Contenu principal

Les veaux descendent à 12 fr. 80

Commentaire du marché du 17 mai 2019 dans le journal Agri

C’est maintenant, entre Pâques et Pentecôte, que le marché des veaux subit un ralentissement considérable. La semaine dernière, le prix de reprise des abattoirs se situait en moyenne 28 centimes au-dessous de la cote hebdomadaire de Proviande. Avec 12 fr. 92 le kilo poids mort payés pour les veaux AQ de classe T3 au lieu du prix hebdomadaire de 13 fr. 20, l’engraissement des veaux n’est plus rentable. Les prix indicatifs des veaux maigres augmentent de 30 centimes le kilo poids vif et, en même temps, les prix hebdomadaires de Proviande baissent de 40 centimes à 12 fr. 80 pour les animaux de classe T3 livrés à l’abattoir. Malgré les 600 tonnes de viande de veau placées en chambre de congélation, la demande reste faible. Une nouvelle action de stockage avec des contributions de Proviande n’aura pas lieu, car les crédits à cet effet sont épuisés.

Les engraisseurs de veaux vont au-devant de temps difficiles. Ils ont pourtant fait tout leur possible pour améliorer la qualité. En raison de l’utilisation accrue des races entièrement bouchères, les poids morts augmentent, et il y a davantage de veaux dans les classes de charnure supérieures C et H. La moitié de la viande de veau est destinée au secteur de la restauration. Cette dernière veut certes de la viande de qualité, mais elle se montre sensible au prix. L’abondance de l’offre pèse sur le marché à l’heure actuelle ; la situation ne devrait s’améliorer que vers Pentecôte (9 juin) et après la montée à l’alpage.

Hans Rüssli

Union Suisse des Paysans

Sur le même sujet

Communiqués de presse
Pour une sélection végétale innovante : une large coalition demande l'adaptation du droit des brevets

18.06.20 | Dans une motion, Maya Graf et d’autres membres du Conseil des Etats invitent le Conseil fédéral à modifier la loi sur les brevets de manière à améliorer la transparence en matière de droits de propriété intellectuelle et à faciliter l'accès au matériel de base pour la sélection végétale. Cette demande est partagée par 25 organisations de tous les secteurs de la société. La situation actuelle comporte diverses incertitudes juridiques et constitue un obstacle à l'innovation dans la sélection végétale suisse.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 24/2020

15.06.20 | La production de fromage suisse est plus élevée que la consommation de fromage en Suisse. En 2018, le taux d’autoapprovisionnement (le rapport entre la production indigène et la consommation en pour cent) se situait à 118 %. Cependant, la consommation de fromage importé augmente en Suisse. Pour cette raison, la part du fro-mage suisse consommé en Suisse se montait encore à 67 % de la consommation de fromage en 2018.

Lire la suite
AGRISTAT Actuel
Agristat « Actuel » 05-20 :Regard sur l’approvisionnement alimentaire de la Suisse en temps de crise

11.06.20 | En 2018, les aliments fourragers disponibles ont diminué de 1,4 % par rapport à l’année précédente, se plaçant à 7 853 000 tonnes de matière sèche. Les 1 864 000 tonnes d’aliments concentrés disponibles lors de l’année sous revue représentent la majeure partie des fourrages commercialisables. Les produits non marchands sont surtout constitués de fourrages de base, dont la quasi-totalité est destinée à l’alimentation du bétail consommant du fourrage grossier. En 2018, pas moins de 5 989 000 tonnes d’aliments pour animaux, soit 76,3 % de la consommation totale, appartenaient à cette catégorie de fourrages. Cette même année, la part de la production intérieure a quelque peu diminué, fournissant 83,7 % du fourrage disponible total. L’approvisionnement en sous-produits issus de la culture des champs s’est révélé plus faible que l’année d’avant. Qui plus est, la longueur de l’hiver et la sécheresse de l’été ont conduit à une hausse des importations de fourrages grossiers.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - mai 2020

