Contenu principal

Faiblesse alarmante du revenu agricole

Communiqué de presse de l'Union suisse des paysans du 21 novembre 2023

Le revenu agricole est trop faible, et la nécessité de prendre des mesures pour l’améliorer va croissant. Or, en voulant réduire l’indemnisation des exploitations agricoles pour les prestations d’intérêt général qu’elles fournissent, le Conseil fédéral va à l’encontre de la loi. En parallèle, les acheteurs sont exhortés à payer de meilleurs prix à la production pour permettre aux exploitations de rentrer dans leurs frais.

Aujourd’hui, l’institut de recherches agricoles de la Confédération Agroscope a publié ses chiffres sur le revenu agricole. Entre 2021 et 2022, celui-ci a reculé de manière préoccupante : au final, le revenu moyen du travail par unité de main-d’œuvre familiale ne s’élevait plus qu’à 56 100 francs par an, soit 6,3 % de moins en glissement annuel. La région des collines, qui accuse un recul supérieur à 10 %, a été particulièrement touchée. Ces chiffres sont très alarmants. En effet, plus de 80 % des exploitations agricoles ont un revenu inférieur au revenu de référence. Pour 2023, l’office fédéral de statistique table sur une légère hausse du revenu sectoriel. Toutefois, cette hausse ne suffit pas non plus à compenser l’inflation. En d'autres termes, le pouvoir d'achat des exploitations agricoles continue de baisser.

L’article 5 de la loi sur l’agriculture prévoit que les exploitations remplissant les critères de durabilité et de performance économique doivent pouvoir réaliser un revenu comparable à celui de la population active de la même région. Sinon, le Conseil fédéral doit prendre des mesures. Or, ce dernier fait tout le contraire à l’heure actuelle. En effet, ses mesures d’économies effectives et de réductions budgétaires ne concernent que l’agriculture. Dans les autres groupes de tâches, l’objectif consiste tout au plus à freiner l’augmentation des dépenses. Pourtant, les moyens alloués à l’agriculture sont stables depuis des décennies, alors que les exigences pour obtenir des fonds n’ont eu cesse d’augmenter.

En parallèle, l’agriculture souffre sur le marché : suite au renchérissement, la demande en denrées alimentaires bon marché et sans valeur ajoutée particulière en matière de protection de l’environnement ou de bien-être animal connaît un nouvel essor. Le secteur agricole n’est toujours pas parvenu à répercuter la totalité de ses coûts supplémentaires.

L’Union suisse des paysans (USP) est profondément inquiète de la situation économique actuelle des exploitations agricoles. Elle demande au Conseil fédéral et au Parlement de renoncer à leurs mesures d’économies sur le dos des familles paysannes. La faîtière agricole exhorte aussi les acheteurs à payer des prix équitables, qui couvrent les coûts de production et qui maintiennent l’attrait de la production alimentaire suisse.

 

Renseignements

Martin Rufer

Martin Rufer

Directeur de l'Union suisse des paysans

Téléphone 078 803 45 54
E-Mail martin.rufer@sbv-usp.ch

Francis Egger

Directeur adjoint Union suisse des paysans
Département économie, formation et relations internationales

Téléphone 079 280 69 66
Email francis.egger@sbv-usp.ch

Sur le même sujet

En direct de l'USP
En direct de l’USP n°20 -2024

21.05.24 | Le peuple pourrait se prononcer très prochainement sur l’initiative pour la responsabilité environnementale. La majorité de la CEATE-N a recommandé de ne pas lui opposer de contre-projet.

Lire la suite
Prises de position Änderung der Tierseuchenverordnung

17.05.24 | Stellungnahme des Schweizer Bauernverbands zur Änderung der Tierseuchenverordnung.

Lire la suite
En direct de l'USP
En direct de l’USP n°19 -2024

13.05.24 | Placées sous l’égide de l’USP, les négociations sur les prix auprès des organisations de producteurs sont en bonne voie. Des hausses ont déjà été obtenues pour les pommes de terre. En juin, ce sera le tour des céréales.

Lire la suite
Points de vue
L’initiative d’allègement des primes, ou la menace d’une nouvelle facture de plusieurs milliards

10.05.24 | Déposée par le PS, l’initiative d’allègement des primes demande que les personnes assurées ne doivent pas consacrer plus de 10 % de leur revenu disponible aux primes d’assurance-maladie. Il ne fait aucun doute que ces primes pèsent de plus en plus lourd dans le budget de nombreux ménages. En effet, les coûts de la santé ont fortement augmenté au cours des dernières décennies. C’est pourquoi environ un quart de la population suisse, soit 2,3 millions de personnes, bénéficie d’une réduction de primes à l’heure actuelle.

Lire la suite
Communiqués de presse
Renvoi des propositions d’économies du Conseil fédéral

07.05.24 | Le Conseil fédéral se prononcera bientôt sur le crédit-cadre agricole 2026-2029. Non seulement l’Union suisse des paysans, mais aussi de nombreuses autres organisations ainsi que presque tous les cantons et partis se sont clairement opposés aux mesures d’économies prévues de 2,5 %. Le Conseil fédéral est dans l’obligation de tenir compte du résultat sans équivoque de la consultation s’il ne veut pas que les processus démocratiques tournent à la mascarade.

Lire la suite
En direct de l'USP
En direct de l’USP n°18 -2024

06.05.24 | L’USP s’oppose à l’obligation de réserver 3,5% des terres ouvertes à la promotion de la biodiversité. Elle a défendu sa position devant la CER-CE, dont la majorité s’est laissé convaincre.

Lire la suite
Communiqués de presse
Valoriser les efforts climatiques de l’agriculture suisse

06.05.24 | L’Union suisse des paysans rejoint AgroImpact pour mieux valoriser les efforts climatiques de l’agriculture suisse. Il s’agit d’accompagner la transition climatique de l’agriculture en développant l’assise nationale d’une initiative pionnière.

Lire la suite
Points de vue
Pour garantir notre approvisionnement énergétique : OUI à la nouvelle loi sur l'approvisionnement en électricité

03.05.24 | Que ce soit dans l'agriculture ou dans le secteur de l'énergie, il vaut mieux produire en Suisse et ne pas dépendre d'importations douteuses. De plus, une pénurie d'électricité entraînerait des conséquences dramatiques pour les exploitations agricoles. C'est là qu’intervient la loi sur l'approvisionnement en électricité, sur laquelle nous voterons en juin. Elle vise à renforcer la sécurité de l’approvisionnement énergétique en développant les énergies renouvelables indigènes.

Lire la suite