Contenu principal

Optimisations apportées au nouveau modèle éducatif

Communiqué de presse de l'OrTra AgriAliForm du 14 décembre 2023

La formation initiale fait l'objet d'un processus de révision. Cette année, une consultation interne sur le nouveau modèle de formation a eu lieu auprès des organisations membres de l'OrTra AgriAliForm. Sur la base des réactions reçues, les plans de formation et l'ordonnance sur la formation ont été remaniés et les points litigieux ont été optimisés.

La nouvelle formation initiale des métiers de l'agriculture continue à se concrétiser. Sur la base des réactions à la consultation interne, l'OrTra AgriAliForm a procédé à diverses améliorations. Ainsi, le nombre de leçons pour toutes les professions a été porté à 1500 sur 3 années d'apprentissage. La nouvelle répartition linéaire n'a pas été contestée, de sorte que 500 leçons sont désormais prévues pour chaque année d'apprentissage au lieu de 480. Toutes les professions ont augmenté les contenus spécifiques aux métiers au cours des deux premières années d'apprentissage. En 3e année d'apprentissage, 20 leçons supplémentaires sont désormais disponibles pour la gestion d'entreprise.

Dans tous les métiers, il y aura au maximum 12 jours de cours interentreprises. L'examen de cariste y est déjà intégré. Les agriculteurs et les arboriculteurs recevront désormais deux jours de formation au maniement de la tronçonneuse. En arboriculture et en culture maraîchère, tous les apprentis obtiennent le permis phytosanitaire. Chez les agriculteurs/trices, ce permis est intégré dans les orientations grandes cultures et production végétale biologique, et chez les viniculteurs/trices, dans l'orientation vigne.

Une autre adaptation chez les agriculteurs concerne le domaine de compétences opérationnelles "Gestion des surfaces herbagères". La production de fourrages grossiers y est désormais intégrée. Ainsi, tous les agriculteurs CFC acquièrent cette compétence de base, indépendamment de leur orientation. Par ailleurs, les orientations ont été réduites de 40 leçons, qui sont désormais à la disposition des écoles dans le domaine de compétences opérationnelles "Soins aux terres cultivées". Ce domaine remplace les anciennes cours à option qui ne sont plus possibles en raison des prescriptions de la loi sur la formation.

L'ordonnance sur la formation et les plans de formation constituent la base de la formation. Pour une mise en œuvre réussie et homogène au niveau national, il faut des documents de soutien pour les trois lieux de formation que sont l'entreprise formatrice, l'école professionnelle et les cours interentreprises. La prochaine étape consiste donc à élaborer les documents de mise en œuvre. En font partie les programmes de formation détaillés pour les entreprises et les programmes scolaires ainsi que les nouveaux moyens d'enseignement. Ces derniers seront développés en collaboration avec Edition-lmz AG et les auteurs.  

Les plans de formation des Agropraticiens AFP seront également révisés d'ici 2026. La structure de cette formation ne sera toutefois pas modifiée. En revanche, la formation professionnelle supérieure fera également l'objet d'une révision totale d'ici 2029. A cette date, les premiers titulaires d'un CFC termineront leur formation selon la nouvelle ordonnance sur la formation. L'interaction sans faille entre la formation initiale et la formation professionnelle supérieure est décisive pour augmenter durablement le nombre de diplômés à l'examen professionnel et à l'examen de maîtrise.

Renseignements

Loïc Bardet

directeur d'AGORA

Tél : 021 614 04 73
Mobile 079 718 01 88

Petra Sieghart

Responsable agriprof
Union Suisse des Paysans

Tél: 056 462 54 31
Mobile : 079 669 02 01

Sur le même sujet

En direct de l'USP
En direct de l’USP n°9-2024

04.03.24 | L'USP a lancé la consultation interne sur la révision de l'ordonnance sur les produits phytosanitaires, qui touche aux émoluments. Du point de vue de l'agriculture, cette révision rate sa cible.

Lire la suite
Communiqués de presse
Pas de dépenses au détriment de l’agriculture !

03.03.24 | Le peuple suisse a approuvé la 13e rente AVS pour toutes et tous. Il accepte ainsi des dépenses annuelles supplémentaires pour le premier pilier de l’ordre de 4 à 5 milliards de francs, dont le financement reste totalement ouvert.

Lire la suite
Communiqués de presse
Un premier pas tardif pour améliorer la situation

01.03.24 | Aujourd’hui, l’Interprofession du lait a décidé d’augmenter le prix indicatif du lait de trois centimes, mais seulement à partir du troisième trimestre. L’Union suisse des paysans (USP) reconnaît qu’il s’agit là d’un premier pas. Les transformateurs et les distributeurs ont compris la gravité de la situation, dans la mesure où aucune amélioration n’était susceptible d’attiser la frustration de la base paysanne.

Lire la suite
Prises de position Angleichung der EO-Leistungen

27.02.24 | Stellungnahme des Schweizer Bauernverbands zur Angleichung der EO-Leistungen.

Lire la suite
Prises de position Finanzierung von Gebäudeschäden bei Erdbeben

27.02.24 | Stellungnahme des Schweizer Bauernverbands zur Finanzierung von Gebäudeschäden bei Erdbeben.

Lire la suite
En direct de l'USP
En direct de l’USP n°8-2024

26.02.24 | L'USP a lancé la consultation interne sur la révision de l'ordonnance sur les produits phytosanitaires, qui touche aux émoluments. Du point de vue de l'agriculture, cette révision rate sa cible.

Lire la suite
En direct de l'USP
En direct de l’USP n°7-2024

20.02.24 | Le GT Affaires internationales s’est réuni lors de sa rencontre annuelle. Les politiques commerciale et européenne, la conférence ministérielle de l'OMC et les prochains accords de libre-échange ont fait l’objet de débats.

Lire la suite
Communiqués de presse
Pas question de réduire le budget agricole !

14.02.24 | Le Conseil fédéral doit rééquilibrer les finances de la Confédération. Mais au lieu d’économiser là où les dépenses augmentent, il veut faire passer entre autres l’agriculture à la caisse. À cet effet, il prévoit une réduction linéaire des dépenses faiblement liées dans le budget 2025. Pour l’Union suisse des paysans, il n’est pas question de réduire le budget agricole.

Lire la suite