11.06.20 | Le mois d’avril très chaud, très ensoleillé et surtout très sec a cédé sa place à un mois de mai doux et assez ensoleillé. Dans un premier temps, les précipitations de fin avril se sont poursuivies. Dans de nombreuses régions, il est tombé 15 à 30 mm de pluie, contribuant de manière décisive à rafraîchir l’atmosphère. Néanmoins, les précipitations totales de mai ont elles aussi été inférieures à la moyenne dans la plupart des régions. Nombre d’entre elles ont ainsi enregistré des valeurs situées entre 60 % et 70 % de la norme 1981-2010. En moyenne de 1,0 °C supérieures à cette même norme, les températures n’avaient rien de particulier, confirmant la tendance du réchauffement marqué que connaît le mois de mai depuis la fin des années 80. Entre le 1er janvier et le 30 avril, la Suisse n’a de loin pas manqué de soleil, et il en a été de même en mai. En cumulé, les valeurs d’ensoleillement enregistrées entre janvier et mai ont atteint des plus hauts dans de nombreuses régions. Par conséquent, le mois de mai était en avance sur le plan phénologique : la floraison du sureau noir, qui marque le début de l’été phénologique, a eu lieu 18 jours plus tôt que la moyenne de la période 1981-2010. La fenaison a elle aussi commencé tôt. La météo s’y prêtait du 6 au 8 mai, du 17 au 22 mai et à partir du 25 mai. Le thermomètre affichant 6,2 °C en moyenne, le printemps 2020 a été le troisième printemps le plus chaud depuis le début des mesures en 1864.

Lire la suite
Communiqués de presse
Le Conseil national renforce la recherche agricole

04.06.20 | Le Conseil national entend utiliser les gains d’efficacité réalisés à travers la restructuration et la centralisation de l’institut de recherche agricole Agroscope pour renforcer la recherche agronomique. À cet effet, il vient d’approuver une motion allant dans ce sens, s’opposant par là même au projet du Conseil fédéral, qui voulait allouer les moyens libérés à d’autres fins. Cette décision réjouit beaucoup l’Union suisse des paysans (USP). Pour répondre aux attentes grandissantes de la population, s’attaquer aux défis posés par le changement climatique et réduire les impacts de l’activité agricole sur l’environnement, l’agriculture est plus que jamais tributaire de la recherche. Cette dernière profite d’ailleurs aussi à l’ensemble de la société. Elle doit répondre aux nombreuses questions ouvertes et offrir des améliorations ainsi que des alternatives de production, tout en tenant compte de technologies en évolution constante. La décision du Conseil national correspond aux promesses faites dans le cadre du projet de restructuration de ne procéder à aucune coupe budgétaire et à la motion qu’avait adoptée la Commission des finances du Conseil national le 11 mars 2019.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 22/2020

29.05.20 | La production de lait de consommation a augmenté de manière nette au mois de mars. Celle de lait UHT a même dépassé la production du mois de mars de l’année précédente de 23 %. Cette évolution correspond aux constatations du commerce de détail que la demande en lait de consommation est plus grande durant la crise corona.

Lire la suite
Statistique de la semaine
Semaine 20/2020

15.05.20 | En 2018, les bovins se nourrissaient à 86,2 % de fourrages grossiers. Ces fourrages ne se prêtent pas à l’alimentation humaine. Cependant, en consommant des fourrages grossiers, les bovins produisent du méthane, un gaz à effet de serre. La volaille se nourrissait à 97,5 % d’aliments concentrés. Elle transforme ces aliments avec une grande efficacité en œufs ou en viande. Par contre, la volaille est en concurrence direct avec l’homme en ce qui concerne les aliments. Comme bien de choses, la détention de bovins et celle de volaille connaissent des avantages et des inconvénients.

Lire la suite
AGRISTAT Actuel
Agristat « Actuel » 04-20 :Bilan fourrager 2018

11.05.20 | En 2018, les aliments fourragers disponibles ont diminué de 1,4 % par rapport à l’année précédente, se plaçant à 7 853 000 tonnes de matière sèche. Les 1 864 000 tonnes d’aliments concentrés disponibles lors de l’année sous revue représentent la majeure partie des fourrages commercialisables. Les produits non marchands sont surtout constitués de fourrages de base, dont la quasi-totalité est destinée à l’alimentation du bétail consommant du fourrage grossier. En 2018, pas moins de 5 989 000 tonnes d’aliments pour animaux, soit 76,3 % de la consommation totale, appartenaient à cette catégorie de fourrages. Cette même année, la part de la production intérieure a quelque peu diminué, fournissant 83,7 % du fourrage disponible total. L’approvisionnement en sous-produits issus de la culture des champs s’est révélé plus faible que l’année d’avant. Qui plus est, la longueur de l’hiver et la sécheresse de l’été ont conduit à une hausse des importations de fourrages grossiers.

Lire la suite