Contenu principal

L’agriculture n’est pas à l’abri d’une pénurie d’électricité

Communiqué de presse de l’Union suisse des paysans du 23 septembre 2022

L’hiver prochain, en raison d’une pénurie d’électricité en Europe, les interruptions intermittentes de courant ne seront pas exclues. Les exploitations agricoles doivent se préparer sans céder à la panique. 

Une exploitation agricole moyenne consomme environ 20 000 kWh d’électricité par an. La quantité effective varie fortement en fonction du type de production. Il est vrai que l’automatisation et la numérisation en continu ont fortement accru la dépendance à l’électricité ainsi que la vulnérabilité des exploitations en cas de coupure de courant. Machines à traire, automates d’alimentation, ventilateurs : tous ces appareils fonctionnent uniquement à l’électricité. Le Conseil fédéral ne peut exclure d’éventuelles coupures de courant l’hiver prochain. Cette situation est due à la dépendance de la Suisse à l’électricité de l’Europe en hiver. Or, l’achat aux pays européens n’est pas garanti cette année.

Le Conseil fédéral prévoit une procédure en quatre phases. Dans la première, tout le monde doit contribuer à économiser l’électricité et à l’utiliser de manière plus efficace en général. Dans ce contexte, l’agriculture peut réduire sa consommation en tirant profit des programmes d'efficacité énergétique d'AgroCleanTech et prendre les mêmes mesures que le reste de la population. Dans la deuxième phase, des restrictions de la consommation par l’interdiction d’installations non indispensables et à forte consommation énergétique, notamment les éclairages des vitrines, des tableaux publicitaires ou des routes, sont prévues. Dans la troisième phase, les gros consommateurs de plus de 100 000 kWh par an doivent s’attendre à des contingentements. La plupart des exploitations agricoles n’appartiennent pas à cette catégorie, mais certains secteurs en aval sont concernés, ce qui peut entraîner des perturbations dans la transformation et le commerce, voire un blocage des ventes au niveau de la production. Dans la dernière phase, si toutes les autres étapes n’ont pas porté leurs fruits, le gouvernement prévoit des délestages cycliques du réseau électrique.

Dans la quatrième phase, le besoin d’accéder à une alimentation électrique de secours dépend de la durée de l’interruption et du type d’exploitation. Chaque exploitation doit se pencher sur les conséquences potentielles d’une coupure et la manière de s’y préparer. Le risque peut être réduit en appliquant les gestes suivants :

  • Recenser les besoins énergétiques de l’exploitation
  • Prendre des mesures d’efficacité énergétique
  • Clarifier l’organisation du travail et les tâches primordiales
  • Installer un groupe électrogène de secours si nécessaire. Il existe différentes technologies pour assurer une alimentation de secours, qui sont plus ou moins adaptées selon les besoins. Produire sa propre électricité (installation photovoltaïque ou de biogaz) ne constitue pas une solution de secours en tant que telle, car un découplage du réseau et un fonctionnement en îlot sont nécessaires pour une alimentation de secours.
  • Stocker du carburant

Vous trouverez de plus amples informations dans le rapport détaillé « Pénurie d’électricité dans l’agriculture. Qui est concerné et quelles mesures peuvent être prises ? ».

Renseignements

Michel Darbellay

Responsable du département Production, marché et écologie de l’USP

Téléphone        078 801 16 91
E-Mail               michel.darbellay@sbv-usp.ch 

Hannah von Ballmoos-Hofer

Union Suisse des Paysans
Département Production, marché et écologie
Responsable Division Energie et environnement

Téléphone     056 462 50 06 
EMail             hannah.vonballmoos@sbv-usp.ch 

Sur le même sujet

Communiqués de presse
Pas de dépenses au détriment de l’agriculture !

03.03.24 | Le peuple suisse a approuvé la 13e rente AVS pour toutes et tous. Il accepte ainsi des dépenses annuelles supplémentaires pour le premier pilier de l’ordre de 4 à 5 milliards de francs, dont le financement reste totalement ouvert.

Lire la suite
Communiqués de presse
Un premier pas tardif pour améliorer la situation

01.03.24 | Aujourd’hui, l’Interprofession du lait a décidé d’augmenter le prix indicatif du lait de trois centimes, mais seulement à partir du troisième trimestre. L’Union suisse des paysans (USP) reconnaît qu’il s’agit là d’un premier pas. Les transformateurs et les distributeurs ont compris la gravité de la situation, dans la mesure où aucune amélioration n’était susceptible d’attiser la frustration de la base paysanne.

Lire la suite
Prises de position Finanzierung von Gebäudeschäden bei Erdbeben

27.02.24 | Stellungnahme des Schweizer Bauernverbands zur Finanzierung von Gebäudeschäden bei Erdbeben.

Lire la suite
Prises de position Angleichung der EO-Leistungen

27.02.24 | Stellungnahme des Schweizer Bauernverbands zur Angleichung der EO-Leistungen.

Lire la suite
En direct de l'USP
En direct de l’USP n°8-2024

26.02.24 | L'USP a lancé la consultation interne sur la révision de l'ordonnance sur les produits phytosanitaires, qui touche aux émoluments. Du point de vue de l'agriculture, cette révision rate sa cible.

Lire la suite
En direct de l'USP
En direct de l’USP n°7-2024

20.02.24 | Le GT Affaires internationales s’est réuni lors de sa rencontre annuelle. Les politiques commerciale et européenne, la conférence ministérielle de l'OMC et les prochains accords de libre-échange ont fait l’objet de débats.

Lire la suite
Communiqués de presse
Pas question de réduire le budget agricole !

14.02.24 | Le Conseil fédéral doit rééquilibrer les finances de la Confédération. Mais au lieu d’économiser là où les dépenses augmentent, il veut faire passer entre autres l’agriculture à la caisse. À cet effet, il prévoit une réduction linéaire des dépenses faiblement liées dans le budget 2025. Pour l’Union suisse des paysans, il n’est pas question de réduire le budget agricole.

Lire la suite
Communiqués de presse
« 1000 pour la biodiversité » : appel à participation

13.02.24 | En vue d’améliorer la qualité des surfaces de promotion de la biodiversité, l’Union suisse des paysans et Coop proposent d’aménager 1000 petites structures et arbres supplémentaires. Toute personne participante recevra à cet effet 100 francs par nouvel élément. Il ne reste plus qu’à s’inscrire et à atteindre l’objectif d’ici fin avril.

Lire la suite