Contenu principal

Les électeurs ratent l’occasion de voter pour une loi progressiste sur la chasse

ChasseSuisse/USP/SAB – Communiqué de presse du dimanche 27 septembre 2020

Le peuple suisse a rejeté la révision de la loi sur la chasse, datant d’il y a 34 ans, avec 51.9  pour cent de voix contre. Les électeurs ont raté l’occasion de renforcer la protection des animaux et des espèces, et de fixer des règles claires pour la cohabitation entre le loup et les animaux de rente. ChasseSuisse, l’Union suisse des paysans et le Groupement suisse pour les régions de montagne regrettent ce résultat obtenu par les opposants à coup de milIlions. L’adoption d’une loi progressiste sur la chasse est maintenant peu probable.

Le peuple suisse a rejeté la loi révisée sur la chasse et donc une chasse durable et progressiste à 51.9 pour cent de voix contre. ChasseSuisse, l’Union suisse des paysans (USP) et le Groupement suisse pour les régions de montagne (SAB), qui se sont engagés avec force et conviction ces derniers mois pour le Oui, regrettent ce résultat. « Les électeurs ont malheureusement rejeté un texte équilibré et se sont laissés berner par la démonstration de force au budget démesuré des organisations de protection animale », relève Anton Merkle, président de ChasseSuisse. 

Sans cette nouvelle loi, les cantons n’ont pas la possibilité de réagir de façon appropriée et mesurée à l’augmentation des populations de loups. Les conflits iront croissant dans les années à venir et vont poser de plus en plus de problèmes aux exploitants d’alpage. « Le peuple suisse a malheureusement raté l’occasion d’accorder également une meilleure protection aux moutons, chèvres et veaux », a pour sa part souligné Markus Ritter, président de l’USP. 

Une loi progressiste sur la chasse est bloquée pour de nombreuses années 

Les régions montagnardes sont fortement touchées par le rejet de la loi. « Nous n’avons malheureusement pas réussi à convaincre les habitant(e)s des plaines des avantages de la loi sur la chasse pour la population montagnarde a expliqué Thomas Egger, directeur du SAB. Avec son travail, l’agriculture alpestre et de montagne fournit une contribution importante pour entretenir nos paysages. Cette décision risque de pousser de nombreux exploitants à abandonner. Les sentiers de randonnées dans les régions très touchées devront être interdits d’accès pour des raisons de sécurité. Les paysages alpins exploités seront recouverts de forêts et de buissons et ne seront plus aussi attractifs pour le tourisme. »

Le rejet de la loi est également un signal négatif pour la protection des animaux et des espèces. Au lieu de ne plus réguler que le loup, le bouquetin et le cygne tuberculé, les cantons peuvent maintenant continuer à réguler plus de 300 espèces protégées, que l’État fédéral peut classer parmi les animaux chassables. Les réserves d’oiseaux migrateurs, les zones de protection et les corridors faunistiques ne bénéficieront dorénavant d’aucun soutien financier de l’État fédéral. Des exigences de longue date des organisations de protection de la nature sont ainsi obsolètes. La loi révisée sur la chasse était un compromis équilibré qui aurait permis de régler des différends de longue date. La modernisation nécessaire de la loi sur la chasse se retrouve maintenant bloquée pour de nombreuses années. 

Renseignements

David Clavadetscher, directeur de ChasseSuisse,
Tél. 079 330 53 20, david.clavadetscher@jagdschweiz.ch 

Urs Schneider, vice-directeur de l’Union suisse des paysans USP,
Tél. 079 438 97 17, urs.schneider@sbv-usp.ch  

Thomas Egger, directeur du Groupement suisse pour les régions de montagne SAB,
Tél. 079 429 12 55, thomas.egger@sab.ch 

Sur le même sujet

Points de vue
Façonnez votre avenir : allez voter !

22.09.23 | La 51e législature des Chambres fédérales s'étend du 2 décembre 2019 au 3 décembre 2023. Elle n’est pas encore achevée et on peut déjà dire qu’elle a été particulièrement riche en événements concernant le secteur agricole, avec un bilan très mitigé.

Lire la suite
Points de vue
Le 22 octobre : une journée d’une grande importance !

08.09.23 | Le 22 octobre, nous fixerons un nouveau cadre politique pour les quatre années à venir et, en fonction de la composition du Parlement, la politique sera favorable à l’agriculture, ou justement pas.

