Contenu principal

Taxes incitatives : le trafic d’indulgences est-il utile ?

Point de vue du 11 décembre 2020

La question des « taxes incitatives » a le vent en poupe dans la Berne fédérale. Les politiciens de gauche-écologistes, les organisations environnementales et même certains scientifiques y voient l’arme ultime pour réduire la consommation de produits phytosanitaires, d’aliments fourragers ou d’engrais de synthèse. Que sont exactement des taxes incitatives ? La taxe sur les billets d’avion en est un exemple classique. Comme l’essor du trafic aérien nuit à l’environnement, un renchérissement artificiel est censé inciter les gens à se tourner vers des moyens de transport plus écologiques. L’impôt sur le tabac, c’est en fait aussi une taxe incitative. Le sujet n’est pas nouveau dans l’agriculture. Depuis les années 1990, une poignée de pays européens ont introduit ces taxes, avec un succès très mitigé. Le Danemark, pourtant souvent cité en exemple, s’est vu contraint de revoir sa taxe de fond en comble à plusieurs reprises, et même de procéder à un relèvement massif de celle-ci. Bien que la somme rondelette de 85 millions de francs (2016) vienne alimenter les caisses de l’État, les quantités de produits phytosanitaires utilisées sont à nouveau en hausse depuis 2005. Pourquoi ? La taxe a notamment conduit à une situation où la quasi-totalité des herbicides encore utilisés regroupait ceux nécessitant les dosages d’application les plus faibles. Les adventices ont alors développé des résistances en peu de temps. Dans le cas de l’azote, des objectifs de réduction trop ambitieux et des taxes incitatives ont poussé à des apports en fertilisants inférieurs aux besoins réels des cultures. En conséquence, les teneurs en protéines des céréales panifiables se sont effondrées. En 2014, la teneur moyenne en protéines du blé danois s’élevait à 8 %. À titre de comparaison : en Suisse, un taux inférieur à 12,8 % donne lieu à une déduction de prix et, en dessous de 11,5 %, des meuniers n’hésitent pas à déclasser le blé panifiable en céréales fourragères, parce qu’il ne se prête plus à la fabrication du pain. Aujourd’hui, le Danemark dépend d’importations de blé de qualité. Les taxes incitatives sont donc loin de servir de panacée, même si elles sont en vogue dans certains milieux. Nous ne devons pas forcément commettre les mêmes erreurs que d’autres pays. La quantité de produits phytosanitaires vendus dans l’agriculture raisonnée diminue d’année en année. Elle a reculé de plus de 40 % depuis 2008. Dans le cas du glyphosate, la baisse dépasse même 60 %.

Une autorité d’homologation indépendante, l’examen ciblé des substances autorisées, des conditions d’application spécifiques aux substances, des incitations à une faible utilisation de produits phytosanitaires au moyen des paiements directs (extenso, sans herbicide, contributions à l’efficience des ressources et, d’ici peu, au système de production), le Plan d’action national Produits phytosanitaires, ainsi que l’initiative parlementaire 19.475 « Trajectoire de réduction des PPh » contribuent à ce que cette évolution se poursuive. Des taxes incitatives dans le contexte de l’agriculture suisse sont « étrangères au système » et ne devraient guère avoir d’effet ou apporter une plus-value quelconque. Au contraire, il s’agit d’une sorte de trafic d’indulgences moderne, se résumant un peu à ceci : « J’utilise un produit critique, mais ce n’est pas grave, parce que je paie quelque chose en contrepartie ». À mon avis, il faut évaluer le risque découlant des produits phytosanitaires sur la base de méthodes scientifiques reconnues, de manière à pouvoir les autoriser en toute sécurité. Si ce n’est pas possible, il faut les interdire, un point c’est tout. J’estime qu’il est discutable, voire hypocrite de créer des zones d’ombre au moyen de taxes incitatives. Une chose est sûre : les organisations environnementales seront les premières à montrer du doigt l’agriculture à cause de ces zones d’ombre par une campagne d’affichage dénigrante menée à coups de millions. Elles ne seront jamais satisfaites. Peu importe ce que nous faisons. Et peu importe à quel point notre production est plus respectueuse de l’environnement en comparaison internationale.  

