Ce domaine remplace les anciennes cours à option qui ne sont plus possibles en raison des prescriptions de la loi sur la formation.

L'ordonnance sur la formation et les plans de formation constituent la base de la formation. Pour une mise en œuvre réussie et homogène au niveau national, il faut des documents de soutien pour les trois lieux de formation que sont l'entreprise formatrice, l'école professionnelle et les cours interentreprises. La prochaine étape consiste donc à élaborer les documents de mise en œuvre. En font partie les programmes de formation détaillés pour les entreprises et les programmes scolaires ainsi que les nouveaux moyens d'enseignement. Ces derniers seront développés en collaboration avec Edition-lmz AG et les auteurs.  

Les plans de formation des Agropraticiens AFP seront également révisés d'ici 2026. La structure de cette formation ne sera toutefois pas modifiée. En revanche, la formation professionnelle supérieure fera également l'objet d'une révision totale d'ici 2029. A cette date, les premiers titulaires d'un CFC termineront leur formation selon la nouvelle ordonnance sur la formation. L'interaction sans faille entre la formation initiale et la formation professionnelle supérieure est décisive pour augmenter durablement le nombre de diplômés à l'examen professionnel et à l'examen de maîtrise.

Renseignements

Loïc Bardet

directeur d'AGORA

Tél : 021 614 04 73
Mobile 079 718 01 88

Petra Sieghart

Responsable agriprof
Union Suisse des Paysans

Tél: 056 462 54 31
Mobile : 079 669 02 01

Sur le même sujet

Prises de position Verordnung zum Bundesgesetz über die Ziele im Klimaschutz, die Innovation und die Stärkung der Energiesicherheit (Klimaschutz-Verordnung; KlV)

16.04.24 | Stellungnahme des Schweizer Bauernverbands zur Verordnung zum Bundesgesetz über die Ziele im Klimaschutz, die Innovation und die Stärkung der Energiesicherheit (Klimaschutz-Verordnung; KlV).

Lire la suite
En direct de l'USP
En direct de l’USP n°15 -2024

16.04.24 | 1 franc le litre au producteur de lait tel est l’objectif du Lait équitable. Depuis cette semaine, ALDI Suisse distribue dans ses points de vente de Suisse romande, de Berne et de Soleure du Lait équitable. Souhaitons que le succès soit au rendez-vous et que d’autres détaillants emboîtent le pas pour augmenter les volumes écoulés et faire profiter davantage de producteurs.

Lire la suite
Prises de position Änderung des Geoinformationsgesetzes

15.04.24 | Stellungnahme des Schweizer Bauernverbands zur Änderung des Geoinformationsgesetzes.

Lire la suite
Points de vue
Produits phytosanitaires : la Suisse est la lanterne rouge de l’Europe

12.04.24 | À l’heure actuelle, les champs de colza devraient étinceler de jaune. Or, le vert est aussi très présent. La raison ? Une véritable invasion de méligèthes du colza. Deux ou trois traitements insecticides ne suffisent plus à tenir ces coléoptères en échec.

Lire la suite
Prises de position Änderungen Anhang 1 Pflanzenschutzmittelverordnung

10.04.24 | Stellungnahme des Schweizer Bauernverbands zur Änderungen Anhang 1 Pflanzenschutzmittelverordnung.

Lire la suite
En direct de l'USP
En direct de l’USP n°14 -2024

09.04.24 | Pour qu’un animal puisse être abattu sous le label AQ-Viande, il doit avoir vécu un certain temps sur une exploitation reconnue. Un projet pilote a été lancé début avril dans deux abattoirs afin que la durée minimale du séjour puisse être automatiquement contrôlée via l’application informatique Labelbase.

Lire la suite
En direct de l'USP
En direct de l’USP n°13 -2024

02.04.24 | Le 15 avril, l’USP, Agridea, Agroscope et l’association Agro-entrepreneurs tiendront un webinaire sur l’optimisation de l’azote dans les grandes cultures. Vu le succès de la version allemande, le public promet d’être nombreux.

Lire la suite
En direct de l'USP
En direct de l’USP n°12 -2024

25.03.24 | Le comité d‘Agriterre a préparé l’assemblée générale. Celle-ci se déroulera cette année dans la foulée de la CSA à la LUGA. L’année passée, la jeune organisation pour la protection des terres cultivées des chambres cantonales d’agriculture a demandé son adhésion. Dès lors, Agriterra compte une vingtaine d’organisations membres.

Lire la suite