Contenu principal

Train d’ordonnances agricoles 2022 : quelques bons éléments

Communiqué de presse de l’Union suisse des paysans du 26 avril 2022

Aujourd’hui, les membres de la Chambre suisse d’agriculture ont adopté la prise de position de l’Union suisse des paysans sur le train d’ordonnances agricoles 2022. Ils demandent que les modifications prévues n’affaiblissent pas la production davantage. Par ailleurs, ils ont adopté un document de synthèse sur les nouvelles techniques de sélection.

Le train d’ordonnances agricoles de cette année prévoit à nouveau une série de modifications d’actualité sur le plan politique ou nécessaires depuis bien longtemps. Parmi ces modifications figure la révision totale de l’ordonnance sur les améliorations structurelles. L’Union suisse des paysans (USP) salue l’harmonisation et la simplification de cette loi, qui en permettent une meilleure compréhension. La faîtière agricole soutient aussi les mesures supplémentaires visant à encourager la culture de variétés de vigne et d’arbres fruitiers robustes, et à réduire ainsi l’utilisation de produits phytosanitaires. Sur le plan politique, la question des grands prédateurs reste d’actualité. Aussi est-il prévu d’augmenter les contributions d’estivage ainsi que les exigences relatives à la surveillance des moutons dans l’ordonnance sur les paiements directs. L’USP s’en félicite, car les travaux d’estivage augmentent beaucoup si un loup rôde dans les parages, mais regrette que cette augmentation dépende d’exigences plus élevées, étant donné que la mise en œuvre de la protection des troupeaux varie en fonction de la région d’estivage. L’USP exige en outre un soutien pour les autres animaux de rente estivés, car eux aussi sont la proie des loups. Elle demande enfin que soit augmenté le budget alloué à la promotion prévue des races d’animaux de rente menacées sans qu’en pâtissent les programmes de promotion déjà existants, comme celui de la race des Franches-Montagnes.

Dans un autre registre, la Chambre suisse d’agriculture a adopté un document de synthèse sur les nouvelles techniques de sélection. Ce document présente les avantages et les inconvénients de ces techniques sous l’angle du secteur agricole. Le principe de l’absence d’OGM constitue la base de la stratégie de qualité et donc de la crédibilité de l’agriculture suisse. Par ailleurs, les variétés issues des nouvelles techniques de sélection permettent de réduire le recours aux produits phytosanitaires et de protéger l’environnement par le développement des résistances aux maladies, et non par une modification transgénique. Des variétés plus robustes permettraient de mieux relever les défis que pose le changement climatique. En réglementant de manière trop rigide la sélection, la Suisse risque de se faire distancer, car elle dépend dans de nombreux domaines du travail de sélection et des développements à l’étranger.

Renseignements

Martin Rufer

Martin Rufer

Directeur de l'Union Suisse des Paysans

Téléphone 078 803 45 54
E-Mail martin.rufer@sbv-usp.ch

Francis Egger

Vice-directeur Union Suisse des Paysans
Département économie, formation et
relations internationales

Mobile 079 280 69 66
Email francis.egger@sbv-usp.ch

Sur le même sujet

En direct de l'USP
En direct de l‘USP n° 19

16.05.22 | La pression sur les animaux de rente augmente avec la croissance de la population des loups en Suisse. C’est pourquoi le parlement a alloué 5.7 millions de francs pour des « mesures d’urgences » pour la saison d’estivage 2022. L’USP a défini avec l’OFEV des mesures concrètes qui seront financées à l’aide de ce crédit. A ces mesures appartiennent davantage de personnel dans les alpages, des containers d’habitation mobiles, du matériel d’effarouchement et d’imagerie thermique. La liste des mesures sera prochainement publiée.

