Contenu principal

La CER-N veut elle aussi suspendre la politique agricole

Communiqué de presse de l’Union suisse des paysans du 2 février 2021

La Commission de l’économie et des redevances du Conseil national se prononce pour la suspension de la PA22+. Elle ouvre ainsi la voie à un report définitif de la prochaine grande réforme de la politique agricole. Celui-ci permettrait de disposer du temps nécessaire pour procéder aux ajustements qui s’imposent d’urgence.

Les membres de la Commission de l’économie et des redevances du Conseil national (CER-N) ont discuté de plusieurs objets agricoles en vue de la session de printemps à la Chambre basse. Tout comme le Conseil des États, ils soutiennent la suspension de la Politique agricole 2022+. L’Union suisse des paysans se félicite de cette décision. Le projet de loi présente des faiblesses majeures, telles que la diminution de 6 % du taux d’auto-approvisionnement brut et la baisse du revenu sectoriel de près de 265 millions de francs par an. Le temps gagné grâce à la suspension permettra de passer d’une politique purement agricole à une politique agricole et alimentaire crédible le long de toute la chaîne de la création de valeur. 

La CER-N a également suivi le Conseil des États dans le cas de la motion sur les techniques d’épandage de lisier réduisant les émissions, comme les pendillards. Elle veut continuer d’accorder un soutien financier à ces techniques d’épandage, sans pour autant les rendre obligatoires. Compte tenu des nombreux facteurs d’influence, l’utilisation des pendillards n’est pas toujours meilleure pour l’environnement, ni supportable sur le plan financier en raison de l’impossibilité d’en exploiter les pleines capacités. 

Les mesures d’aide à l’économie sucrière prendront fin en 2022, c’est pourquoi il faudrait les inscrire dans la loi. La majorité de la CER-N ne l’a pas vu de cet œil. Elle propose de réduire de 600 francs à 1500 francs la contribution à des cultures particulières. Cette décision aurait pour conséquence un recul considérable des surfaces cultivées, menant à la fermeture d’une des deux fabriques du pays. Une étude indépendante a démontré que l’exploitation d’une seule fabrique n’était économiquement pas rentable. La fermeture d’une fabrique serait donc synonyme de la fin de la production sucrière suisse. Afin de maintenir la culture de la betterave sucrière et la production de sucre suisse, le Conseil national doit suivre la proposition de minorité avec une contribution pour cultures particulières de 2100 francs.
L’USP espère que le Conseil national suive les propositions de majorité de sa commission d’examen en ce qui concerne la suspension de la PA22+ et les techniques de réduction des émissions. Dans le cas de l'initiative parlementaire sur le sucre, il est essentiel de suivre la minorité sur la contribution pour culture particulière allouée à la betterave sucrière.  

Renseignements

Francis Egger

Vice-directeur Union Suisse des Paysans
Département économie, formation et
relations internationales

Mobile 079 280 69 66
Email francis.egger@sbv-usp.ch

Michel Darbellay

Responsable du département Production, marché et écologie de l’USP

Téléphone        078 801 16 91
E-Mail               michel.darbellay@sbv-usp.ch 

Sur le même sujet

Communiqués de presse
Les prix à la production doivent continuer d’augmenter

04.10.22 | Les estimations actuelles pour l’année agricole 2022 indiquent que les familles paysannes s’attendent à voir leurs revenus baisser. Afin de pallier la forte augmentation des coûts de production et les dépenses liées aux exigences environnementales récemment édictées, une nouvelle hausse des prix à la production d’au moins 10 % est nécessaire.

Lire la suite
En direct de l'USP
En direct de l‘USP n°39

03.10.22 | Lors du Forum public de l’Organisation mondiale du commerce, l’USP a organisé une table ronde sur la sécurité alimentaire et l'influence du commerce international sur la production nationale.

Lire la suite
Communiqués de presse
Réguler le loup sans faire dans la demi-mesure

29.09.22 | L’augmentation des populations de loups a accentué la problématique liée au canidé de manière exponentielle. La situation actuelle menace l’agriculture et en particulier l’économie alpestre dans leur existence.

Lire la suite
En direct de l'USP
En direct de l‘USP n°38

27.09.22 | L’agriculture ressent elle aussi la menace d’une pénurie d’électricité qui inquiète toute la Suisse en ce moment. Rendez-vous sur notre nouvelle page thématique pour tout savoir sur la question.

Lire la suite
Communiqués de presse
L’agriculture n’est pas à l’abri d’une pénurie d’électricité

23.09.22 | L’hiver prochain, en raison d’une pénurie d’électricité en Europe, les interruptions intermittentes de courant ne seront pas exclues. Les exploitations agricoles doivent se préparer sans céder à la panique.

Lire la suite
Prises de position Auswirkung von Gasmangel auf die Ernährungssicherheit

23.09.22 | Das Thema Strom- und Gasmangellage ist allgegenwärtig und führt zu Fragen und Verunsicherungen, so auch in der Landwirtschaft. Wir möchten Sie im Zusammenhang der Konsultation zur Gasmangellage auf ein paar wichtige Punkte im Interesse der Lebensmittelversorgung und der Versorgungssicherheit hinweisen. Wir unterstützen grundsätzlich das Vorgehen des Bundesrats, um die Schäden einer Mangellage möglichst tief zu halten. Dennoch fehlen bei einer rein auf möglichst tiefe Wirtschaftsverluste ausgelegte Planung Aspekte, die insbesondere bei der Lebensmittelproduktion entscheidend sind.

Lire la suite
En direct de l'USP
En direct de l‘USP n°37

19.09.22 | L’USP s’est entretenue avec les représentants du World Food System Center et de l’Institut des sciences agronomiques de l’EPFZ. L’échange a porté sur les projets en cours et les défis actuels.

Lire la suite
Points de vue
Juin 2021 et septembre 2022 : même combat

16.09.22 | Le 25 septembre et la décision sur l’initiative « Non à l’élevage intensif » approchent à grands pas. Ces dernières semaines, de nombreuses exploitations agricoles ont participé à la diffusion des mesures et des arguments en faveur du NON auprès des citoyens. Nous les remercions de tout cœur de leur engagement. Les discussions récentes ont montré une fois de plus à quel point le sujet de l’élevage est émotionnel. C’est la raison pour laquelle les résultats des sondages sont beaucoup moins nets que les bons arguments contre l’initiative ne le laisseraient supposer. Le camp qui saura le mieux mobiliser ses partisans fera tourner l’issue de la votation à son avantage. Est-ce que ce sera la gauche, plutôt urbaine, qui veut couler l’AVS et l’impôt anticipé, ou la bourgeoisie, plutôt rurale, qui ne veut pas mettre en péril l’agriculture suisse et les retraites ?

Lire la suite