Auteur

David Brugger

David Brugger

Union Suisse des Paysans
Responsable de la Division Production végétale

Téléphone 077 438 90 88
Email david.brugger@sbv-usp.ch

Sur le même sujet

Communiqués de presse
Qu’attendez-vous de la prochaine politique agricole ?

31.10.23 | En novembre 2023, l'Union suisse des paysans lancera une enquête nationale auprès de toutes les personnes actives dans l'agriculture sur l'organisation future de la politique agri-cole.

Lire la suite
Communiqués de presse
Début de l'alimentation hivernale : recyclage des films, des filets et des fils pour économiser de l'argent et préserver l'environnement.

30.10.23 | Les exploitations qui utilisent des balles d'ensilage pour conserver leur fourrage génèrent des films d'ensilage, des films étirables et d'autres plastiques agricoles qui nécessitent une élimination appropriée. Une alternative économiquement avantageuse et respectueuse de l'environnement consiste désormais à déposer les films usagés dans l'un des quelque 100 centres de collecte d'ERDE !

Lire la suite
Points de vue
Une collaboration profitable

27.10.23 | Le peuple a voté. Mon bilan : collaborer avec l’économie pour aborder différents thèmes et nous engager davantage pour mobiliser l’agriculture aura été profitable.

Lire la suite
Communiqués de presse
Dans le champ professionnel de l'agriculture un tiers des apprentis est en deuxième formation

25.10.23 | Le nombre d'apprentis pour l'année scolaire 2023/24 dans le champ professionnel de l'agriculture reste stable par rapport à l'année précédente. Un tiers des apprentis sui-vent une deuxième formation et la représentation féminine est de 22%.

Lire la suite
En direct de l'USP
En direct de l’USP n° 42-2023

23.10.23 | L’initiative biodiversité sera probablement soumise au vote en juin prochain. L’USP a rencontré des alliés en vue d’évaluer des propositions pour une potentielle campagne de votation. Une décision finale sera prise au mois de novembre.

Lire la suite
En direct de l'USP
En direct de l’USP n° 41-2023

17.10.23 | L’OFAG développe une stratégie numérique. À l’occasion d’un échange, l’USP a pu lui exposer ses attentes, en particulier celle de mettre l’accent sur la plus-value pour les exploitations agricoles.

Lire la suite
AGRISTAT Actuel
Agristat « Actuel » 09-23 : Évolution de l’effectif des animaux de rente en Suisse

10.10.23 | En 2023, le cheptel des porcs comme celui des poules enregistrent les baisses assez importantes de respectivement 44 000 et 257 000 animaux. L’évolution du cheptel des autres espèces animales est moins importante. La diminution du cheptel des animaux de rente en 2023 est estimée à 7000 UGB , soit à 0,5 %.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - septembre 2023

10.10.23 | Le mois de septembre s'est distingué par un temps ensoleillé et très doux. Il s'agit du mois de septembre le plus chaud depuis le début des mesures. La température moyenne a été supérieure de 3,8 degrés à la norme 1991-2020. Entre le 18 et le 22 septembre, de fortes précipitations ont frappé le Tessin et les régions voisines des Grisons. Par endroits, des pics de 300 à 350 mm de précipitations ont été enregistrés en un peu plus de 12 heures. Vers la fin de la période mentionnée, la limite des chutes de neige est descendue jusqu'à 1200 mètres. Dans le reste de la Suisse, le temps a été sec à très sec. Hormis au Tessin et dans les Grisons, seules la région lémanique et le canton d'Argovie ont connu des quantités de pluie légèrement supérieures à la moyenne au niveau régional (tableau 1.1). Les températures chaudes ont accéléré la maturation des végétaux. Les vendanges ont ainsi pu commencer jusqu'à trois semaines plus tôt. La maturité des fruits du sureau a été observée 12 jours plus tôt que la moyenne.

Lire la suite