Lire la suite
AGRISTAT Actuel
Agristat « Actuel » 04-22 : Bilan fourrager 2020

11.05.22 | En 2020, les aliments fourragers disponibles ont diminué de 0,6 % par rapport à l’année précédente pour s’établir à 7'752'000 tonnes de matière sèche. Les 1'792'000 tonnes d’aliments concentrés disponibles lors de l’année sous revue représentent la majeure partie des fourrages commercialisables. Les produits non commercialisables sont surtout constitués de fourrages de base, dont la quasi-totalité est destinée à l’alimentation du bétail consommant du fourrage grossier. En 2020, pas moins de 5'960'000 tonnes d’aliments pour animaux, soit 76,9 % de la consommation totale, appartenaient à cette catégorie de fourrages. Cette même année, la part de la production intérieure du fourrage disponible total a affiché une légère hausse et atteint 86,4 %. L’approvisionnement en céréales fourragères indigènes et en sous-produits issus de la fabrication d’huile et de la minoterie a été plus élevé que l’année précédente. En outre, les fourrages grossiers et le maïs d’ensilage ont également donné de bonnes récoltes.

Lire la suite
Rapports de situation Rapport sur la situation de l'agriculture suisse - avril 2022

11.05.22 | Le premier tiers du mois d’avril a connu des chutes de neige jusqu’en plaine, accompagnées de gelées tardives en raison des températures basses. Ces phénomènes de gelées tardives se sont encore produits à la fin du deuxième tiers du mois. Les dégâts sans doute ainsi causés dans les cultures fruitières précoces (fruits à noyau et fruits à pépins) restent difficiles à évaluer à l’heure actuelle. Malgré les épisodes de froid, la plupart des régions ont affiché une température moyenne située dans les limites de la norme pluriannuelle. Pour le reste, le temps changeant typique d’avril a souvent prévalu. À la fin du mois, le sud du pays s’est vu arrosé des premières fortes précipitations de l’année.

Lire la suite
En direct de l'USP
En direct de l‘USP n° 18

10.05.22 | Au travers du programme AQ-Viande suisse et de sa très large couverture (>95% des exploitations), la production animale prend ses responsabilités en bannissant l’hormone PMSG dont le prélèvement sur des juments est très controversé. Cette hormone était, dans de rares cas, utilisée pour solutionner des problèmes de fertilité chez les truies. En revanche, l’utilisation d’hormones pour améliorer les performances n’a jamais été autorisée en Suisse, contrairement à ce qui se pratique encore dans plusieurs pays. Avec toutes les dispositions en vigueur, l’élevage suisse se démarque ainsi clairement de l’étranger.

Lire la suite
En direct de l'USP
En direct de l‘USP n° 17

03.05.22 | Actuellement, des négociations sont en cours pour répercuter la forte hausse des coûts de production. L'USP suit la situation de l'évolution des coûts via les enquêtes d'Agristat. Entre mars 21 et mars 22, les coûts supplémentaires pour l'agriculture suisse s'élèvent au total à plus de 700 millions de francs. En moyenne, une augmentation des prix à la production de 6,9 % est nécessaire pour les absorber.

Lire la suite
Collaborateur/trice spécialisé/e Production végétale 50 %

29.04.22 | Désirez-vous mettre vos compétences au service d’un secteur agricole fort et de la production végétale, et ainsi participer au développement de l’agriculture suisse de demain ? Alors rejoignez-nous ! En tant qu’association faîtière de l’agriculture suisse, l’Union suisse des paysans défend les intérêts des agriculteurs et agricultrices. Pour une entrée en fonction immédiate ou à une date à convenir, le département Production, marché et écologie recherche un/e : Collaborateur/trice spécialisé/e Production végétale 50 %

Lire la suite
Prises de position Modification de la loi sur l’énergie du 30 septembre 2016

28.04.22 | Prise de position de l'Union suisse des paysans sur la modification de la loi sur l’énergie du 30 septembre 2016.

Lire la suite
Prises de position Procédure de consultation sur le train d'ordonnances agricoles 2022

27.04.22 | Prise de position de l'Union suisse des paysans sur le train d'ordonnances agricoles 2022.

Lire la suite