Lire la suite
Communiqués de presse
Ensemble pour un monde propre – de la campagne à la ville

30.08.23 | Personne n’aime voir des déchets joncher le sol. Les déchets sauvages nuisent à l’environnement. L’Union suisse des paysans et McDonald’s ont décidé de sensibiliser l’opinion publique à ce sujet dans le cadre d’une campagne de nettoyage dans les pâturages, en marge du Clean-Up-Day national de mi-septembre. Le message: il est grand temps que nous assumions tous et toutes nos responsabilités. Lors du Clean-Up-Day ainsi que tous les autres jours de l’année.

Lire la suite
Points de vue
Pas de baisse des prix à la production, mais nouvelles hausses nécessaires !

11.08.23 | Actuellement, des acheteurs font pression sur les prix à la production dans plusieurs branches. Mais cela ne se justifie d’aucune manière. Au contraire, de nouvelles augmentations sont nécessaires, sans obligatoirement être portées par le consommateur ! Une plus juste répartition de la valeur ajoutée est nécessaire.

Lire la suite
Points de vue
Du champ à l’assiette

16.06.23 | En faisant retentir la cloche, la présidente du Conseil des États Brigitte Häberli-Koller met fin non seulement à la session d’été de cette année, mais aussi de manière officielle aux débats parlementaires sur la PA22+. Celle-ci entrera désormais en vigueur sous une forme réduite au 1er janvier 2025. Elle comprend notamment l’obligation de la couverture sociale, une contribution lors de la souscription d’une assurance récolte ainsi que des mesures dans le domaine de la promotion de la recherche et de l’innovation. Il s’agit d’un paquet allégé, et c’est très bien comme ça.

Lire la suite
Points de vue
« Perspective Suisse » : une campagne porteuse d’avenir

12.05.23 | Le résultat de l’élection complémentaire au Conseil des États dans le canton de Saint-Gall en mars dernier nous a montré ce que permettent d’accomplir la mobilisation et l’encouragement des bonnes personnes à se rendre aux urnes. À travers la campagne « Perspective Suisse » en vue des élections fédérales de cet automne, nous poursuivons le même objectif. Nous voulons corriger ce qui s’est produit il y a quatre ans. En 2019, trop de milieux favorables à l’agriculture n’ont pas participé aux élections ; la participation dans les zones rurales était de loin inférieure à la moyenne.

Lire la suite
Points de vue
Pas de distinction sur le dos des familles paysannes

03.03.23 | En octobre auront lieu les élections fédérales. Mais d’abord, le Conseil national doit se réunir lors de la session de printemps pour discuter du mini-paquet de la Politique agricole 2022+ (PA22+) : un calendrier défavorable au vu des nombreuses propositions émanant du camp rose-vert sur ce dossier. De quoi s’agit-il ? Tout a commencé avec la suspension de la PA22+. En amont de la votation sur les initiatives phytos extrêmes d’il y a deux ans, le Parlement a reporté les éléments environnementaux de la PA22+ dans les trajectoires de réduction des produits phytosanitaires et des pertes d’éléments fertilisants. Ensuite, d’autres mesures plus ou moins incontestées de la PA22+ ont été regroupées dans le mini-paquet dont il est question à présent. Enfin, un nouveau train de réformes devrait enter en vigueur en 2030 et transformer la politique agricole en une politique alimentaire. Le Conseil fédéral et la grande majorité du Conseil des États soutiennent cette stratégie en trois étapes.

Lire la suite
Communiqués de presse
Pas d’agriculture moderne sans bâtiments modernes

03.01.23 | Lors de sa conférence de presse du Nouvel An sur l'exploitation agricole de la famille Balsiger à Gerzensee, l'Union suisse des paysans a appelé le Parlement à voir la révision de la loi sur l’aménagement du territoire comme une opportunité de fixer un cadre juridique dans lequel l’agriculture peut être innovante et entrepreneuriale. En effet, il s’agit d’une opportunité dont tout le monde saurait profiter : les animaux disposeraient d’étables plus grandes, avec plus de lumière, d’aération et d’espace pour bouger, les familles paysannes pourraient travailler plus efficacement et toucheraient de meilleurs revenus et la population pourrait acquérir des denrées alimentaires locales à prix abordables. C’est pourquoi il convient de rejeter l'initiative paysage et d’y opposer un contre-projet indirect plus judicieux.

Lire la suite