Contenu principal

Pour une meilleure estime envers l’agriculture

Communiqué de presse de la commission des jeunes agriculteurs de l’Union suisse des paysans du 13 février 2024

Les événements de ces derniers jours témoignent du mécontentement et de la pression économique dans l’agriculture suisse. Ils mettent en évidence la nécessité d’offrir de meilleures perspectives aux jeunes agriculteurs et agricultrices, qui soutiennent la pétition lancée par l’USP et AGORA. Hier, les revendications de l’agriculture ont été remises au monde politique et au commerce de détail avec la participation de la commission des jeunes agriculteurs.

La situation des familles paysannes suisses est difficile : augmentation des exigences, alourdissement des charges administratives, renchérissement des moyens de production et, en même temps, stagnation des prix et pression permanente sur le budget agricole. En bref : l’estime fait défaut et les finances ne suivent plus. L’USP et AGORA ont résumé la nécessité d’agir en cinq revendications. La COJA estime qu’elles reflètent les principales préoccupations de l’agriculture. Les plus de 65 000 signatures récoltées en quelques jours témoignent nettement de la nécessité d’agir.

Pour la COJA, il est clair que l’agriculture doit pouvoir se concentrer à nouveau sur sa tâche principale qu’est la production durable et respectueuse des animaux de denrées alimentaires. Hélas, les agriculteurs et agricultrices passent de plus en plus de temps au bureau et de moins en moins dans les champs ou les étables. La réglementation à tout-va de la politique se traduit par une bureaucratie envahissante dans la pratique. Il est urgent de procéder à des simplifications dans ce domaine afin que le métier reste intéressant pour les jeunes agriculteurs et agricultrices. En parallèle, l’agriculture mérite une juste rémunération de ses multiples prestations. À cet effet, il faut remanier de fond en comble la fixation des prix. Les familles paysannes perçoivent quatre francs sur cinq grâce à la vente de leurs produits. Les grands distributeurs ont donc une influence considérable sur le revenu agricole. Cependant, les prix à la production sont toujours à la traîne par rapport à l’augmentation des coûts de production, et ne sont ajustés que lentement et au terme d’une pression insistante de la part de la branche. La COJA demande que soit revalorisée la production de denrées alimentaires. Ainsi seulement les salaires horaires très bas dans l’agriculture pourront-ils enfin augmenter. La politique et le commerce ont maintenant le devoir de réagir à ce signal clair de la filière. Les jeunes agriculteurs et agricultrices attendent une nette amélioration dans tous les domaines abordés.

Renseignements

  • Damien Rey, président de la COJA, tél. 079 566 38 10
  • Leana Waber, vice-présidente de la COJA, tél. 079 512 04 10
  • Ursin Gustin, vice-président de la COJA, tél. 079 531 06 09

Sur le même sujet

En direct de l'USP
En direct de l’USP n°20 -2024

21.05.24 | Le peuple pourrait se prononcer très prochainement sur l’initiative pour la responsabilité environnementale. La majorité de la CEATE-N a recommandé de ne pas lui opposer de contre-projet.

Lire la suite
Prises de position Änderung der Tierseuchenverordnung

17.05.24 | Stellungnahme des Schweizer Bauernverbands zur Änderung der Tierseuchenverordnung.

Lire la suite
En direct de l'USP
En direct de l’USP n°19 -2024

13.05.24 | Placées sous l’égide de l’USP, les négociations sur les prix auprès des organisations de producteurs sont en bonne voie. Des hausses ont déjà été obtenues pour les pommes de terre. En juin, ce sera le tour des céréales.

Lire la suite
Points de vue
L’initiative d’allègement des primes, ou la menace d’une nouvelle facture de plusieurs milliards

10.05.24 | Déposée par le PS, l’initiative d’allègement des primes demande que les personnes assurées ne doivent pas consacrer plus de 10 % de leur revenu disponible aux primes d’assurance-maladie. Il ne fait aucun doute que ces primes pèsent de plus en plus lourd dans le budget de nombreux ménages. En effet, les coûts de la santé ont fortement augmenté au cours des dernières décennies. C’est pourquoi environ un quart de la population suisse, soit 2,3 millions de personnes, bénéficie d’une réduction de primes à l’heure actuelle.

Lire la suite
Communiqués de presse
Renvoi des propositions d’économies du Conseil fédéral

07.05.24 | Le Conseil fédéral se prononcera bientôt sur le crédit-cadre agricole 2026-2029. Non seulement l’Union suisse des paysans, mais aussi de nombreuses autres organisations ainsi que presque tous les cantons et partis se sont clairement opposés aux mesures d’économies prévues de 2,5 %. Le Conseil fédéral est dans l’obligation de tenir compte du résultat sans équivoque de la consultation s’il ne veut pas que les processus démocratiques tournent à la mascarade.

Lire la suite
En direct de l'USP
En direct de l’USP n°18 -2024

06.05.24 | L’USP s’oppose à l’obligation de réserver 3,5% des terres ouvertes à la promotion de la biodiversité. Elle a défendu sa position devant la CER-CE, dont la majorité s’est laissé convaincre.

Lire la suite
Communiqués de presse
Valoriser les efforts climatiques de l’agriculture suisse

06.05.24 | L’Union suisse des paysans rejoint AgroImpact pour mieux valoriser les efforts climatiques de l’agriculture suisse. Il s’agit d’accompagner la transition climatique de l’agriculture en développant l’assise nationale d’une initiative pionnière.

Lire la suite
Points de vue
Pour garantir notre approvisionnement énergétique : OUI à la nouvelle loi sur l'approvisionnement en électricité

03.05.24 | Que ce soit dans l'agriculture ou dans le secteur de l'énergie, il vaut mieux produire en Suisse et ne pas dépendre d'importations douteuses. De plus, une pénurie d'électricité entraînerait des conséquences dramatiques pour les exploitations agricoles. C'est là qu’intervient la loi sur l'approvisionnement en électricité, sur laquelle nous voterons en juin. Elle vise à renforcer la sécurité de l’approvisionnement énergétique en développant les énergies renouvelables indigènes.

Lire la suite